La révélation de l’été

L’été dernier, j’ai eu une révélation.

Oui, c’est très étrange. On naît dans une famille, on grandit, on évolue, on change; oui et non.

Bien que nous ayons vécu dans une famille aimante, mes parents n’avaient pas pour leurs enfants de très grandes ambitions. Ils souhaitaient le mieux pour nous, mais le mieux étant l’ennemi du bien, ils ont opté pour le bien. Ils ne nous ont jamais poussés vers le sommet, pour eux, le plancher des vaches était bien suffisant.

Nous n’avons pas été élevés à coups de : « T’es bon, t’es fin, t’es capable », disons. Nous avons tous les quatre bien réussi. Chacun a fait sa route; certains plus aisément que d’autres. Chacun a connu des embûches. Nous avons toujours été présents les uns pour les autres, mais comment dire, on dirait qu’on s’est toujours regardés avec nos yeux d’enfants. Elle est comme ça, elle, elle a toujours été comme ça, et alors…

Elle, elle est comme ça, rieuse, souvent joyeuse, jaseuse, magasineuse et surtout donneuse. Elle était petite et elle récitait, chantait, paradait. On la voit comme ça et ce n’est plus ça du tout. Lorraine, ma sœur, a le parkinson depuis 17 ans. Elle n’avait que 47 ans. Bon, ce fut le choc pour elle, pour les siens, pour nous, mais on a poursuivi notre route et elle, elle a commencé un long chemin de croix. Mais, bizarrement, on avait l’impression que sa vie n’avait pas changé. Elle est demeurée rieuse, souvent joyeuse, magasineuse et toujours donneuse. Ah oui, elle est travaillante aussi. Elle a poursuivi son travail faisant fi très souvent des douleurs. C’est certain, elle est aussi orgueilleuse.

Bon, notre joyeuse Lorraine s’est transformée parfois en pleureuse, c’est une maudite maladie le parkinson, une maladie ravageuse. Dans la dernière année, la maladie a pris le dessus.

Voilà que l’on voit une Lorraine, émaciée, diminuée. Mais dans nos yeux, elle est Lorraine, celle de notre enfance. Celle que l’on a toujours vue.

Alors, la révélation…

L’été dernier, lors d’une soirée chez moi, ma copine Jo-anne a rencontré Lorraine pour la première fois. Le lendemain elle m’a dit : « Wow ta sœur, quel courage. Je n’en reviens pas, elle était coiffée, maquillée, bien habillée, souriante. » Je l’ai écoutée et j’ai réalisé que, bien oui, elle est comme ça, elle a toujours été comme ça. La différence c’est qu’elle est très souffrante, mais nous on n’en tient pas compte, c’est ça Lorraine.

Je me suis dit, oh là là, il est temps que tu allumes Christine. Arrête de regarder ta sœur avec tes yeux d’enfant; regarde-la avec les yeux du cœur. C’est pourtant quelque chose que je fais et que je suggère très souvent.

Lorraine subira très bientôt une délicate opération au cerveau pour retrouver une meilleure qualité de vie. Je sais, tu as la peur au ventre Lorraine, et c’est normal. Mais tu sais quoi, on te ne l’a jamais dit, mais tu es courageuse Lorraine. Tu as traversé toutes ces années la tête haute et seule avec le soutien de ton mari.

On ne te l’a jamais dit, mais tu es belle, tu es bonne et tu es surtout capable, ça ne fait aucun doute. La traversée sera possiblement houleuse, mais tu seras une nouvelle Lorraine au fil d’arrivée.

Je sais qu’avec tout le courage et l’énergie qui t’habitent tu vas y arriver. Crois-en toi, va puiser dans ton cœur qui n’est pas malade pour y arriver.

Moi, j’essaierai d’y être avec tout mon cœur.

Cricri x

7 commentaires
  1. Quel beau témoignage tu m’as fait verser quelque larme je vais prier pour elle et aimerais bien avoir de ses nouvelles .Vous êtes une belle famille au plaisir de vous voir bientôt

  2. C’est très touchant! Soyons plus attentif aux gens près de nous, qui souffrent
    en silence. Même si leur extéreur est intacte, il faut être plus conscient du mal qui les habite chaque jour.

    Bravo Christine, belle chronique!

  3. Christine tu as raison, j’ai toujours vu Lorraine comme une belle femme capable de tout . Je suis certaine que cette opération lui apportera que du positif dans sa vie. Je suis de tout coeur avec vous. Xxx

  4. Encore une fois , j’ai versé des larmes. Christine, je suis persuadé que ta soeur aura la force et le courage pour cette opération. Elle est une battante et avec une soeur comme toi , elle sera sûrement mieux et surtout une RADEUSE. Oui je l’ai recontré seulement une fois, en cette belle soirée d’été chez toi . Elle restera toujours dans ma mémoire. Bon courage Lorraine et toi Christine, soit comme tu es : une soeur formidable, aimante et attentionnée.
    Joanne

  5. Suzanne, Lorraine, Christine et Marc : un frère et des sœurs aimants, toujours unis dans les meilleurs et les pires moments de la vie. Chère Lorraine, cette fois-çi, ils seront encore plus présents et ton mari, tes enfants et tous tes proches te soutiendront à bout de bras. Courage, toute la parenté prie aussi pour toi .

  6. Encore un beau témoignage de ton amour pour ta famille. Surtout bon courage à notre belle Lorraine qui pourra par la suite avoir un peu de répit. C’est ce que je lui souhaite par dessus tout 😘😘

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.