Adieu mon amour…

Je vous ai parlé ici à quelques reprises de mon conjoint, de notre petit bonheur tranquille, de notre nouveau bonheur d’être grands-parents… Eh bien, il y a deux mois, mon beau Jean-Yves nous a quittés subitement.

Depuis son décès, j’essaie très fort de retrouver la paix, de chercher du positif autour de moi et surtout… en moi.

Inutile de vous dire, lorsque ce malheur arrive, tout s’effondre. Je parviens à l’expliquer de cette façon : on dirait que je viens de sauter d’un avion avec un parachute qui tarde à ouvrir. Je tombe, je tombe… et je ne sais pas de quelle façon je vais arriver au sol.

Je ne sais pas ce qui m’attend. Je suis incapable de planifier quoi que ce soit, de voir plus loin que mon nez. Je ne reconnais plus ma vie, je ne reconnais même plus qui je suis… Tout me semble nouveau autour de moi, on dirait que je n’ai plus de repères. Ce que je sais par contre, c’est que je suis seule maintenant. Je dois aussi trouver une façon de vivre mon deuil toute seule.

Bien sûr, j’ai des amis attentionnés, une famille qui m’entoure de leur amour et de leur présence, mais je suis seule pour vivre avec cette peine d’amour immense.

J’essaie de me rebâtir une vie à moi. Bien que les images de mon conjoint s’éloignent tout doucement avec les semaines qui passent, mon amour lui, ne s’effacera jamais. Il habite dans mon cœur. Je le sens près de moi et ça me fait du bien.

Je me surprends par la force qui m’habite. Je m’étonne à penser à de petits projets. Je vois l’été arriver, mes petits-enfants grandir, je revois le bonheur revenir tout doucement dans ma vie, peu à peu. Je vois la vie s’ouvrir de nouveau devant moi. Ça doit être ça, « faire son deuil ».

Donc mes yeux s’ouvrent sur une nouvelle vie en solo. Mes yeux cherchent à voir de nouveaux bonheurs autour de moi, j’ai besoin de tout ce qui peut me rendre heureuse et m’aider à traverser cette terrible épreuve : un souper entre amies, une sortie au cinéma… Je me suis même acheté une nouvelle voiture pour voyager un peu en toute sécurité! Elle va sûrement me mener vers de nouvelles aventures, de nouveaux horizons.

Je suis confiante que la vie me fera sûrement de beaux clins d’œil, il me suffira d’ouvrir grand les yeux sur le bonheur. Je dois maintenant laisser la vie me charmer et laisser place au renouveau. J’ai hâte de plier mon parachute et de dire que le bonheur est revenu.

J’ai hâte au calme après la tempête.

Lizette

9 commentaires
  1. Ouffff que la vie peux nous faire souffrir et nous apporter dans un creux de peines et de sentiments de douleurs inexplicable,,

    Oui , chère tante cet événement de perde un être chère est dévastateur!
    Avec compréhension ?

    Que la solitude s éloigne peu a peu avec sa présence constant ; que des plaisirs , des bonheurs a chaque jours
    Xxxx

  2. Votre texte me va droit au coeur! Vous semblez être habitée par une force tranquille…vous êtes un bel exemple de résilience. Bravo!

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.