fbpx

7 mythes sur les produits naturels

Avec le nombre de produits naturels qui se retrouvent sur le marché, en plus de toutes les informations contradictoires qui circulent, il est difficile de déceler le vrai du faux. Alors, qui devons-nous croire?

Personnellement, je considère que tous ceux et celles qui disent que tout est bon ou que tout est mauvais sont forcément dans l’erreur. Soit par manque de connaissance, soit pour des intérêts qui les amènent à promouvoir de telles positions. Cet article vous permettra de connaître mes arguments basés sur des faits concernant 7 mythes populaires. Ceci vous aidera à développer votre esprit critique sur le sujet!

1. Il n’y a pas d’études.

Ceci peut être vrai pour un bon nombre de produits présents sur le marché. Principalement, lorsque l’étiquette présente plus d’une dizaine d’ingrédients à une quantité minime de chacun. D’un autre côté, ce mythe est faux, car plusieurs produits et/ou ingrédients naturels se basent sur un grand nombre d’études cliniques pour établir les dosages et usages bénéfiques. Par exemple, l’efficacité de l’actée à grappe noire (symptômes prémenstruels et symptômes de la ménopause) est supportée par 28 études cliniques. Un autre exemple : le resvératrol. Un article scientifique récent (2019) rapporte que le resvératrol a donné lieu à 244 études cliniques jusqu’à maintenant et que 27 étaient toujours en cours de réalisation lors de la publication.

Un autre bon exemple, les formules naturelles qui sont créées afin d’aider à diminuer les risques de cataractes ou de dégénérescence maculaires. Celles-ci sont basées sur 2 études cliniques américaines, réalisées par le gouvernement américain, de grande qualité (ARES 1 et ARES 2) qui comptent au total presque 8000 participants.

Plus spécifiquement, VitoliMD Articulations et VitoliMD Énergie sont basés sur des analyses systématiques indépendantes de la littérature scientifique, qui ont retenu respectivement 12 et 11 études cliniques de qualité.

2. Il faut favoriser l’utilisation complète de la plante.

Lorsque la plante est utilisée en entier, il y a de grandes chances que ceci démontre une faible qualité du produit en question. Les extraits de plantes sont créés pour permettre d’atteindre la dose efficace des molécules actives et bien caractériser le contenu en molécules en fonction des études cliniques réalisées. Pour beaucoup de plantes, la quantité nécessaire pour permettre les bénéfices santé visés est trop élevée pour utiliser la plante complète et parfois, les molécules bénéfiques sont présentes seulement dans une partie de la plante (feuilles, fleures ou racines, par exemple).

La concentration d’un extrait de plante peut donc être plus efficace que la plante complète. Par exemple, une capsule du produit VitoliMD Bien Vieillir équivaut à 46 capsules de plantes non concentrées. Un point important ici est la standardisation des extraits de plantes afin de confirmer l’origine des extraits en plus de la quantité de molécules actives.

3. L’efficacité est discutable; nous devons en consommer longtemps.

Vitoli – Stress et anxiété

En général, un produit efficace et de grande qualité agira rapidement. Par exemple, VitoliMD Stress et anxiété agit en seulement 30 à 40 minutes dès la première capsule. Il est donc conseillé de rester vigilant face à des formules qui demandent de suivre un programme de 6 mois ou plus avant de constater un changement. Souvent, ceci représente seulement une technique de vente. Bien sûr, il peut y avoir des exceptions ou des applications qui demandent plus de temps comme les articulations ou l’inflammation de la prostate qui peuvent nécessiter de 1 à 3 mois avant de constater les bénéfices optimaux.

4. Ces produits sont bons seulement pour la prévention ou les problèmes mineurs.

Si nous comparons les médicaments avec les produits naturels, on peut affirmer que ces derniers sont moins efficaces, mais qu’ils engendrent aussi moins d’effets secondaires.

Si l’on parle d’efficacité, saviez-vous que plusieurs médicaments sont issus de produits naturels? Effectivement, l’aspirine, la majorité des antibiotiques, les médicaments pour réduire le cholestérol, certains médicaments contre le cancer et certains antiviraux le sont. En 2015, Youyou Tu, la lauréate du prix Nobel de médecine, a été récompensée pour avoir isolé une molécule antivirale provenant d’une plante utilisée en médecine traditionnelle chinoise. Ainsi, souvent, le développement de molécules plus efficaces s’accompagne aussi d’effets secondaires plus importants.

Étant donné que les produits naturels causent moins d’effets secondaires, il serait justifié de les essayer en premier, avant l’usage des médicaments, surtout pour les applications qui causent beaucoup d’effets secondaires ou encore dont l’usage est déconseillé pour la population visée (comme les somnifères chez les gens vieillissants). Plusieurs autres applications pourraient bénéficier de l’usage de produits naturels de qualité : pour l’anxiété, la déprime légère, les symptômes de ménopauses, la douleur chronique, etc.

Il faut savoir que le Québec est la province la plus en retard en santé intégrative au Canada et le Canada est en retard par rapport aux États-Unis. La santé intégrative considère l’ensemble des possibilités de traitement pour recommander celle qui est la plus appropriée à la situation. Les médicaments pourraient être considérés dans les cas où l’effet de ces produits naturels n’est pas suffisant. Assurez-vous cependant d’être bien conseillé à ce sujet et de choisir des formules de qualité!

5. C’est du pareil au même.

Faux! Chaque produit naturel obtient un NPN (numéro de produit naturel) qui est donné par Santé Canada. Cependant, la réglementation canadienne encadre davantage les risques que les bénéfices. Ceci fait en sorte que la qualité et la quantité des ingrédients peuvent grandement varier d’un produit à un autre.

Il est alors important de savoir que si vous avez déjà essayé un produit dans le passé qui s’est avéré inefficace, cela ne veut pas dire qu’un autre produit contenant le même ingrédient visé ne fonctionnera pas pour vous. La qualité de l’ingrédient en question et sa quantité sont les deux facteurs d’efficacité les plus importants et ils sont très variables dans les produits sur le marché. Sachez aussi qu’une plus grande qualité est aussi un gage de sécurité.

Pour plus de détails, je vous invite à consulter l’article Qualité variable des extraits de plantes des produits naturels qui est disponible sur le blogue de Vitoli.

6. Celui-ci n’est pas pareil; c’est de la nutrition hypodynamique!

Vous avez déjà vu une publicité ou une gamme de produits qui se basait sur un nom scientifique méconnu pour se présenter? Il faut faire attention à ce genre de campagne qui met de l’avant une nutrition biologique très pointue et unique.

Je ne dis pas non plus que toutes ces campagnes sont fausses, mais les bénéfices santé des produits devraient être expliqués et démontrés avant tout sur les bases reconnues qui mettent l’accès sur le bénéfice aux consommateurs et non sur un mécanisme d’action. De plus, si c’est la seule compagnie ou les seuls scientifiques qui parlent de ce genre de nutrition ou de concept, gardez un œil ouvert, car ceci n’est peut-être pas aussi valable que la compagnie semble vouloir le faire croire.

Notez que peu importe la compagnie ou le produit, il est crucial de se poser les questions suivantes : Qui est le spécialiste derrière ces affirmations? Est-ce que tout ceci est crédible? C’est quoi exactement cette entreprise? Qu’elles sont les études publiées? Que fait cette entreprise? Est-elle active en recherche? S’agit-il d’une entreprise québécoise? Prenez un moment pour vous renseigner!

7. Les produits naturels? Ce n’est pas nécessaire!

Cette affirmation peut être vraie pour une personne qui ne prend aucun médicament, qui a de saines habitudes de vie et qui n’a aucun problème de santé en particulier. Toutefois, savez-vous que de 70 à 80 % de la population canadienne utilise régulièrement des produits de santé naturels?

Beaucoup de gens prennent des médicaments qui causent des effets secondaires importants (ex. : anti-inflammatoires, hormones, somnifères, etc.). Ceux-ci désirent souvent se tourner vers des options dites naturelles pour éviter les effets indésirables. Il arrive que certains produits soient inutiles ou ne conviennent pas à la personne en question, mais certains produits de grande qualité pourraient avoir des usages justifiables pour ces mêmes personnes.

En conclusion

Pour résumer, il ne faut pas mettre tous les arguments dans le même panier. Nous ne devrions accorder aucune crédibilité à ceux et celles qui disent que tout est bon ou que tout est mauvais. Forcément, les deux sont erronés.

Il est possible d’être bien renseigné ou bien conseillé. Nous devons garder un esprit critique vis-à-vis ce domaine tout en portant une attention particulière aux données probantes. La nature demeurera toujours un allié santé à considérer, que ce soit pour l’alimentation ou les produits naturels. N’hésitez pas à demander conseil et recherchez avant tout la qualité. Vous pouvez aussi nous contacter directement à info@vitoli.ca; c’est toujours un plaisir de vous répondre.

Vous avez aimé cet article? Visitez le site Web d’Éric ou le site de Vitoli ou suivez-le sur Facebook.

*Ce texte est présenté par Vitoli.

Références :

  • Ching, C.K., Lam, Y.H., Chan, A.Y., Mak, T.W. 2012. Adulteration of herbal antidiabetic products with undeclared pharmaceuticals: a case series in Hong Kong. Br J Clin Pharmacol. May;73(5):795-800.
  • Joel J Gagnier, Sigrun Chrubasik, Eric Manheimer, 2004. Harpgophytum procumbens for osteoarthritis and low back pain: A systematic review BMC Complement Altern Med. 2004; 4: 13.
  • Hung SK, Perry R, Ernst E. 2011. The effectiveness and efficacy of Rhodiola rosea L.: a systematic review of randomized clinical trials. 2011;18(4):235–244.
  • INSPQ, 2019. Utilisation des médicaments potentiellement inappropriés chez les aînés québécois présentant des maladies chroniques ou leurs signes précurseurs : portrait 2014-2015. Bureau d’information et d’études en santé des populations. Numéro 28.
  • Newmaster, S.G., Grguric, M., Shanmughanandhan, D., Ramalingam, S., Ragupathy, S. 2013. DNA barcoding detects contamination and substitution in North American herbal products. BMC Med. Oct 11;11:222.
  • Posadzki P, Watson L, Ernst E. 2013. Contamination and adulteration of herbal medicinal products (HMPs): an overview of systematic reviews. Eur J Clin Pharmacol. Mar;69(3):295-307. Review.
  • Pottie et al, 2018. Déprescription des agonistes des récepteurs des benzodiazépines. Guide de pratique clinique. Vol 64: MAY | MAI 2018|Canadian Family Physician | Le Médecin de famille canadien. 16 pages.
  • Prescrire, février 2020. Compléments alimentaires : consommateurs mal protégés !
  • Simmler et al, 2018. Integrated analytical assets aid botanical authenticity and adulteration management. Fitoterapia. 2018 Sep;129:401-414.
  • Xin, T., Li, X., Yao, H., Lin, Y., Ma, X., Cheng, R., Song, J., Ni, L., Fan, C., Chen, S. 2015. Survey of commercial Rhodiola products revealed species diversity and potential safety issues. Sci Rep. Feb 9;5:8337.
Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.

 

Et je reçois le top 5 de leurs articles les plus populaires

Recevez dans vos courriels, les conseils de nos collaborateurs vedettes et experts.

Isabelle Huot, Brigitte Poitras, Jean-François Plante, Danielle Ouimet, Jardinier paresseux...

Non merci.
This is custom HTML. Edit this text from left side panel.