Mieux, les édulcorants?

Le sucre étant pointé du doigt depuis quelques années, plusieurs consommateurs décident d’opter pour des produits dont la liste d’ingrédients affiche des édulcorants. Mais ce choix est-il préférable?

Un édulcorant, c’est quoi?

Souvent appelés « faux sucres », les édulcorants artificiels apportent un goût sucré aux aliments, mais sans les calories qui y sont normalement associées. Peut-être repérerez-vous le sucralose, l’aspartame, la saccharine ou l’acésulfame-potassium lors de votre prochaine visite au supermarché ? On les retrouve dans plusieurs produits comme les yogourts, les boissons gazeuses diètes et autres boissons, la crème glacée, les gommes à mâcher, les céréales à déjeuner, etc.

Édulcorants et santé

Si, bien longtemps, on a pensé que les substituts de sucre pouvaient faire partie de la solution au phénomène d’obésité mondiale, les choses sont quelque peu différentes aujourd’hui. Bien qu’ils soient encore considérés comme sécuritaires par Santé Canada, des études démontrent peu à peu que le fait de consommer régulièrement des édulcorants est associé à une prise de poids et à une augmentation du risque de maladies cardiovasculaires, d’hypertension artérielle et de diabète de type 2. Ainsi, il va sans dire que les édulcorants sont loin de faire l’unanimité!

Notre cerveau, influencé par ces édulcorants

Saviez-vous, chères Radieuses, que le fait de consommer des édulcorants pouvait mener à des excès alimentaires? Sans réelle livraison de sucre (malgré la saveur sucrée), le cerveau se sent floué. Il cherchera alors à combler cette attente avec des aliments sucrés. Plus encore, les personnes qui consomment des édulcorants auraient tendance à compenser en optant pour des aliments moins sains pour la santé. En effet, à cause de l’aspect « santé » des aliments sans sucre, on aurait tendance à manger des aliments plus caloriques par la suite pour se récompenser. Intéressant, non?

Et s’ils communiquaient avec nos bactéries?

Récemment, des chercheurs se sont également intéressés à l’effet des édulcorants sur le microbiote, soit l’ensemble des bactéries qui vivent dans notre système digestif (intestins et côlon plus particulièrement). Ces bactéries ont le pouvoir d’influencer notre poids, notre système immunitaire, et même notre humeur. Les substituts de sucre affecteraient, entre autres, le métabolisme du glucose en modifiant la composition de notre microbiote. Plusieurs recherches ont soulevé que la consommation d’édulcorants garderait le glucose plus longtemps dans notre sang, par divers mécanismes complexes. Résultat? L’un des symptômes typiques du diabète : un taux de sucre sanguin plus élevé. De plus, la modification de ce microbiote intestinal pourrait jouer un rôle dans l’augmentation du poids corporel, et ce, malgré un apport calorique adéquat. Les effets des édulcorants feront assurément l’objet d’études supplémentaires à venir. Une chose est certaine, la forte corrélation entre la consommation d’édulcorants et le risque accru d’obésité et de diabète de type 2 pourrait être expliquée, en partie, par ces théories.

Le stévia, un choix plus sain?

Certaines grandes marques ont déjà commencé à changer leur approche et à offrir des options alimentaires avec des édulcorants de source naturelle, comme la feuille de stévia. Cette plante provenant originairement de l’Amérique du Sud a un pouvoir sucrant de 200 à 350 fois plus que celui du sucre blanc. Malheureusement, il est encore trop tôt pour dire si cet édulcorant comporte moins de risques pour la santé que les édulcorants artificiels puisque très peu d’études ont porté sur le stévia. Toutefois, il est recommandé de limiter son usage, car les effets psychologiques compensatoires observés avec les édulcorants artificiels pourraient aussi bien se produire avec le sucre de cette plante. Il ne serait donc pas si surprenant que le stévia ait aussi des conséquences sur le système reproducteur et sur les bactéries des intestins.

Conseil de nutritionniste

Les recherches sur les multiples effets qu’ont les édulcorants sur notre corps et notre cerveau n’en sont encore qu’aux premiers balbutiements. Ainsi, puisqu’on ignore encore leurs effets à long terme sur notre santé, il vaut mieux en réduire considérablement leur consommation. Se désensibiliser au sucre peut, par exemple, être une bonne stratégie. Nos papilles s’habituent à manger moins sucré et ça ne peut qu’améliorer notre santé globale.

Isabelle

Envie de réduire votre consommation de sucre au déjeuner? Découvrez mes nouvelles tartinades fruits et chia de ma nouvelle collection déjeuner. Offertes en trois saveurs, 4 fruits, fraises et canneberges, elles apportent des fibres et sont sans sucres ajoutés et sans édulcorants.

Disponibles chez Metro ou sur ma boutique en ligne : www.isabellehuot.com

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.