fbpx

Lyne Tremblay, une femme plus qu’inspirante!

C’est lors d’une journée plutôt nuageuse que j’ai eu le bonheur de discuter avec Lyne Tremblay. À l’autre bout du fil, son énergie et son sourire contagieux ont tout pour me faire oublier la température extérieure. Si vous ne connaissez pas encore cette femme aux multiples talents et à la grande capacité de voir la vie du bon côté, vous aurez assurément un coup de cœur à votre tour!

Un parcours atypique et oh combien impressionnant!

Originaire de Jonquière, Lyne a eu une enfance heureuse, des parents avant-gardistes et aimants, et rêvait déjà d’aventures. Des aventures, elle était loin de se douter qu’elle en vivrait autant. En effet, au cours de sa vie, Lyne a eu à surmonter une multitude d’épreuves. Parmi celles-ci, elle vivra un accident d’auto dont elle sera la seule survivante, elle apprendra, à 34 ans, le diagnostic de sa maladie, un syndrome neurologique sévère, son kayak sera coupé en deux par un speedboat et son mari décèdera d’un arrêt cardiaque à l’âge de 39 ans; rien de moins. Mais loin d’elle l’idée de s’apitoyer sur son sort. Grâce à sa grande force morale, les épreuves n’ont pas empêché cette femme de devenir pilote d’avion, enseignante en aéronautique, de briller dans 7 sports comme athlète de haut niveau, d’être ingénieure, athlète paralympique dans deux sports différents, de faire le tour du monde, de devenir conférencière… et de survivre à la vie (plus d’une fois!). Vous commencez à me comprendre lorsque je qualifie son parcours d’impressionnant? Attendez de lire la suite.

Rêver grand oui, mais réaliser ses rêves, encore plus

Enfant, Lyne avait trois rêves : celui de piloter un avion, comme son père avant elle, de faire le tour du monde et de participer aux Jeux olympiques. Vous l’aurez deviné, elle a déjà réalisé tous ces rêves de jeunesse à l’heure où j’écris ces lignes et continue de rêver. À l’âge de 17 ans, elle deviendra la plus jeune pilote à se rendre en solo aux États-Unis en monomoteur, elle participera deux fois plutôt qu’une aux Jeux paralympiques, et ce, dans deux sports différents, et grâce à sa passion et son talent pour le sport, elle se rendra sur les 5 continents pour des entraînements ou des compétitions. Comme elle le dit si bien : « c’est important de croire en ses rêves, mais c’est encore plus important de les réaliser. Il faut rêver grand et surtout, mettre tous les efforts pour qu’ils se concrétisent. » Deuxième meilleure femme au classement mondial au tir à la carabine et détenant les records canadiens et américains toutes catégories confondues, Lyne poursuit ses rêves puisqu’à l’été 2021, elle représentera le Canada aux Jeux paralympiques de Tokyo dans cette discipline.

Une passionnée passionnante

Dans le cas de Lyne, mon petit doigt me dit que la passion l’a poussée à réaliser ses rêves les plus fous. Lorsqu’elle me parle de ses projets, on sent tout de suite la flamme qui l’anime, l’étincelle qui la porte. Travaillant au lancement virtuel de son premier livre Dans la mire du destin sous forme de capsules qu’elle partage quotidiennement sur sa page Facebook, elle adore ce projet puisqu’il s’agit pour elle d’un défi. « Apprendre me passionne, voir des vides se remplir constamment, avoir des intérêts qui se développent, j’adore ça ». « C’est tellement le fun ce que je fais, j’aimerais que mes journées n’arrêtent jamais. Je suis tellement passionnée que j’en oublie de manger, de dormir. »

Lyne et son livre Dans la mire du destin. Disponible ici : www.lynetremblay.ca

Foncer pour rester en vie

L’engagement, le fait d’avancer et de foncer, est un autre élément très important aux yeux de Lyne. « Quand on veut faire un projet, on doit s’engager, on doit foncer. Plus tu y vas et plus tu restes en vie. Bien sûr, il est normal d’avoir peur; la peur, comme l’anxiété fait partie de l’humain, de sa nature. Cependant, à mon avis, le courage c’est d’avoir peur, mais d’y aller quand même. Je crois qu’il faut apprendre à apprivoiser la peur, l’apprivoiser petit à petit pour se dépasser constamment et continuer d’avancer. » Si Lyne aurait pu se laisser abattre à cause des nombreuses épreuves qui se sont mises sur son chemin, elle est, pour moi, un parfait exemple de courage et de détermination. Plus encore, elle affirme : « je n’ai pas de regrets, en fait, je n’utilise pas ce mot-là. À chaque action, il y a un apprentissage. J’aime mieux faire des choses et apprendre que de ne rien faire et de ne pas apprendre. ». « C’est quand on fait des choses plus difficiles qu’on ajoute de la valeur à notre histoire », conclut-elle. Inspirant, non?

Conjuguer la vie au présent, un outil de résilience

Ce qui est aussi inspirant, c’est sa résilience, son sens de l’adaptation. Selon elle, on ne peut pas forcer la résilience. « Je pense que plus on vit de choses, plus on sort de notre zone de confort et plus la résilience sort rapidement, car on a développé les outils. Il faut la pratiquer. » Si elle me confie avoir eu des parents présents qui lui ont légué ces outils, elle est reconnaissante des aventures qui se sont ajoutées à son parcours. « Le fait d’avoir vécu tout ça, c’est ce qui fait que je me sens privilégiée et je ne serais pas la même personne sans ça. »

Ingénieure de métier, Lyne m’avoue qu’elle a une pensée plus scientifique qui l’aide à cheminer de façon positive. « Je regarde ce qui est présentement, l’état actuel des choses. Je ne fais pas de comparatif avec ce qui était avant, et c’est beaucoup plus constructif. Pour moi, c’est une belle stratégie de vie parce que tu n’es jamais dans le manque de quelque chose. » D’ailleurs, un des moments charnières qui m’a épatée dans son parcours, et qu’elle aborde dans son livre, est le moment où on lui apprend qu’elle est devenue paraplégique. Alors qu’elle encaisse difficilement cette annonce au départ, elle sort ce gros tube de résilience, comme elle l’appelle, et poursuit : « j’irai avec ce qui me reste et non avec ce que je n’ai plus ». Bien entendu, cette pensée n’est pas magique. « C’est un travail de tous les jours. De toutes les heures même. Mais ça en vaut tellement la peine. »

Lyne sur le podium au Sydney Cup 2019 en Australie

Être grand-mère, son plus bel accomplissement

Pour elle, être grand-mère par procuration est un réel bonheur. « Quand tu es grand-mère, tu te vois toi-même; tu t’es fait transmettre des choses et tu les transmets à ton tour. Quand tu es parent, tu es toujours dans l’anticipation, alors que lorsque tu deviens grand-parent, tu as le temps, tu observes. Avec les petits-enfants, tu es dans le moment présent et tu as le temps de les regarder, tu vois leurs yeux briller, c’est merveilleux! »

Webinaire, podcast et deuxième livre… Une foule de projets stimulants à venir

En plus de s’entraîner 40 heures par semaine (et même plus!) pour les Jeux paralympiques de Tokyo à venir, Lyne a vu naître, avec la pandémie, l’idée d’un nouveau projet : celui d’un webinaire pour raconter son histoire et sa philosophie. Déjà conférencière, elle ajoutera une corde à son arc avec cette conférence virtuelle pour inspirer petits et grands.

Elle travaille aussi sur un deuxième projet de podcast où elle recevra des gens qui l’ont inspirée à son tour et a également en tête d’écrire un deuxième livre qui portera sur les questions qu’elle reçoit et sur celles qu’elle se pose.

Bref, si Lyne retient la philosophie qu’elle a apprise lors de ses nombreuses visites en Corée du Sud qui propose ce qui suit : « Meilleurs les autres vont être, meilleurs tu deviendras toi-même. », on peut définitivement espérer à notre tour que son expérience de vie nous inspirera à devenir une meilleure version de nous-mêmes.

Vous voulez en savoir plus sur Lyne Tremblay? Visitez son site Web, suivez-la sur sa page Facebook ou découvrez son autobiographie Dans la mire du destin, un livre que j’ai dévoré en un rien de temps.

Psst! Restez à l’affût, un concours s’organise sur la page Facebook des Radieuses Magazine!

1 commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.

 

Et je reçois le top 5 de leurs articles les plus populaires

Recevez dans vos courriels, les conseils de nos collaborateurs vedettes et experts.

Isabelle Huot, Brigitte Poitras, Jean-François Plante, Danielle Ouimet, Jardinier paresseux...

Non merci.
This is custom HTML. Edit this text from left side panel.