Je composte, tu compostes… Et vous, compostez-vous?

Selon Équiterre, les Québécois produisent environ 20 tonnes de matières résiduelles chaque… minute! Je répète, CHAQUE MINUTE! Le compostage s’avère donc être une solution écologique et facile permettant de réduire ce chiffre faramineux. Alors même si on trouve ça compliqué, même si on trouve que ça nous donne plus de travail, que ça sent pas toujours la rose, ça mérite l’effort, non? On a donc pensé à un cours 101 de compostage.

Prêtes? Allons-y!

Si je mets tout dans la poubelle, ça revient au même…

NON! Lorsque vos déchets prennent le chemin des sites d’enfouissement, ils sont compressés de façon tellement compacte qu’il n’y a pas d’oxygène qui circule. Donc, impossible pour les micro-organismes qui permettent la biodégradation de se développer. Par contre, d’autres micro-organismes pas très gentils en profitent pour se multiplier en créant ainsi des biogazs nuisibles pour l’environnement.

Selon Recyc-Québec,  pour chaque tonne de résidus organiques compostés plutôt qu’enfouis, il y a une tonne de CO2 libéré en moins. Comme une personne peut générer annuellement 0,2 tonne de résidus organiques compostables, ça représente plus d’une demi-tonne pour une famille de quatre!

De plus, les résidus de table et autres matières organiques représentent 58% du poids du bac à déchets. Impressionnant, non? Les chiffres parlent d’eux-mêmes!

Et les animaux?

Les rongeurs, ratons laveurs et moufettes sont attirés par les restants de viande et par les matières grasses (comme le fromage et autres produits laitiers). Pour éviter ces visites indésirables, évitez simplement de mettre ces matières dans votre compost! De plus, comme les résidus de source animale favorisent la formation de pathogènes comme la salmonelle et l’E. Coli, vous ne devriez en aucun cas les mettre dans votre composteur! Contrairement au compostage collecté par la plupart des municipalités, le compostage domestique ne permet pas d’atteindre des températures suffisamment élevées pour les détruire.

Vous avez un jardin, des plantes, du gazon? Vite, un composteur!

Le  composteur est un immense bac, préférablement en bois puisqu’il respire mieux.  Le composteur de rêve est fait en chêne blanc ou en mélèze puisqu’ils résistent bien à la biodégradation. Sachez qu’un composteur en plastique est bien aussi!

Pour une famille de quatre personnes, on calcule qu’un composteur d’une capacité de 24 à 30 pi3 devrait suffire. On peut le fabriquer soi-même (il y a beaucoup de tutoriels gratuits sur internet!), mais si vos talents de menuiserie ne sont pas géniaux, vous pouvez en acheter un. Les prix varient entre 50$ et 250$.

Votre composteur devra avoir au moins deux compartiments. Un pour le compost des derniers mois, dans le second, on commence celui de l’année suivante.

À quoi ça sert?

Votre magnifique compost peut être utilisé dans le jardin, le potager, les plates-bandes, les bordures de haies, et même pour le gazon. Le compost sert de paillis et retient  l’humidité au sol. Si vous le mélangez à la terre, il fera office d’éponge pour mieux retenir les nutriments du sol (comme l’azote, le potassium et le phosphore) et contribuera ainsi à nourrir la terre. Il permet aussi de protéger vos plants de certaines maladies. N’est-ce pas génial? Et c’est gratuit, en plus!

Afin de vous garantir un succès…

Commencez par une couche de fond d’environ 20 cm de terre et de résidus bruns.

Ensuite, allez-y avec une proportion d’une part de résidus verts riches en azote (gazon et restes de fruits et de légumes) pour deux parts de résidus bruns riches en carbone (feuilles mortes, paille, copeaux et sciures de bois).

Si des odeurs se mettent de la partie, le moment est venu d’ajouter des matières brunes et d’aérer en brassant.

Utilisez la technique de la « lasagne ». Alternez les étages de matières vertes et les matières brunes.

Toujours conserver un bon taux d’humidité. Vous pouvez même l’arroser au besoin (oui oui, même les coins).

Pour favoriser la décomposition, la température doit être assez élevée dans votre composteur.

Pour que le tout soit bien oxygéné, remuez souvent ou installez un aérateur.

Radieuses, soyez patientes! Il vous faudra de six à sept mois pour que la chaleur, l’humidité, l’azote, le carbone, les bactéries et les autres petits insectes fassent un bon travail. Il y a un début à tout!

Ça va ou ça va pas?

Voici la liste des matières à mettre dans votre composteur selon Recyc-Québec.

Matières brunes

  • Feuilles mortes
  • Marc de café (avec le papier filtre)
  • Pâtes alimentaires (sans sauce)
  • Pain
  • Riz
  • Écales de noix et noyaux
  • Papier journal déchiqueté (mais il est préférable de le recycler)
  • Plantes mortes et fleurs séchées

 

Matières vertes

  • Pelures, épluchures et restes de fruits et de légumes (cuits ou crus)
  • Rognures de gazon (lorsque l’herbicyclage n’est pas possible)
  • Résidus de jardin (retailles, mauvaises herbes non montées en graine, etc.)

 

Matières incompatibles avec le compostage domestique

  • Les résidus d’origine animale comme les produits laitiers et la viande
  • Les matières grasses (huiles végétales, mayonnaises, sauces à salade)
  • Les plantes ou feuillages malades
  • Les mauvaises herbes montées en graine
  • Les excréments d’animaux (puisqu’ils peuvent contenir des pathogènes)
  • Les matériaux contaminés avec des pesticides ou produits dangereux (ex. : bois traité)
  • Les cendres et briquettes de BBQ

Le fameux bac brun

Si vous ne compostez pas pour votre environnement immédiat, veuillez consulter ce lien ICI sur les matières acceptées dans le bac à compostage!

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.