Loulou, la mer, sa chaise roulante et moi

  • Maman, ton passeport est-il valide ?
  • Tu m’as demandé de le mettre à jour l’an dernier.  Je l’ai renouvelé pour 5 ans au lieu de 10.   À 85 ans, dépenser 70$ en croyant que tu as une autre décennie devant toi, c’est soit irresponsable, soit utopique…

Ma mère!  Un pragmatisme déconcertant, mais reste que c’est une réalité avec laquelle je refuse encore aujourd’hui de conjuguer.  Maman en a nettement moins au compteur que je souhaite me l’admettre.

  • Alors, dans une semaine, toi, moi et ta chaise roulante allons voler vers le soleil pour passer une semaine ensemble.  Juste toi, moi et ta chaise roulante.

À 85 ans, Loulou est, comme elle l’aime si bien le souligner, entrée définitivement dans la vieillesse.  « À 60 ans : c’est l’enfance de la vieillesse.  À 70? L’adolescence. À 80 ? Je serai vieille ».  Bof, je n’ai jamais vu Loulou comme une « vieille ».  Elle est tout simplement là où elle doit être et tous les jours,  je suis reconnaissante de pouvoir encore l’avoir à mes côtés; soit pour raccommoder un bord de pantalon, soit pour éclairer sa cadette qui est perdue sur son sentier.

Dix jours où elle et moi, n’aurions que des souvenirs à bâtir et à chérir.

Loulou est tout simplement la meilleure voyageuse qui soit.  Elle n’a jamais faim ni soif, n’est que rarement fatiguée et toujours heureuse d’être à mes côtés. Même avec sa mobilité réduite, Loulou n’est que sourire et générosité.

« Et toi Caro, tu l’es tout autant? » me demandez-vous.

Pas tant et pour une simple raison : la chaise roulante de Loulou.

Des progrès monstres ont été faits ces dernières années pour donner un meilleur accès aux personnes qui doivent se déplacer en fauteuil roulant.  Les villes, les municipalités et leurs trottoirs adaptés. Les espaces pour stationner et ces boutons automatisés pour ouvrir les portes de nos marchés.  De vastes salles de bain adaptées à leurs besoins, en passant par du mobilier pour les accommoder.

Pourtant… nous sommes bien lents à comprendre.

Pendant ces dix jours, j’ai tenté, parfois adroitement, parfois maladroitement, de faire comprendre qu’une salle de bain pour handicapés était destinée aux …handicapés.

Je me suis choqué avec cet homme qui bloquait notre accès, lui demandant ce qu’il ne saisissait pas du pictogramme pour handicapés.  Sèchement, il me répond qu’il a trois enfants. Le truc, ce que ses enfants avaient tous plus de 10 ou 15 ans.

Cet autre à l’aéroport, qui depuis 13 minutes bloquait l’urgence de vessie dont maman était victime. Il ne s’est jamais retourné lorsque je l’ai confronté.

« C’est plus simple…plus rapide pis y’a jamais personne dans ces salles de bains ».

Moi aussi je me dis cela et les ai empruntées beaucoup trop souvent au nom d’une salle de bain de femmes trop bondée.

Nous sommes paresseux et croyons que nous sommes seuls au monde.  « Bof…Un p’tit cinq minutes dans un espace de stationnement qui leur est réservé…j’ai juste une pinte de lait à aller chercher ».

Il faut être contraint à devoir utiliser un fauteuil roulant pour saisir combien ces gens donneraient tout au monde pour être à notre place : celle de la liberté et de la mobilité.

Moi, « pousseuse officielle de la chaise roulante de la rutilante Loulou », j’ai aussi commis ce délit, mais ces dix jours m’ont a jamais rappelé que la mobilité est un luxe dont on a la responsabilité d’honorer.

Alors, peut être que la prochaine fois où vous aurez envie de « tricher », penserez-vous à Loulou, parce qu’aujourd’hui c’est elle, mais demain, ce sera peut être vous.

Au fait, le mercure a grimpé à 29 degrés et Loulou, sa chaise roulante et moi promettons de nous reprendre :  l’an prochain, c’est dans les montagnes Italiennes que l’on additionnera les kilomètres à l’engin à quatre roues de Loulou.

3 commentaires
  1. Quel beau texte et tellement vrai. Je souhaite longue vie à votre maman et beaucoup de bonheur à relever de nouveaux défis pour vous.

  2. On l’oublie trop souvent que la mobilité est un atout jusqu’à temps que mon beau frère fasse un ACV.Je vais faire aussi attention de ne pas utiliserles toilettes pour handicapés par paresse.

  3. Belle lecture ma belle Caroline..j’ai aimé ta façon de faire réfléchir les gens. Hélas beaucoup ne porte jamais attention au personnes à mobilité réduite. Hélas pourtant un petit geste n’es pas difficile de partager avec vous qui en avez besoin ..alors oui faut y pensée peut-être qu’un jour nous aussi serons en chaise roulante pour se déplacé. Alors porter attention, si vous voyez une chaise roulante laissé l’espace et même offrez vôtre aide, ca coute rien …mais peut donné gros à cette personne qui en à besoin…alors belle Caroline on vous espère toi et la belle Loulou..au plaisir de nous faire la jasette ce qui serais des plus agréable. au plaisir amitié Claire.

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.