Bonne année, gros nez! Pareillement, grandes dents!

Ah! Je vous prends par surprise, là? Vous ne vous attendiez pas à ça, n’est-ce pas ? Vous pensiez que j’allais poliment vous souhaiter une « Bonne Année 2018 remplie de toutes sortes de belles affaires » ? Disons que j’avais le goût de vous faire rire, ou du moins sourire un peu avec cette expression qui n‘a ni queue ni tête! Simplement à écrire le titre, j’ai toutefois des souvenirs qui me montent à la tête…

Est-ce que, comme moi, vous avez en mémoire ces gros partys de famille de veille du Jour de l’an où on se retrouvait tous ensemble, cousins et cousines, mononcles et matantes, grand-papa et grand-maman? Une grosse soirée qui se passait à attendre minuit dans un immense nuage de boucane de Rothmans où l’alcool et la tourtière se volaient tour à tour la vedette?

Chez nous, la veille se passait toujours dans la famille de ma mère… On commençait au mois de septembre à se demander qui allait recevoir c’t’année… C’était toujours les femmes de la famille qui voyaient à tout préparer pendant que mon grand-père et sa ponce de gin le faisait raconter toujours ses mêmes histoires d’agent d’assurances pendant que mon père et mon oncle Sam sirotaient respectivement leurs p’tites Laurentide et leurs p’tites Dow. Les gendres ne disaient pas un mot, se berçant patiemment en écoutant mon grand-père Philippe délirant d’heure en heure avec l’aide de son De Kuyper

J’étais toujours contente de voir la famille, notamment mon oncle Marcel, ma tante Milie et mon oncle Dodo qui descendaient de Québec pour venir fêter à Sherbrooke. Ma tante Rolande, mes oncles Jean et Louis-Philippe ainsi que ma merveilleuse grand-mère Joséphine avaient,  comme la gang de Québec, un grand sens de l’humour. Nous, on arrivait de Montréal, toujours les derniers en lice parce que ma mère travaillait chez Les Bijoutiers Diamantaires Peoples. Fallait bien qu’elle vende des diamants jusqu’à la dernière minute à ceux qui allaient demander leur douce en mariage ce soir-là…Bref, une fois tous arrivés, la meute des Miller attendait minuit avec fébrilité, drinks et bonnes blagues, mais aussi avec une sorte de tristesse palpable à 100 pieds. Faut dire que cette famille a toujours eu des allures de familia italienne… Portée à rire mais aussi beaucoup à pleurer, et assez facilement… Une famille au grand sens de l’humour et du DRAAAAME…

Moi, j’attendais impatiemment Le Bye Bye avec les Olivier Guimond, Cyniques, Dodo et Denise, Dodo et Patrice, Dodo et René… J’aimais tellement ça que j’en parlais pendant des jours! Je me refaisais des sketchs dans ma tête! Je n’avais pas nécessairement le goût d’entendre le décompte 5-4-3-2-1… parce que ça signifiait la fin de mon beau programme mais aussi parce que tout le monde se mettait à se souhaiter Bonne Année ! souvent en versant des larmes… Parce qu’on pleurait ceux qui n’y étaient plus ou encore parce que ma grand-mère ou mon grand-père disait que c’était peut-être leur dernière année… Vous dire comment ça cassait MON Bye, Bye… Et cet esprit est demeuré, comme si les drames du Jour de l’An étaient latents… Les années ont passées, et ma tante Émilienne, dite Milie, est partie un 30 décembre tandis que ma tante Rolande, qui s’en allait au party de son fils, s’est envolée dans la nuit du 31 au 1er… « Maudit Jour de l’An! » que dit encore ma mère qui déteste toujours ça!

De mon côté, j’avoue que j’ai hérité d’un peu des gênes de ma famille et que je suis un peu une Miller’s Drama Queen… Mais j’ai toujours envie d’écouter le Bye, Bye parce que j’ai le goût de finir l’année en riant et non en pleurant!  En 2018, je me souhaite qu’on me donne le goût de rire même si les épreuves de la vie m’écrasent parfois la rate… C’est la dernière année de ma cinquantaine après tout, vaut mieux en rire! Oui, en 2018, souhaitons nous toutes et tous de rire à plein poumons de temps en temps, et même souvent. Souhaitons-nous une année radieuseusement drôle et douce!

Souhaitons-nous Bonne année p’tit nez ! Pis pareillement, pas d’dents!

Pis un beau ti-bec en pincettes avec ça?

Chantal xx

2 commentaires

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.