En février, tombez en amour avec la culture!

Ah! mes Radieuses chéries! Février le mois le plus court, mais le mois de l’amour! Et pourquoi ne pas le célébrer tout au long du mois? Pour se faire, voici quelques propositions à rendre Cupidon jaloux! Vive l’amour et les arts!

Théâtre

Quand des acteurs-auteurs à l’imagination aussi fertile que Christian Bégin, Evelyne de la Chenelière et Jérémie Niel désirent unir leurs forces pour créer, jouer et mettre en scène une œuvre, ça risque de brasser. Surtout quand on fait en sorte que le public devra vivre une histoire mystérieuse à travers la voix d’un témoin d’un probable meurtre dans le fin fond d’un bois et que trois humains s’y sont engloutis pour se perdre… Et pour ajouter au suspense, la tension sera à son comble dans cette noirceur de 1926, grâce à la trame sonore de l’oscarisé Sylvain Bellemare (Arrival de Denis Villeneuve)… Je ne sais pas si c’est votre cas en me lisant, mais moi j’ai le frisson simplement à vous écrire ces lignes! Il va faire NOIR et ils n’auront pas de cellulaire pour se faire de la lumière ou pour appeler le 911! Oh! misère! Oh! malheur! 😉

Sauriez-vous me dire qui est le metteur en scène québécois qui a monté le plus grand nombre de Shakespeare? Eh bien, c’est notre Robert Lepage national qui en a fait plus d’une quinzaine et qu’heureusement personne, même pas un Britannique attaché à sa couronne avec de la broche, n’a accusé d’appropriation culturelle… Pour la troisième fois de sa brillante carrière, Lepage remonte Coriolan, la toute dernière tragédie de ce grand dramaturge, traduite et adaptée par l’excellent Michel Garneau. On se transporte dans une Rome affamée et dans le chaos, alors que le fougueux Marcius, surnommé Coriolan par ses légionnaires, prendra le pouvoir grâce au peuple qui l’idolâtre, ayant repoussé l’ennemi. Il ne sera pas reposant pour la suite des choses, croyez-moi! Encore une fois une production colossale du célèbre Stratford Festival, tant par sa mise en scène que sa distribution. Alexandre Goyette brille en Coriolan, tout comme Anne-Marie Cadieux en mère intransigeante et Rémy Girard en politicien d’expérience. Ne manquez pas ça!

Filles talentueuses en spectacles!

Véronic Dicaire en spectacle

Il y a un bail que je connais Véronic Dicaire, alors que je la bookais en tant que recherchiste sur des émissions au début des années 2000 et qu’elle entonnait son grand succès Feel Happy. Déjà à cette époque Rémon, son gérant de mari, me disait qu’on avait rien vu et qu’elle était aussi talentueuse de Céline! Il avait bien raison, elle qui chante, danse, imite plus de 50 voix, fait des premières parties de Céline devenue sa grand chum, anime et est connue sur quatre continents. Si vous ne l’avez jamais vue, surveillez la tournée portant son nom qui débute cette année et qui s’échelonne sur trois ans. Cette fois, Véronic vous promet un nouveau méga gros show d’hier à aujourd’hui, avec danseurs, musiciens et bien des effets spéciaux. Ça promet! Et puis après tout ce chemin parcouru, on peut dire que Véro Dicaire a beau imiter des tonnes de voix, elle a trouvé SA voix et je suis bien contente pour elle. Elle n’a pas fini de nous étonner et faite vite, après cette tournée québécoise en février, elle part en Europe et en Asie pour un bout!

Depuis son premier rôle marquant de la méchante IPL d’Unité 9 et sa superbe Bolduc dans le film du même nom, le Québec s’est épris de cette plus que talentueuse artiste qui campe nouvellement le rôle de Caroline dans Une autre histoire. Cette excellente comédienne ne cesse encore de nous surprendre puisque voici qu’elle chante sur scène dans un premier spectacle intitulé Elle était une fois. Accompagnée de trois musiciens, Debbie va parcourir le Québec pour chanter les mots de femmes d’ici et d’ailleurs. Avouez que vous avez hâte qu’elle passe par chez vous!

Un bon disque!

Petite plage – Ingrid St-Pierre – Simone Records

Depuis 2011 et son premier opus, Ma petite mam’zelle de chemin, j’aime cette jeune et talentueuse artiste! Sa douce voix et son piano ont toujours comme effet sur moi, d’un baume sur l’âme. Trois albums plus tard, elle nous revient avec ses magnifiques mots et musiques sur Petite plage. Si vous êtes des fans de la série L’Heure bleue à TVA, vous avez assurément été touchées d’y entendre le premier extrait La Lumineuse, chanson écrite pour son fils. Vous le serez encore avec le deuxième extrait Les joalliers, sorte d’hommage aux ainés de ce monde. Que j’aime ces paroles :

Je sais que c’est pas vrai l’âge n’a pas d’or
Et si on devenait joailliers d’années-lumière?

N’est-ce pas beau ça mes amies? Imaginez le reste!

Un musée et une super expo!

En 2018, cela a fait 70 ans que de grands artistes d’ici signaient le fameux Refus global qui allait en quelque sorte, donner le premier élan de la Révolution tranquille. Une des figures marquantes de ce pacte fut sans contredit Paul-Émile Borduas. Pour célébrer son œuvre, le Musée d’Art contemporain de Baie-Saint-Paul a produit une exposition réunissant artistes et photographes qui ont grandement été inspirés par ce grand maitre de l’art visuel d’ici.

Cette expo qui a connu un grand succès l’été dernier s’arrête au Musée des Beaux-Arts de Sherbrooke jusqu’au 29 mars prochain. Si vous n’avez jamais mis les pieds dans ce petit musée régional très dynamique, ça vous donne l’occasion de découvrir l’ancienne Eastern Township Bank, magnifique édifice patrimonial situé dans ce très beau quartier qui a joué un rôle important dans l’histoire de la révolution industrielle québécoise et qui regorge d’excellents restaurants. En plus, il est situé juste à côté de l’impressionnante gorge de Magog! Bien oui, j’aime ploguer ma ville natale que je trouve belle et culturellement parlant, dès plus intéressantes!

Cinéma

Rendez-vous Québec cinéma – Montréal et Drummondville – 20 février au 2 mars

On fait du bon cinéma au Québec, vous êtes d’accord avec moi? Sachez mesdames, qu’il n’y a qu’un seul festival qui se consacre au cinéma de chez nous! Et c’est en février qu’on célèbre avec les Rendez-vous Québec Cinéma du 20 février au 2 mars à Montréal. Pour la deuxième année consécutive, on se transporte aussi en région du 21 au 23 février, alors que les Drummondvillois seront heureux de vous accueillir! Ce sera l’occasion de voir ou de revoir des films de tous les genres, mais aussi l’opportunité de rencontrer son très fier porte-parole Patrick Huard ou encore, les artistes et les artisans de notre cinéma qui fait de plus en plus parlé de lui sur cette planète. Pour connaitre toute la programmation qui n’est pas encore dévoilée au moment d’écrire ces lignes, vous n’avez qu’à vous faire aller sur les zinternet en consultant le site Web https://rendez-vous.quebeccinema.ca. Il y en a pour tous les goûts, c’est bien certain!

La soirée des Oscars – le dimanche 24 février – 20 h

Je ne serai pas présente au Dolby Theater à Hollywood le 24 pour la soirée des Academy Awards, mais je serai assise devant ma tévé avec ma Lili, fidèle au poste depuis des décennies! J’adore ce gala annuel que j’attends impatiemment chaque année et qui fait place aux plus grandes stars de l’univers – du moins, le nôtre! – portant robes, complets et tuxedos griffés qu’ils n’ont pas payés! Pour qui voteront les 8000 membres de l’Academy Of Motion Picture c’t’année? Craqueront-ils pour A Star is Born, Vice, The Favourite, Black Panther ou autre film qui ont rapporté des millions?

Ou encore, pour les performances remarquables de Lady Gaga, Olivia Colman, Christian Bale ou Rami Malek? Pour paraphraser une bonne veille pub qui vous sonnera une cloche : « seul, son coiffeur le sait », mais il faudra attendre le 24 pour connaitre les grands gagnants de cette soirée qui se termine toujours passé minuit… Prenez des vitamines et couchez-vous de bonne heure d’ici là et allez voir le site Internet officiel pour connaitre tous les nominés! Et n’oubliez pas de consulter votre câblo pour savoir sur quelle chaine il sera diffusé par chez vous! Bon gala, là!

Au bout des doigts

Charmant film sous le signe de la belle musique et qui a connu un grand succès en France, Au bout des doigts raconte l’histoire d’un jeune homme qui habite une banlieue et qui a de mauvaises fréquentations, mais qui a un talent caché. Mathieu est un excellent pianiste qui joue dans le métro, selon un directeur de conservatoire qui le découvre et qui, selon lui, a le potentiel d’une carrière internationale. Le combat mené par le directeur (Lambert Wilson) et son prof de piano (Kristin Scott Thomas) sera loin d’être facile pour que Mathieu (Jules Benchetrit, nominé pour le César du meilleur espoir masculin en 2018 arrive à comprendre enfin, qu’il est ce grand artiste qu’ils voient en lui. Pour les amateurs et les profanes, l’occasion rêvée d’entendre le fabuleux Concerto pour piano nº 2 de Rachmaninov.

*** Nous remercions notre partenaire de la section culture La Maison du Cinéma de Sherbroke ***

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.