fbpx

Et si vous deveniez conductrice d’autobus?

Peut-être l’avez-vous remarqué, lorsqu’on croise un autobus scolaire, c’est bien souvent une femme (pour ne pas dire une Radieuse de 50+!) qui est derrière le volant. 

Mais quelles sont les raisons qui poussent bon nombre de femmes à choisir ce métier ou bien à retourner sur le marché du travail pour transporter la relève de demain vers l’école? Nous avons mené l’enquête et, pour être honnête, ça nous a franchement donné envie d’envisager cette option pour la retraite venue! 

Montez à bord!

La campagne de recrutement « Prends place » bat son plein. La Fédération des transporteurs d’autobus cherche à combler des postes partout au Québec en vue de la rentrée scolaire : « Si la vie sociale vous a manqué durant la dernière année, que vous aimeriez travailler quelques heures le matin et en fin de journée afin de garder du temps pour vos activités et qu’en plus, vous aimez conduire, la conduite d’autobus scolaire pourrait être une belle option. Comme bien des domaines, nous faisons face à une pénurie de main-d’œuvre en ce moment et comme le transport scolaire est un service essentiel, nous cherchons activement des candidats pour combler les centaines de postes dans les entreprises membres de la Fédération », mentionne Martin Bureau, directeur général adjoint et directeur des communications de la Fédération des transporteurs par autobus. 

Le meilleur emploi du monde!

Devenir une personne de confiance pour les petits, comme les grands, voici ce qu’apprécie le plus Madame Nancy Néron, 58 ans, conductrice depuis 18 belles années chez Autobus Laval à Québec. « Quand je vois les yeux des petits qui prennent l’autobus pour la première fois, ça fait mon bonheur! Les yeux des parents aussi parlent beaucoup, c’est important d’établir une belle relation avec eux aussi puisque tu deviens responsable de leur progéniture. C’est très valorisant comme emploi puisque tu détiens un rôle primordial dans la sécurité des enfants. »

Madame Nancy Néron, fière conductrice depuis 18 ans

De belles conditions

« Je n’ai jamais hâte au congé! Pour moi, conduire l’autobus, ce n’est pas un travail, c’est un plaisir. Au départ, je ne pensais pas faire ce métier aussi longtemps, mais j’adore ça! J’adore les enfants, j’aime la routine, les conditions, les temps libres que ça m’apporte. Je peux retourner chez moi, popoter, faire mes commissions…

En plus, à bord de mon autobus, je vois la nature, je profite des quatre saisons. J’ai une liberté et j’ai toujours du plaisir! Et on ne se le cachera pas, il y a beaucoup de congés donc on profite de l’été, des vacances de Noël, de la semaine de relâche… Ce sont de très belles conditions de travail! En plus, il y a une certaine routine, mais ce n’est jamais ennuyant puisque l’on ne sait jamais ce que la route nous réserve. L’autre jour, j’ai vu une belle famille de canards traverser la rue, génial, non? »

Le côté social

Ce que Madame Néron aime aussi, c’est l’interaction avec les gens : « Pour moi, le côté social est important. En tant que conductrice d’autobus, j’entretiens une belle relation avec les parents, les professeurs et les autres chauffeurs. Après la ronde du matin, tout le monde sort dehors et on jase! Quand j’ai un temps d’attente, quelque fois, je sors ma chaise dehors et je lis mon livre, ou bien je prends une marche entre mes 2 parcours. Il y a tellement de bons côtés! » 

Des candidats bien accompagnés

Si la formation vous intéresse, sachez que vous serez très bien encadrées par l’entreprise qui vous embauchera : « Le candidat est vraiment accompagné par son employeur dans les démarches administratives et la formation à suivre. Comme il y a bien souvent des classes de permis de conduire à aller chercher, les transporteurs préparent les candidat.es en vue de passer l’examen à la SAAQ. De plus, la formation est donnée un peu partout au Québec, donc vous pourrez fort probablement la suivre tout près de chez vous », mentionne Monsieur Bureau. « Si vous ne désirez pas prendre le volant d’un autobus scolaire traditionnel de 12 rangées, il est aussi possible de conduire un plus petit véhicule, comme un minibus de 24 passagers par exemple », poursuit-il.

Témoignage de Louis-Martin, conducteur d’autobus scolaire

Ça pique votre curiosité?

Pour soumettre votre candidature et ainsi devenir un visage familier et une personne de confiance pour des centaines de jeunes, et ce, dès septembre, visitez le prendsplace.com

Alors les Radieuses, prêtes à prendre votre place? 

Prendsplace.com 

https://www.federationautobus.com

*Chaque personne intéressée peut postuler en ligne, par région, et appliquer chez 3 entreprises à la fois. 

-Ce texte est une présentation de la Fédération des transporteurs par autobus
Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.

 

Et je reçois le top 5 de leurs articles les plus populaires

Recevez dans vos courriels, les conseils de nos collaborateurs vedettes et experts.

Isabelle Huot, Brigitte Poitras, Jean-François Plante, Danielle Ouimet, Jardinier paresseux...

Non merci.
This is custom HTML. Edit this text from left side panel.