Ciao bye!

Je ne suis pas dépressive. (Être dans le domaine de la santé nous permet de s’auto-diagnostiquer même si on ne devrait jamais… ;)).

Ça part fort mais je me devais d’être clair pour ce qui va suivre…

Tsé, quand t’as envie de dire : ciao bye! ? Tout simplement? Partir faire le chemin de Compostelle pendant 6 mois et finalement rester là-bas ? Vendre maison, autos, meubles, prendre le chum par la main et monter dans le premier avion?

Une série de mauvaises nouvelles, un hiver interminable, un sentiment d’impuissance face à certaines situations… Naturellement, l’adulte équilibré (! ☺) que je suis arrive à passer au travers de tout ça en utilisant tous ses outils et du même coup, faire taire sa petite voix intérieure. Mais quand le conjoint rentre du boulot après une journée particulièrement difficile en disant : « Ouf, je ne sais pas ce qui me retient de tout laisser tomber ! » Et bien, il n’en faut pas plus pour que la petite voix devienne un cri strident…

Et si on le faisait? À qui on manquerait ? Les journaux sont remplis de gens inspirants qui quittent tout pour un rêve, une quête. L’ont-ils fait sur un coup de tête ou était-ce réfléchi pendant des mois?

La jeune cinquantaine coïncide souvent avec une remise en question. Ça, je le savais… mais ça, y a-t-on le droit ? Est-ce égoïste? Est-ce trop? Genre de trip qui dure 1 mois ?

Moi, la fille qui aime ses amis, sa famille, amoureuse de ses enfants, qui a des collègues de travail en or… Combien de temps pourrait-on y croire ?

Et surtout, on ne veut blesser personne. Car, c’est certain, plusieurs ne comprendront pas. On ne se gênera pas : irresponsables, ridicules, c’est un trip de jeune…etc. Peu importe, du jugement, il y en aura.

Il faut aussi s’arrêter pour s’écouter. Est-ce une phrase tout faite qu’on envoie de plus en plus en l’air ou c’est un souhait bien présent ? La liste des raisons de vouloir quitter est longue mais la liste des raisons de vouloir rester ne semble pas vouloir se laisser vaincre si facilement.

Déjà, en l’écrivant, j’ai la sagesse de m’auto-censurer, car je suis consciente que les écrits restent et que la cinquantaine n’est pas une excuse pour tout saboter le « avant ».

Et de plus en plus, le grand départ se transforme plutôt en une résidence secondaire en Floride, ou ailleurs. Ou à 2 semaines à Paris. Ou à 1 semaine à Cuba. Ou à une fin de semaine dans Charlevoix. Ou à une visite au Salon de l’habitation de Mtl…

4 commentaires
  1. Vous avez si bien cerné le problème. On a toutes à un moment donné dans nos vies ce genre de remise en question que je trouve salutaire. Merci!

  2. Cette remise en question a été faites en 2007 ,nous nous sommes dit mon mari et moi et nous voilà parti avec notre fils ,quittant amis et familles,et la France (la Côte d’Azur) pour venir voir comment ça se passait à Québec ,et nous sommes toujours là !! Et citoyens Canadiens depuis 4 ans !!et vraiment BIEN😀😀😀
    Maintenant nous passons nos vacances en France!!

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.