Berceuse pour ma mère…

Hey que tu ressembles donc à ta mère! Combien de fois ai-je entendu cette phrase? Probablement des centaines de fois et j’avoue qu’à certains moments ça me tapait un peu sur les nerfs, va savoir pourquoi.

Ma mère, coiffeuse, comptable, politicienne, artisane, femme d’affaires et j’en passe m’a servi de guide à toutes les étapes de ma vie et c’est le moment de lui rendre hommage aujourd’hui.

Maman-Coiffeuse

Tout au long de mon enfance, j’ai arboré dignement le look de Fifi Brindacier, cette petite rouquine héroïne d’une série de romans adaptés pour la télévision qui a connu un grand succès dans ma jeunesse. Tous les matins, ma mère s’empressait de tresser mes cheveux avant que je parte pour l’école; de belles grosses nattes bien épaisses dont j’étais fière. Mais quand des garçons dans la cour d’école me tiraient les cheveux comme on sonne les cloches, je trouvais que cette coiffure n’était pas si pratique après tout.

Maman-Comptable

Ma mère était comptable et avait un bureau à la maison. Elle recevait ses clients le soir et faisait leur tenue de livres ou leurs impôts la nuit. Ma mère était un véritable oiseau de nuit. Je la revois encore dans la cuisine à deux-trois heures du matin sous le séchoir à cheveux lisant des magazines ou le Sélection du Reader’s Digest. Mon père se réveillait parfois et lui criait de venir se coucher en lui disant qu’elle n’était pas raisonnable… mais elle n’en faisait qu’à sa tête c’est le cas de le dire…

Maman-Politicienne

Eh oui! Ma mère a été candidate aux élections provinciales en 1976 dans le comté de Bourassa. Elle faisait partie de l’équipe du parti Le Ralliement Créditiste de Camille Samson; cet homme haut en couleur dont les discours ont fait les délices des Cyniques en particulier. Souvenez-vous de sa fameuse phrase : « Le gouvernement précédent nous a menés sur le bord du précipice. Nous vous ferons faire un pas en avant ». Maman avait tout de même réussi à recueillir plus de mille votes. Sa carrière s’est arrêtée là!

Maman-Artisane-Femme d’affaires

Ma mère faisait des chandelles le soir pour arrondir les fins de mois et dans le but d’acheter secrètement un chalet pour nos vacances estivales. Mon père étant un excellent bricoleur, c’était pour lui l’occasion idéale d’y exercer ses talents. Elle avait même une vendeuse « sur la route »pour écouler ses stocks. Elle avait aussi réussi à obtenir un rendez-vous avec l’acheteur de chez Eaton à l’époque. Le monsieur avait été impressionné par l’originalité de ses chandelles. Il était prêt à commander 10 000 unités de celles-ci. Ma mère a dû renoncer à ce rêve, car c’était impossible pour elle de répondre à cette demande. Elle a continué à produire ses chandelles de manière artisanale pendant de nombreuses années.

Maman-Cadeau de la vie

Maman, merci pour les extraordinaires cadeaux que tu m’as faits tout au long de ma vie. Les cours de ballet classique, de théâtre, de piano ont fait de moi une amoureuse des arts qui carbure à la lecture, au cinéma, au théâtre, aux spectacles… tout ce qui peut nourrir ma soif insatiable de beauté. Mon premier voyage en Europe, c’est aussi toi qui me l’as offert. Voir Paris à 15 ans, c’était tout un choc culturel pour l’adolescente que j’étais. Ça restera toujours un des plus beaux souvenirs de toute ma vie.

Maman-Mon enfant

La vie nous joue parfois de sales tours… car c’est mon tour maintenant de prendre soin de toi comme d’un enfant. À 91 ans, tu es devenue fragile, inquiète, désemparée par des petites choses banales et sans conséquence. J’aimerais parfois te bercer et te dire que ça va bien aller, que tout va bien aller… mais je sais que ce n’est pas vrai. Je te vois décliner de plus en plus et j’assiste impuissante à cette déchéance. Ma seule consolation sera de me dire que j’aurai eu le temps de te remercier pour tous les sacrifices que tu as faits pour moi. Et te dire je t’aime tout simplement.

1 commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.