Magique le Maroc? Que oui!

Cela faisait 20 ans que je n’étais pas allée en Afrique et j’étais si fébrile! J’ai eu la chance de passer plusieurs mois au Mali et en Côte d’Ivoire dans le passé et j’étais littéralement tombée sous le charme africain. Les odeurs, le chaos si vivant, la joie de vivre des gens, les enfants… Le Maroc est évidemment bien différent de l’Afrique de l’Ouest, mais je m’y suis sentie tout aussi bien. Un autre coup de cœur!

J’ai eu le privilège d’y être invitée au début du mois de novembre par l’Agence Terres d’Aventure spécialiste de la randonnée, du trek, des voyages à vélo, en famille ou sur mesure depuis plus de 40 ans!

Le dédale de Marrakech

D’abord, une balade dans Marrakech vous mènera, en un instant, dans un autre monde. Quatrième plus grande ville au pays, on s’y sent parfois dans un village tellement on se trouve à l’étroit dans les petites rues de la médina et surtout, dans une telle proximité avec la vie marocaine. Et il y a tant d’histoire dans cette ancienne cité dont l’existence tient notamment au passage des caravaniers qui chargeaient leurs dromadaires de denrées et outils précieux à marchander. Le nom de la ville est d’ailleurs évocateur : moura-kesh : deux mots berbères se traduisant par « Passer vite ». Les caravaniers et leurs dromadaires de passage ici devaient faire vite, car les attaques étaient fréquentes. Notre guide est un conteur et nous l’apprécions pour nous initier à l’histoire passionnante de la « Perle du Sud », mais aussi pour ne pas… s’y perdre!

Crédit photo : Isabelle Marjorie Tremblay

Crédit photo : Isabelle Marjorie Tremblay

Les petites rues marrakchies et les maisons en terre battue, couleur ocre, les portes fermées derrière lesquelles se cachent des familles nombreuses, les lumières tamisées, les mosquées petites ou grandes, tout est à découvrir au détour d’un passage : on s’y perd dans la médina de Marrakech et là se trouve le charme de cette ville. Après tout, il faut vivre l’expérience de s’y perdre! Les commerces du souk sont analogues aux cavernes d’Ali Baba, chacun exposant leurs spécialités propres : lampes de cuivre, tapis, bouilloire argentée, épices colorées, poterie flamboyante comme de l’art, foulard ou chèche… On y apprend qu’il faille être discrets avec nos appareils photo et qu’il est essentiel de négocier : le prix est coupé de moitié dès les premières secondes au souk. Un art qui s’apprend…

Crédit photos : Isabelle Marjorie Tremblay

Pour conclure notre promenade en ville, un arrêt à la grande place Jemaa el-Fna est un incontournable. Certes très touristique, on y croise des animateurs de rue comme on ne verrait jamais chez nous et la visite vaut le détour. Musiciens qui font danser les serpents, petit singe de spectacle en cage, enfant chantant avec papa… Ça brise le cœur par moment, mais ça émerveille aussi plus souvent qu’autrement. Et à la tombée du jour, la magie opère à nouveau.

Le Maroc, un pas à la fois

Afin de découvrir l’immense potentiel en randonnée qu’offre le Maroc, Terres d’Aventures nous a notamment mené à 2 endroits aux antipodes : dans le désert du Sahara, où nous avons dormi 2 nuits, et dans une palmeraie de Drâa, vers le ksar (village fortifié) de Timidarte.

De Marrakech, nous avons roulé en 4X4 à travers l’Atlas, via le col de Tichka, puis vers le sud en direction du désert. Il eut fallu environ 7 heures de 4X4 avant de nous poser à notre premier campement, dans le désert de Mahazel, un secteur du désert du Sahara. Nul besoin de vous dire que les beautés du désert qui se dévoilaient à nous petit à petit, excusaient amplement les soubresauts multiples de la route… ou la non-route! Nous avons en effet, circulé sur les traces du défunt rallye le Paris-Dakar… avant de faire connaissance avec nos nouveaux compagnons de voyage : les dromadaires.

Crédit photos : Isabelle Marjorie Tremblay

L’équipe de Terres d’Aventure a tout prévu. Ce sont des pros. « C’est ici qu’on va installer les bivouacs… qu’on va bivouaquer! », lance Siad, le guide. Les tentes collectives et tentes à 2 places, les tapis pour manger, tout est monté en un coup de vent. Puis, le chef Mohammed se met au travail pour préparer le tajine ou le succulent couscous. Les chameliers sont là, avec ces magnifiques bêtes qui nous accompagnent pendant 2 jours dans cet environnement qui est le leur. Je répète encore ce mot : magique et je m’en excuse, mais ce séjour dans le désert l’était, sans contredit.

L’excursion de 6 heures sous le soleil, le vent au visage, les pas des dromadaires transportant le matériel (ils sont capables de porter 150 kilos!), les rires de l’équipe qui composent un écho commun, les chants berbères autour du feu, la cuisine d’un pain dans la braise selon la méthode traditionnelle berbère, l’infinie beauté du désert et ces océans de dunes, les ergs, qui semblent tracés au crayon. Le guide Said est une bibliothèque vivante, en randonnée, nous observons au loin une gazelle; nous identifions un os de dromadaire au sol, nous observons les traces d’animaux (lesquels ?) et nous apprécions aussi ses chants spontanés, assis sur la crête d’une dune orangée, au coucher de soleil.

Crédit photo : Isabelle Marjorie Tremblay

Des dattes à profusion… et du tourisme durable

Maintenant, rendons-nous près de Agdz, entre Ouarzazate et Zagora. Une autre randonnée mémorable fut celle qui nous a permis de traverser une palmeraie alors que nous sommes dans la période de récolte de dattes. L’équipe se régale et refait ses forces avant de poursuivre la marche, traverser des villages tout à fait charmants, emprunter des sentiers de murs de terre battue en nature, zigzaguer dans une cité abandonnée et arriver à l’ancienne Kasbah de Timidarte. Il s’agit d’une maison berbère d’époque, convertie en petite maison d’hôte de 10 chambres, qui opère dans un esprit de développement durable et de soutien aux communautés locales. La Kasbah, qualifiée d’écolodge, est un partenaire de Terres d’Aventures, qui a également comme souci de supporter les projets locaux pour améliorer les conditions de vie des populations. Une belle visite pour clore notre excursion en montagne!

Crédit photos : Isabelle Marjorie Tremblay

Suis-je partie une semaine ou… un mois?

Le voyage a été court, mais chargé et les abondants souvenirs se bousculent dans ma tête. C’est en contemplant les sommets enneigés de l’Atlas alors que j’étais appuyée sur un palmier, que j’ai réalisé les contrastes du Maroc et ses possibilités multiples. Il y a la mer, il y a les déserts, mais aussi toute une vie de montagnes moins connue des voyageurs, et la marche permet d’y goûter pleinement. Je rêve déjà à mon prochain séjour, mais avec les enfants, cette fois!

Pour en savoir plus sur les endroits où nous avons séjourné (outre nos 2 nuits dans le désert).

A Marrakech : la Villa Nomade. Le chemin pour s’y rendre, les petites rues de la vieille ville, la cour intérieure… ce Riyad est magnifique, une vraie expérience marocaine en soit. Le confort, l’ambiance un brin mystérieuse, et la nourriture exquise… une recommandation sans hésitation!

A Agdz, Maison d’hôte Dar Qamar : encore une fois, confortable et exotique! La cour intérieure avec la piscine entourée d’arbres fleuris est tout simplement sublime…

A Ouarzazate : Kasbah Ellouze : tenu par un couple de Français ayant autrefois travaillé en hôtellerie et en restauration en France. Confo et exotique à la fois. On a adoré. La terrasse sur le toit pour prendre le thé est magnifique et on y mange plus que bien… Ne manquez pas le Seffa aux cheveux d’ange… Miam! Non loin du site d’Ait-Ben-Haddou, patrimoine de l’UNESCO.

Enfin, merci à Royal Air Maroc pour le transport de notre joyeux groupe vers le Maroc. Première fois avec cette compagnie aérienne pour moi et certainement pas la dernière… J’ai particulièrement apprécié la belle musique arabe dès qu’on met le pied dans l’appareil : le voyage commence 🙂 !

Je vous les recommande tous, idéaux pour vos transits entre 2 randonnées, comme nous avons fait!

Isabelle Marjorie

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.