Couple et confinement 101

À quand remonte la dernière fois où vous avez passé autant de temps avec votre/vos partenaire(s) amoureux sans vos activités sociales et routines quotidiennes? Probablement, jamais? Hélas oui, ce fameux virus aura eu le tour de nous prendre par surprise et de nous sortir de notre zone de confort. Une fois les consignes d’hygiène et de sécurité respectées, il est fort possible que plusieurs interrogations prennent place au sein du couple et de la sexualité.

Stress et sexualité

Sans surprise, nous ne sommes probablement pas dans la partie la plus agréable de notre année 2020. On peut s’inquiéter rapidement pour notre santé financière, nos enfants et petits-enfants, nos aînés isolés et se demander quand est-ce que tout ce branle-bas de combat médical va bien finir par s’arrêter… Bien évidemment, ça affecte notre santé mentale et, par ricochet, notre santé sexuelle.

Souvent dans une situation stressante (maladie, surcharge de travail, arrivée d’un nouvel enfant, etc.), on peut vivre une diminution de l’intérêt à avoir des relations sexuelles. Toutes interactions sexuelles pourraient être vécues comme étant intrusives, on réclame davantage notre « bulle » et tranquillement la sexualité atterrit au bas de l’échelle des priorités. C’est une réaction légitime dans un contexte de stress.

Pour d’autres personnes, on peut remarquer une augmentation du désir sexuel et le goût de rapprochements intimes. La sexualité peut être vue comme étant une façon de canaliser son stress, de s’offrir un moment de plaisir dans la tourmente ou de rechercher une proximité sécurisante auprès de l’autre. C’est aussi une réaction légitime en cas de stress.

Qu’on soit confiné ou non avec son partenaire ou ses partenaires sexuels, un des défis peut être de jongler avec différentes réactions face à la sexualité; surtout lorsqu’un des partenaires n’a plus envie d’intimité sexuelle et que l’autre recherche les rapprochements sexuels.

C’est un terrain glissant comme dynamique de couple puisqu’il faut faire attention pour ne pas mettre de la pression sur le partenaire qui a moins de désir et ne pas accuser l’autre d’avoir « trop » de désir. Autrement, on entre dans un cercle vicieux et ça crée généralement des répercussions sur l’ensemble du couple.

Les sexologues conseillent généralement de normaliser l’écart de désir sexuel entre les partenaires en l’exprimant ouvertement. On ne voudrait surtout pas que la différence de désir devienne un poids supplémentaire pour le couple. Nous recommandons donc de ne pas « forcer » la sexualité, mais plutôt d’ouvrir la discussion sur des possibilités de situations dans lesquelles tous les partenaires se sentent bien. Pour être certaine qu’on se comprend bien, laissez-moi vous l’illustrer ainsi avec un exemple d’un couple hétérosexuel : Si Mme veut « A » et que M. veut « B ». Le couple pourrait essayer de créer « C »; une situation satisfaisante pour les deux.

Ainsi, est-ce que « C » pourrait être des caresses plus sensuelles que sexuelles? Est-ce qu’on pourrait prioriser des activités d’affection et de complicité avant d’aller vers la sexualité? Est-ce qu’on pourrait parler ouvertement de ce dont on aurait envie sans attente de l’autre? À vous de trouver votre « C »!

Qu’est-ce qu’on peut faire pour avoir un meilleur climat à la maison?

Avec les années en clinique qui commencent à s’accumuler, j’ai la chance de récolter plusieurs témoignages de trucs pratico-pratiques qui ont bien fonctionné pour certaines personnes. Il est possible qu’ils ne soient pas d’emblée miraculeux, mais ils méritent qu’on leur donne leur petite chance :

  • Bouger : On prend un 20-30 minutes par jour pour se dégourdir à l’extérieur. L’activité physique peut être vue comme un antidépresseur et un anxiolytique naturel.
  • Liste de tâches : On énumère l’ensemble des tâches à faire à la maison et on prend le temps de les diviser équitablement selon nos forces et personnalités.
  • Solitude : On s’accorde un moment seul et on laisse le ou les partenaires avoir leur moment de solitude également.
  • Time out : On évite que le conflit devienne un ouragan d’insultes en cessant la discussion dès qu’elle envenime. Attention, il faut reprendre la discussion un peu plus tard pour la conclure officiellement.
  • Faire le chat au soleil : On prend quelques minutes pour s’asseoir et ne rien faire. Une pensée pour nos chats qui ont le don de trouver le meilleur endroit pour se prélasser.
  • Routine positive : On se bâtit une nouvelle routine de couple : une tisane sur le divan avant d’aller dormir? Un nouveau défi de couple à chaque jour? Méditation ensemble? On partage les gratitudes de notre journée? On lit de la littérature érotique ensemble?

Et vous, quels sont vos meilleurs trucs pour créer un bon climat à la maison en cette période surréaliste? N’hésitez pas à les inscrire dans les commentaires; j’ai envie de vous lire!

Eugénie Larrivée est sexologue clinicienne et psychothérapeute et fondatrice de Sexualis. Mordue de son métier, elle se passionne autant pour les changements individuels dont elle est témoin dans son bureau que les changements sociaux en lien avec la sexualité. Son objectif est de favoriser un mieux-être sexuel pour toutes et tous.

Sexualis est une nouvelle entreprise sexologique pour adultes qui a pour mission de favoriser l’accès aux services sexologiques en offrant des consultations en ligne et des outils de développement self-help. Afin de lancer les consultations en ligne avec des sexologues au printemps 2020, une compagne de sociofinancement se tiendra sur la Ruche Estrie jusqu’au 9 mai 2020

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.