Hymne à l’amour!

Il existe plusieurs sortes d’amour. L’amour de la vie, l’amour des animaux, l’amour de son prochain, l’amour de la bonne chère, etc. Toutes ces formes d’amour ont leur raison d’être. Elles apportent réconfort, bien-être et bonheur et procurent souvent un sentiment de légèreté, de béatitude. Elles nous transportent au 7ciel… rien de moins!

J’aimerais vous parler d’amour inconditionnel. Celui que l’on accorde les yeux fermés, sans jamais le remettre en question, sans jamais en douter. Celui que l’on porte à ses enfants.

J’ai un fils. Un grand gaillard de 6 pieds, trois pouces, 250 livres de chair bien portante. Un rouquin qui a hérité du sens de l’humour corrosif de sa mère. Peu loquace en général. Mais quand il ouvre la bouche, c’est la plupart du temps pour lancer une boutade qui ressemble plus à un boulet de canon qu’à autre chose.

J’ai un fils que j’aime par-dessus tout. Il ressemble physiquement à son père, mais son caractère semble presque copié-collé sur celui de sa mère.

J’ai un fils qui vit loin de la maison. J’ai pris l’habitude d’aller le visiter dès que j’en ai l’occasion, quitte à les provoquer parfois. Je prends la route pour Ottawa hiver comme été, beau temps mauvais temps, et j’en suis venue à apprécier les charmes de la capitale fédérale.

J’ai un fils et j’ai maintenant aussi une bru, Trang. Thomas et Trang. Elle est d’origine vietnamienne et complète à merveille mon rejeton. Toujours souriante, ricaneuse, patiente et posée, elle est sans aucun doute ce qui pouvait arriver de mieux dans la vie de mon fils… et ce n’est pas peu dire.

J’ai un fils qui me comble de bonheur sans même le savoir… sans être présent au quotidien, il occupe très souvent mes pensées. Je nous revois tous les deux quand il était tout petit et que nous allions ensemble jouer au parc. Je l’assoyais dans une balançoire et le faisait monter très haut vers le ciel presque jusqu’aux nuages. Il riait, il riait tellement!

Je nous revois aussi chez Costco alors que je lui avais refusé une peluche qu’il convoitait dans le magasin. Pour se venger, il avait couru en tous sens dans les allées en criant et en pleurant de rage. J’avais l’air d’une mauvaise mère tortionnaire et sans cœur! Mais j’avais tenu bon pour une fois.

Autre souvenir mémorable entre tous! Pour souligner mon 60eanniversaire, Thomas m’avait offert un voyage en famille à Las Vegas. Lui, sa compagne Trang, ma sœur Diane et moi. Je n’oublierai jamais ces moments heureux à se balader sur le Strip et dans le désert. À manger des portions gargantuesques de nourriture et à défier les machines à sous des casinos aux décors tous plus déjantés les uns que les autres.

J’ai un fils qui fera peut-être de moi une grand-mère un jour… qui sait! Un ou une petite fille aux cheveux roux et aux yeux bridés… ce serait tellement beau et unique! J’en rêve…

J’ai un fils dont je suis très fière comme toutes les mères le sont en général. Je suis fière de ce qu’il est, un homme sensible, aimant, avec un cœur immense. Il n’est pas parfait, mais c’est mon fils et c’est la plus belle personne au MONDE…

Thomas, sache que sans toi, ma vie serait fade et incolore, sans goût et sans saveur. J’ai fait le rêve qu’un jour tu me prendras par la main comme j’ai si souvent pris la tienne et tu m’amèneras marcher dans un sentier bordant la mer et tu me confieras tes rêves, tes joies et tes peines. Et moi, je serai là comme toujours pour t’accompagner jusqu’au bout de la route qui mène on ne sait où…

Ta seule et unique mère qui t’adore!

1 commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.