Mettez vos dettes K.O

Au Québec, selon le bureau de crédit Équifax, 46 % des consommateurs canadiens ont réduit leur dette, tandis que 37 % ont emprunté davantage. La proportion de retraités endettés a bondi de presque 60 %, entre 1999 et 2012 et ça continue d’augmenter…

« Dans notre société de consommation, pour bien des gens, avoir des difficultés financières, c’est l’ultime preuve qu’on a raté sa vie. Mais vous vous trompez, vous n’êtes pas votre argent, vous n’êtes pas votre revenu, et vous n’êtes pas vos dettes. Vous êtes une personne à part entière. Ça, ça vaut la peine d’être dit haut et fort. Les gens endettés sont souvent certains qu’ils ont passé à côté du bonheur et de la réussite, qu’ils sont des incapables. Mais l’argent, ce n’est pas un objectif, c’est un levier pour aller quelque part. Quand l’argent devient un objectif, c’est là que tu t’es trompé, que tu es à côté de tes bottes. » -Isabelle Thibeault, conseillère en finances personnelles

Selon Isabelle, faire un budget est capital : « Ça, vous donnera l’occasion de vous revirer de bord plus vite si un pépin survient en identifiant la source directe de votre endettement. » Ne le faites pas pour des raisons morales, mais bien parce que vous souhaitez atteindre vos objectifs!

Elle poursuit : « Si vous êtes endettés à cause d’un événement conjoncturel (divorce, maladie, perte d’emploi, etc.), c’est simple à identifier. Si c’est un endettement pernicieux dans ce cas, c’est plus difficile de mettre le doigt dessus… On ne fait pas grimper notre endettement de 50 000 $ en deux mois! Souvent, on fait un petit déficit mensuel sans s’en rendre compte, mais qui, au bout d’une année représente un montant assez substantiel. C’est là que le budget personnel permet de trouver des réponses! »

Il y a quatre étapes au budget personnel :

  1. Faire un bilan financier

« À court terme, c’est bien plus efficace d’agir sur vos dépenses que sur vos revenus. Il est donc nécessaire de faire un portrait de l’ensemble de vos actifs (vos avoirs) et de vos passifs (vos dettes). »

  1. Identifier clairement vos revenus après toutes déductions

N’oubliez pas, toute entrée d’argent est un revenu! Un revenu n’est pas exclusivement un revenu de travail.

  1. Faire la liste de vos dépenses et trouver la cause de l’endettement

« Vous devrez regarder les dépenses fixes (hypothèques, cellulaire, internet, etc.) et les dépenses variables. Celles-ci ont le vilain défaut d’être plus difficiles à identifier, mais sont celles où vous avez le plus de pouvoir. Par exemple, si vous vous organisez bien, il y a moyen de diminuer la facture d’épicerie substantiellement, car souvent on y échange du temps contre de l’argent : les légumes pré-coupés, les repas congelés, etc. »

Elle poursuit : « À ce moment de l’exercice, vous êtes votre pire ennemie! Faire un budget, c’est un exercice de connaissance de soi, c’est le nerf de la guerre puisque souvent, on se ment à nous-mêmes! Il faut faire attention et vraiment se documenter à partir de la réalité. On est les meilleurs pour se jouer des tours » dit-elle avec un sourire en coin.

“Vous devrez faire face à la vérité, ce qui ne fait pas toujours notre affaire lorsque cette vérité ne concorde pas avec la perception que l’on a de soi-même. Il n’y a pas de bonne réponse concernant vos dépenses. Il s’agit de VOTRE budget, il doit être à votre image. Cette étape vous demandera un peu de temps et de recherche dans vos anciens relevés bancaires ou de carte de crédit. Gardez en tête qu’il s’agit d’un processus et vous êtes sur le bon chemin! Bravo! »

  1. Mettre les bons chiffres dans les bonnes colonnes

« Il m’arrive de faire des budgets avec des gens et de me rendre compte que leur camion coûte 1600 $ par mois (avec les assurances, l’entretien, l’essence et le taux d’intérêt) alors qu’eux avaient mis uniquement le montant du paiement dans la colonne. Il est primordial de voir le portrait global afin de prendre des décisions éclairées qui auront un impact sur le niveau d’endettement et sur nos choix de consommation. »

« Une autre erreur que les gens font souvent, c’est de réduire les dépenses sans s’observer. Par exemple : Ils viennent de s’acheter une maison, donc ils se sont fait un budget. Dans la colonne “restaurants” il y a 0 $ parce que, pour eux, quelqu’un de cassé ça ne sort pas… mais ils y vont quand même! Il vaut donc mieux se voter un certain montant et vivre avec le montant que l’on s’est accordé.

Ce sont ces fausses croyances-là (comme de mettre 0 $ de budget dans les restaurants) qui font des efforts pour diminuer les dettes peuvent être des coups d’épée dans l’eau. Là, vous allez me dire que le maudit budget ne fonctionne pas. Ce qui ne marche pas, ce n’est pas le budget, c’est le refus de voir la réalité et d’avoir à faire des changements en regard de ces constats.

 

Une fois qu’on y voit clair, quelles sont nos options?

Selon notre collaboratrice, nous avons deux grands pouvoirs quand on fait un budget : AUGMENTER nos revenus ou DIMINUER nos dépenses. « Plate de même! »

« Mais faites attention dit-elle, avoir un deuxième emploi fait que vous changerez probablement de niveau d’imposition vous pourriez donc être plus imposé! Ce que vous aurez payé sur votre dette vous le devrez en impôts… C’est un classique que je vois souvent. Pensez aussi aux effets non budgétaires. Par exemple, le temps que vous souhaitez avoir pour vous, votre famille, pensez à votre santé mentale, elle est plus importante que votre argent!

Intervenir sur vos dépenses, ÇA, c’est super intéressant! Et au bout du compte, vous ne vous priverez pas de grand-chose. »

 

Trouver une motivation

« Vous pouvez faire un budget de façon positive parce que vous voulez aller en Europe un mois! Vous devez trouver une motivation concrète pour prendre de moyens concrets afin d’atteindre un objectif quel qu’il soit, mais surtout, pour avoir moins de stress et d’anxiété et vous dire que s’il arrive un imprévu, vous ne serez pas dans le trouble! »

 

Attention à la surconsommation!

« Nous sommes exposés en moyenne à 5000 publicités par jour. Donc si vous ne savez pas quoi faire avec votre argent, il y a 5000 publicitaires qui le savent! La publicité crée l’illusion que tout le monde a tout sauf toi et les réseaux sociaux en rajoutent! Ça devient facile de vivre un sentiment d’exclusion, de se sentir petit en maudit.

Je trouve que le budget est un outil nécessaire pour assumer ses choix : “Je ne suis pas allée en voyage cet été, mais j’ai une belle maison” alors que c’est facile de se sentir victime quand tu as l’impression de ne rien décider. Si vous n’avez pas de budget, vous serez en réaction et vous évaluerez la pertinence des dépenses à la pièce. Si vous les mettez en relation, vous verrez le portrait général et les conséquences. »

 

Plate faire un budget?

« Faire un budget ce n’est pas se priver, c’est faire des choix qui vous correspondent, vous ressemblent et vous animent. Le discours dominant c’est que planifier c’est compliqué et difficile… C’est d’être endetté qui est compliqué! De vivre ce stress-là, cette anxiété à temps plein, à regarder dans votre compte de banque chaque jour pour compter voir si ça balance? Ça, c’est difficile! Planifier va vous redonner le pouvoir de ce que vous voulez faire avec votre argent. Ça, je trouve que c’est extraordinaire. Faire un budget c’est facile. Accepter ce que l’on trouve moins beau, ou changer certaines autres habitudes, ce l’est moins, mais c’est un processus porteur! Vous serez fières de vous et enfin, vous aurez les moyens de réaliser vos rêves et être en cohérence avec qui vous êtes. »

_________________

Les outils et conseils d’Isabelle

Premièrement, vous devez trouver une personne de conseil qui est impartiale. Attention aux conseillers d’établissement financière puisqu’ils ont des produits à vendre et ce conflit d’intérêts pourrait biaiser le conseil de ce dernier. Les associations de consommateurs sont parfaitement impartiales et gratuites. Nous sommes des OSBL, nous sommes compétents et nous n’avons rien à vendre. Il y a 36 associations de consommateurs partout au Québec. Si les gens ne se sentent pas capables de faire un premier pas seul, c’est encore plus pertinent de venir nous voir.

Pour faire un budget en ligne, je trouve que ce site est très bien fait et il permet de s’y connecter de n’importe quel appareil de n’importe où: acefbl.org/guides-en-consommation

Et aussi:

  • Tout bien calculé : www.toutbiencalcule.ca — site qui regroupe l’ensemble des associations de consommateurs du Québec et offre une foule de trucs, d’outils et de conseils pour les gens qui voudraient se mettre en action
  • L’Union des consommateurs : uniondesconsommateurs.ca
  • Coalition des associations de consommateurs du Québec : defensedesconsommateurs.org

 

Sources

http://affaires.lapresse.ca/economie/macro-economie/201703/15/01-5078932-lendettement-des-canadiens-a-un-niveau-record.php

https://www.cpacanada.ca/fr/connexion-et-nouvelles/cpa-magazine/articles/2015/aout/les-aines-et-l-endettement-ne-font-pas-bon-menage

 

 

 

 

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.