Ma véritable identité

Ça m’a pris tout mon petit change, comme on dit en bon québécois. J’adhère à la définition qui explique cette expression : « quelque chose me demande beaucoup d’énergie et d’effort » ou encore « la capacité à puiser dans toutes mes ressources pour parvenir à mes fins 1». Humblement, il m’a fallu une dose de courage ou une détermination certaine pour me laisser aller à écrire sur ce qui m’appartient de plus personnel, même ce qui ne me plaît pas nécessairement!

En 2011, lorsque Nadine Lauzon, une éditrice de Groupe Librex, a frappé à ma porte pour me proposer d’écrire mon histoire, j’ai dit non sans même hésiter. Je n’étais pas prête à me révéler. Toutefois, après la lecture de mes différentes conférences, elle y a trouvé un intérêt. C’est ainsi qu’est né le livre J’ose déranger, qui contient des réflexions sur la base de mes expériences personnelles et professionnelles, publié en 2014 aux Éditions Publistar. Dans cet ouvrage, j’y aborde les thèmes de la retraite, du bénévolat, de la relève, de la responsabilisation, des deuils et aussi de ma mère. Eh oui ! De ma mère que vous connaîtrez beaucoup plus dans mon deuxième livre.

Dans J’ose déranger, j’ai bien sûr fait quelques révélations, notamment sur ce qui a amené mon ami et collègue Gaétan Girouard à se suicider et sur mes difficultés à m’incruster dans le boy’s club au début des années 1970. Pour dire la vérité, j’ai effleuré tous ces sujets sans jamais trop me compromettre.

En 2018, Nadine Lauzon est revenue à la charge en me proposant de me lancer dans la rédaction de ma biographie. Il m’a fallu presque deux ans avant d’accoucher de ce nouveau chapitre de ma vie, Ma véritable identité, avec tous les risques que cela comprend. Il est évidemment question de risques, parce que depuis toujours, j’ai vécu en fonction du regard des autres. Si bien qu’une partie de moi-même craint encore le jugement, la condamnation et même le rejet. Le rejet : ce maudit sentiment qui m’a habité toute ma vie et qui est encore parfois présent. Que voulez-vous? Il s’agit d’un long apprentissage!

Pourquoi Ma véritable identité ? Non, je n’ai pas été espionne pour une organisation quelconque! Pourtant, cela aurait été plausible avec mes airs de fonceuse que vous avez notamment connus à l’émission J.E. au réseau TVA. C’était mal me connaître. Depuis longtemps, je cachais une fragilité souvent chaotique par trop d’abus de toutes sortes.

Pendant ces deux dernières années, à la suggestion mon éditrice, j’ai écrit sans filtre, sans restriction. Il fallait que les mots sortent, que les phrases s’enfilent les unes après les autres, comme une thérapie nécessaire.

Très sincèrement jusqu’en mai dernier, je n’étais pas convaincue que je devais révéler ma véritable identité. Au jour de la dernière révision de mon manuscrit, j’ai même affolé Nadine lorsque je lui ai demandé de ne plus publier. Des nuits d’angoisse à repasser des paragraphes plutôt gênants. Pour qui au fond? Pour nulle autre que moi. J’avoue que certains amis-es me trouvent un peu trop audacieuse de m’ouvrir autant. Mais, j’en avais assez de ces rumeurs à mon sujet alors que je tentais de refaire ma vie avec un homme. Ce livre est-il un coming-out? Oui et non, puisque je ne m’identifie pas comme étant homosexuelle, mais bien comme quelqu’un qui possède un parcours rempli de riches expériences que ce soit avec les femmes ou avec les hommes.

Ce livre me délivre aussi d’autres secrets, qu’ils soient familiaux ou professionnels.

Ma véritable identité vous amènera aussi dans les couloirs de la politique où j’y ai fait une tentative en 2015. Ce bref passage m’a confirmé que l’on ne peut pas toujours dire vrai.

D’ailleurs, je n’ai pas réussi à dire vrai pendant plus de vingt ans, alors que je m’étais tournée vers les femmes après avoir été rejetée par les deux hommes les plus importants de ma vie. J’ai toujours refusé de m’afficher homosexuelle, car j’ai compris avec le temps que je ne le suis pas. Alors qui suis-je? Un peu comme lors d’une véritable thérapie, je me mets à nue dans ce livre. Suis-je totalement libérée pour m’exposer ainsi? Une bonne partie du chemin est fait.

Le coincement qui m’embêtait dans la colonne vertébrale disparaît tranquillement pour faire place à une douce délivrance.

Mais ce que je souhaite plus que tout soit que mon histoire puisse aider ces femmes et aussi ces hommes qui ont vécu le cœur serré toute leur vie parce que, comme moi, elles et ils n’ont pas osé révéler leur véritable identité.

Ne manquez pas le lancement de mon livre Ma véritable identité, le 30 septembre prochain, à 17 h, en direct de ma page Facebook : https://www.facebook.com/Jocelynecazinprofessionnel

Vous êtes invitées à donner vos impressions, à commenter et à questionner. J’aurai le grand plaisir d’être interviewée par la romancière Nathalie Roy.

À tout bientôt!

Jocelyne

1. je-parle-quebecois.com/lexique/definition/expression-quebecoise/ca-prend-tout-mon-petit-change.html

4 commentaires
  1. Go Go Jocelyne!! J’ai travaillé à TVA entre 1989 et 1992 et je t’ai cotoyé à plusieurs reprises et tu es adorable!! Même que je me disais que dans ce monde impitoyable…tu n’allais pas tenir longtemps!! Erreur une force tranquille t’habitais et tu l’a prouvé…Oui c’est vrai qu’il y avait des rumeurs sur ton orientation sexuelle mais…en même temps ça regarde QUI? Toi et toi seule! Bravo pour ta belle franchise étrusque as raison de vivre ça au grand jour tel que tu es!!!

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.