La face cachée de nos résistances aux changements

L’être humain est une créature complexe et son corps une machine au potentiel immense. Bien se nourrir, bouger, se reposer, dormir sont essentiels à l’équilibre de l’humain. Mais encore! Ce beau discours est de la rhétorique et résonne à nos oreilles comme une vieille publicité qu’on entend à la télé sans vraiment l’écouter.

Nos résistances aux changements… de style

Nous écoutons davantage nos petites voix assassines qui tentent de nous dissuader de passer à l’action que le discours sur la santé et le bien-être physique. Le rapport à l’exercice et au sport, selon moi, se rapproche beaucoup du rapport que nous entretenons avec le vêtement. Pourquoi? Parce que ce que nous sommes intrinsèquement se reflète dans plusieurs domaines de notre vie.

Je m’explique. Les peurs (du ridicule, de ne pas être à la hauteur, de ne pas réussir, de moins bien performer que les autres), les fausses croyances (je n’ai pas de talent pour le sport, mon âge, mon poids, il est trop tard pour commencer, je ne trouve pas de vêtements qui me conviennent) et en tête de liste, l’importance accordée au regard de l’autre (que trop souvent nous refusons d’admettre et pourtant qui affecte nos décisions). Tous ces facteurs peuvent ralentir nos élans vers l’exploration d’un style vestimentaire comme ils peuvent aussi retarder notre décision de s’inscrire à un groupe pratiquant un exercice physique.

Conséquences : nous nous imposons alors des interdits, notre gendarme intérieur nous éloigne de notre bien-être physique et ces résistances sont une entrave à une vie épanouie.

L’âge

J’ai 68 ans, toutes mes dents. Dans le cadre de mon travail, j’ai beaucoup réfléchi à l’impact de l’âge dans ma vie et dans celle des gens de ma génération. La documentation sur « prendre de l’âge », vieillir, avancer en âge est abondante, mais comment tout cela se manifeste-t-il de l’intérieur? Je n’ai pas vu mon corps vieillir, trop occupé que j’étais. Et vlan! Comme par enchantement, un jour, je suis chauve, bedonnant et grisonnant. Je n’ai jamais pratiqué un sport assidûment ou si peu. Je déteste la plupart des sports. Pourquoi aurais-je fait de l’exercice? Hyperactif, système digestif à son meilleur, mince comme un fil jusqu’à l’âge de 55 ans, pourquoi m’embarrasser de cette humiliation d’aller transpirer en public et de faire le cancre avec mon manque de flexibilité et de dextérité? Et tout à changer, vous imaginez la suite.

Bien dans son corps, bien dans son âge

J’entends souvent dans mes ateliers l’importance du confort dans le choix d’un vêtement. Je pense que le sens du confort doit être élargi. Confortable dans son corps, dans son âge, dans ses décisions, dans sa tête.

Pour concilier mon corps et mon âge, j’ai dû, comme beaucoup d’entre vous, faire des deuils et me redéfinir. Se définir n’est pas banal, mais se redéfinir ne l’est pas moins. La coquetterie, la séduction, le charme, la sexualité ne disparaissent pas avec l’âge. Ils s’expriment et se vivent autrement.

Ce que mon corps m’enseigne

Mon corps m’a enseigné la tolérance à mon égard, il a su mettre un frein à mes mauvaises habitudes sans quoi…

Grâce à mon corps, j’ai compris que mes hésitations, mes doutes, mes retenues face à l’exercice physique ne me mèneraient nulle part et qu’être volontaire et consentant à un meilleur régime de vie serait bénéfique non seulement pour ma personne, mais aussi pour ceux qui m’entourent.

Mon corps m’a enseigné que je ne suis pas qu’un ventre, une calvitie, des rides, un âge. Je n’ai pas moins de valeur à cause de mes modifications physiques, j’ai plus conscience des forces qui m’habitent.

Mais ces forces, pour les apprécier et en jouir, doivent être oxygénées sans quoi elles risquent de s’atténuer sans l’aide d’un corps en santé. Ainsi fonctionnent les vases communicants dans une forme de logique bien orchestrée jusqu’à ce qu’un écueil entrave le mouvement. Et ce mouvement bien souvent est ralenti par nos résistances à aller de l’avant.

Luc Breton

Analyste en comportements vestimentaires

Vous désirez en savoir plus sur les ateliers de Luc? Visitez son site www.lucbreton.com

ou aimez sa page Facebook : https://www.facebook.com/lucbretonacv/

1 commentaire
  1. Votre message est très intéressant et pleine de sagesse merci et à 62 ans j’en redemande encore bien vieillir est important je fais du yoga sur corde et c’est ce qui me garde ma flexibilité et pour moi c’est très important merci de c’est beau message je l’es apprécie vraiment beaucoup au plaisir de vous lire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.