fbpx

58 ans et Radieuse avec ça!

Oui, j’ai 58 ans et demi… et je suis franchement fière et heureuse de collaborer à ce magazine Web au titre si éloquent et si savoureux. Les Radieuses! Ce n’est pas beau ça? C’est doux à nos oreilles d’over 50, n’est-ce pas les filles?

 Ce n’est pas Les Ménopausées, les Ma P’tite madame, Les Matantes, Les Vieilles Folles ou les Passées date! Nooooooonn! Les Radieeeeuuuuuses!

Soyez honnêtes chères concernées et avouez que ça fait du bien à l’âme, à nos os et à nos utérus qui ont la switch à off. Parce que pour plusieurs, l’expression 50 ans et plus ça fait peur et ça sonne plutôt comme 50 ans et plus… proche de la mort. Combien sommes-nous pétantes de vie, même après toutes les épreuves que la vie nous fait subir? On est des milliers, des millions! Oui! Et je m’autoproclame d’en faire partie parce que dans ma tête, j’ai souvent 16 ans, mais la plupart du temps 35… ça s’est arrêté là dans mon cerveau. Et vous?

Plus jeunes, nos oncles et nos tantes de 50 ans nous paraissaient si vieux et si pas capables de ne rien faire… nous voici rendus dans cette bracket d’âge! Pis, avez-vous changé d’idée? Vous souvenez-vous des premiers moments de votre vie où vous avez pensé à ce que vous pourriez avoir l’air ou faire en atteignant ce GROS chiffre? J’y ai réfléchi et ça a donné ceci…

Quand je suis née en janvier 1959, je suis tombée en amour tout de suite avec l’infirmière qui m’a prise dans ses bras la première… en 1965, je suis tombée en amour avec Julie Andrews en voyant mon premier film, The Sound of Music, et je ne tripais pas pantoute sur mes poupées Chatty Cathy et Barbie, mais plutôt sur Ken, GI. Joe et les Tonka de mon cousin Jean-Pierre… je me débattais pour pouvoir faire ma Jean Béliveau ou ma Yvan Cournoyer sur la patinoire des gars avec mes patins blancs, avec de maudits pics… bref, vous me voyez venir?

Oui, adolescente dans les années 70 j’étais active comme pas deux : jouant sur un terrain de volley, de balle-molle ou sur une scène de la poly ou du Cégep. Je ne pleurais pas sur mon pauvre sort, mais, j’enviais les gars autour de moi simplement parce qu’ils pouvaient aimer au grand jour les filles que moi j’aimais en cachette, sans leur avouer. Qu’ils pouvaient les embrasser, danser un slow ben collé sur Stairway to Heaven, les caresser, les fiancer, les marier, avoir des enfants, s’acheter une maison et tant d’autres choses!

Je me souviens m’être répétée si souvent, pour guérir de mes amours impossibles, que si l’on avait été capable d’aller sur la lune en 1969, je gardais espoir, non pas qu’on inventerait le téléphone intelligent, mais que lorsque j’aurais 50 ans dans les années 2000, j’aurais le droit et le pouvoir de me marier avec la femme que j’aime! Et aussi de faire la fête avec ma famille, mes amis, et de crier au grand jour je t’aime mon minou, ma chérie d’amour de mon cœur! Sans oublier le fameux voyaaaage de noooces!

Chantal et Lili

OUI, j’ai eu raison de garder espoir parce que ce moment de grâce est arrivé le 13 juillet 2013, alors que j’avais 54 ans! J’ai dit OUI, JE LE VEUX à ma radieuse Lili, pour la vie et devant nos parents et amis! Tout comme les autres femmes de mon âge qui ont pris un mari, j’ai vécu une journée de rêve sous le soleil, la musique, les fleurs, les robes, les alliances, le champagne et le baiser! Je dis encore merci à la vie d’être née ici, dans ce pays, et non pas en Tchétchénie, en Afghanistan, en Russie, en Chine ou dans le fin fond d’un rang de l’Arkansas. Merci à mon père, juché sur son nuage au ciel, et ma mère, si radieuse du haut de ses 90 ans, de m’avoir acceptée telle que je suis… tout simplement, sans fracas, mais avec tant amour.

Et puisque l’heure est aux remerciements, merci Kathia Gailer et Karine Perron d’avoir créé ce webzine qui est à mon avis plus que nécessaire, voire essentiel. Je trouve ça merveilleux de vous voir si enthousiastes, si pros, si dévouées à notre bracket d’âge… Ça fait du bien, car vous avez compris que c’est dans la tête qu’on reste jeune et qu’on peut avoir l’air radieuse peu importe l’âge et peu importe ce que chacune de nous a vécu…

#Ahqueçafaitdubien!

J’ai deux souhaits à formuler pour vous et pour nos lectrices : que Les Radieuses vivent au moins 50 ans et que vous mettiez toutes votre cerveau à off à 35 ans, et ce, pour le reste de vos jours. C’est ma recette… parce 50 ans, ça arrive vite sur un moyen temps. Pas vrai les filles?

Allez, je vous embrasse!

Chantal Rousseau

15 commentaires
  1. BEAUTÉ DIVINE!!

    Que je suis chanceuse de te compter parmi mes ami/amises à qui je peux faire un gros hug et me sentir dont décompressée de ma semaine! À qui j’écris des Ouiiiiiiiiiiiiiii avec plein de »i » et des becs, pi des coeurs, pi toute pi toute.

    J’tadore Chantal!

    Tu écris super bien, c’est merveilleux, faut que ça sorte, Allez vite, écris en un 3e, j’ai hâte de te lire.

    Tendrement,

    Amélie

  2. Ton texte Chantal nous rend « radieuse ». Moi aussi, je suis restée bloquée à trente-cinq ans même si comme toi je suis un modèle 1959.
    Longue vie à ce web magazine. J’adore l’idée et le nom!

  3. Bonjour, Chantal

    Quelle bonne idée que ce webzine! J’ai eu soixante ans en mai. J’t’écris ça et j’le crois pas encore car comme toi j’ai le coeur d’une femme de 35 ans. Alors, je vais te lire avec plaisir! Tu sembles en pleine forme. Passe une beau week-end avec ta douce!

    Sylvie Lavigne

  4. Bravo Chantal, I loved reading your article, and look forward to more, congrats to the team of « les radieuses » so down to earth and not old fashioned.
    Love your enthusiasm, and sense of humour. Stay young, live long.

  5. Merci Chantal de nous décrire si bien et avec tant de fougue…je suis très heureuse de faire partie d’une équipe de filles aussi folles que toi…J’aime ta plume, j’aime ta franchise et je t’aime toi tout simplement!

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.

 

Et je reçois le top 5 de leurs articles les plus populaires

Recevez dans vos courriels, les conseils de nos collaborateurs vedettes et experts.

Isabelle Huot, Brigitte Poitras, Jean-François Plante, Danielle Ouimet, Jardinier paresseux...

Non merci.
This is custom HTML. Edit this text from left side panel.