12 attitudes qui m’ont préparé à grandir en âge

Le temps passe à coups de tictac d’horloge qu’on le veuille ou non. Peut-on vraiment se préparer à cette étape de la vie? Je n’ai pas vraiment de réponse, toutefois il est inévitable de grandir en âge même si dans notre cœur, nos 20 ans résonnent encore comme le chante si bien Aznavour.

On prépare notre avenir dès le plus bas âge. On s’enquiert auprès des enfants : « Que vas-tu faire lorsque tu seras grande ? » les incitant ainsi à réfléchir sur de futurs intérêts de carrière. « Que vas-tu faire lorsque tu auras 50-55-60 ans ou plus? » nous inciterait peut-être à réfléchir sur la façon d’envisager cette période de la vie.

J’ai 57 ans et je ne m’impose pas ici en tant qu’experte du vieillissement. Je suis cependant consciente qu’il y a des pertes en tout genre et des diagnostics parfois ébranlants liés au fait d’avancer en âge. Je n’ai pas la prétention non plus d’enrober de rose cette période inévitable. Cependant, bien humblement je tenterai de faire état de ce qui m’a permis de m’élever en âge, en bonheur, bien humblement, peut-être même en sérénité et en sagesse… j’ai bien dit « peut-être » parce que c’est plutôt difficile à évaluer. La sagesse se faufile probablement derrière une certaine expérience de la vie, de la découverte de soi, des écueils et des faux pas qui nous forgent inévitablement.

  1. Allez à la rencontre de vous-même pour vous connaître et surtout vous ReConnaître. Déliez vos conflits intérieurs, analysez-vous, faites le parallèle entre vos pans de vie et vos expériences, expérimentez, regardez, observez et réfléchissez sur vous.

Ginette Reno disait que la chose la plus triste est de mourir sans avoir fait la rencontre de soi-même. Cessez de vous fuir et allez à votre rencontre.

  1. Nourrissez vos passions. Absentes de votre vie, empressez-vous d’en trouver. Les passions éclairent la vie, tracent une direction, peaufinent nos habiletés et nourrissent notre âme.

La prochaine fois que vous ferez la rencontre de nouvelles personnes, au lieu d’amorcer une discussion sur leur vie professionnelle, découvrez ce qui les passionne. Vous susciterez la surprise et c’est très imaginatif comme entrée en matière.

  1. Faites la paix avec votre passé. Écrivez-le, dessinez-le, dansez-le, verbalisez-le, mais laissez-le derrière vous de grâce. Souvenons-nous que le passé est un lieu de référence et non un lieu de résidence.
  2. Prenez le temps de vivre vos choses. Prenez le temps de résoudre vos deuils, revisitez vos pertes, les chaos de la vie. À notre époque, il y a cette hâte, cette urgence à compléter nos cycles. La douleur psychologique n’est pas à la mode. En ce sens, initiez des rituels de deuil, rejoignez un groupe, finalisez vos expériences et bouclez les boucles.

Bien qu’il y ait des deuils qui ne se résorberont jamais, tentez à tout le moins d’apprendre à vivre avec ses pertes apaisera la vie d’une certaine manière.

  1. Aimez-vous. C’est le plus cadeau que vous puissiez vous faire. Écrivez l’hommage que vous souhaiteriez qu’on vous fasse. Sortez crayons et papier. Exit le sentiment de vantardise et écrivez! Vous pourriez mettre l’accent sur les valeurs que vous voulez développer, une façon de contribuer à la communauté et devenir une meilleure version de soi-même.
  2. Entretenez des relations interpersonnelles significatives et signifiantes. Rendues à un âge certain, nous avons moins de patience pour les relations toxiques, éreintantes et énergivores et peu nourrissantes. Il vient un temps où les compromis deviennent bien difficiles à faire et où la place pour les faux amis et les faux discours est révolue.
  3. Investissez dans votre bonheur : le bonheur n’est pas exempt de malheurs ou d’efforts. À cet égard, il semblerait même qu’il soit plus facile de sombrer dans le malheur que de surfer sur le bonheur qui lui, demande davantage de rigueur. S’assurer de développer le positivisme et l’optimisme, miser sur des émotions positives, cesser de remâcher le passé, tenter de vivre le moment présent et prendre le temps de remercier pour les cadeaux. Tout cela s’articule autour de générateurs de bonheurs.
  4. Faites de la gratitude une habitude. N’allez pas au lit sans avoir retranscrit dans un joli cahier ce pour quoi vous êtes reconnaissant, ce qui vous rend heureux et les pépites de bonheur que vous semez chaque jour. Quelle belle façon de glisser dans le sommeil en disant MERCI pour ce qui nous arrive de positif et constructif. En surplus, l’Univers vous en redonnera davantage.
  5. Réglez vos différends. Une amie s’étant éloignée depuis des années dû à une mésentente est revenue vers moi un jour. Ce surprenant retour à l’amitié perdue coïncidait pour elle avec un malheureux diagnostic de cancer incurable. Malgré la tristesse de son état, nous avons pu renouer et reprendre où nous avions laissé. Désamorcer ses conflits offre une légèreté qui fait du bien.
  6. Faites des actes de reconnaissance envers ces personnes qui vous sont chères. Assurez-vous de leur dire « je t’aime » et à quel point ils comptent dans votre vie. La vie va vite et passe vite! Janette Bertrand, âgée de 94 ans maintenant, nous enseigne combien la vie est courte.
  7. Réalisez des rêves enfouis. Vous pensez qu’il est trop tard? Détrompez-vous! Je me souviens que le seul fait d’entrer dans un studio de ballet me rendait à tout coup très émotive. Cette larme à l’œil m’interpellait. À la mi-quarantaine, je décide de m’inscrire à ma première classe de ballet. Dès lors mon émotivité s’est apaisée par magie. Un rêve réalisé!

J’ai connu une dame de 83 ans qui a toujours eu comme rêve de jouer du piano. Elle a dépoussiéré l’instrument à cordes et s’est inscrite à son premier cours. Une autre dame est allée compléter un baccalauréat à 80 ans. Mon oncle qui vit son premier amour à 77 ans. Et dernièrement, un article relatait une dame qui, à 101 ans, a publié sa première collection de poèmes.

Il n’est jamais trop tard pour continuer vivre des expériences qui nous semblaient impossibles. Jamais trop tard pour réaliser cette parcelle de rêve qui vibre enfouit au fond du cœur. Valorisez vos talents, ils n’attendent que vous!

Toutefois il y aura aussi ces rêves que nous devrons oublier. Ces pas que nous n’avons pu faire ou que nous n’avons pas voulu faire. Oublier cet escalier qui nous menait vers la réalisation d’un but qui ne sera jamais emprunté.

  1. Profiter de la vie : la vie défile à 100 kilomètres à l’heure. Entre le travail, l’éducation des enfants et leurs activités, les corvées, performer être la meilleure en tout, se maintenir en bonne forme physique, continuer de s’instruire, accéder à des promotions, le bénévolat et j’en passe, il y a cette urgence d’accueillir la vie.

Profitez de la vie c’est se réjouir des bons moments, s’émerveiller devant un paysage, la beauté de l’infiniment grand ou l’infiniment petit, les animaux, un enfant qui fait ses premiers pas. Profiter de la vie c’est saisir ce que l’argent n’achète pas comme l’amour, l’amitié, la santé, la famille, la culture, la paix, le pardon. Profiter de la vie c’est se tourner vers des valeurs qui rejoignent l’altruisme, la bonté, l’humilité, la reconnaissance, la patience, la joie, etc.

Conclusion

Dans notre société, la finitude est occultée. C’est un sujet tabou. C’est un peu comme si nous vivions en étant éternels et nous quittons cette terre sans avoir le sentiment d’avoir vécu.

Dans mes périodes de vague à l’âme, ces périodes où j’avais perdu mes repères et où le sens de ma vie m’échappait, je m’imprégnais des livres d’Élisabeth Kübler Ross, cette psychiatre ayant œuvré toute sa vie auprès des gens aux abords de leur fin de vie. Tel un phare, ces personnes nous enseignent la vie d’une manière si éloquente. C’est tout de même étrange!

Le but ultime de la vie tournerait-il autour de l’Amour? L’amour de soi, des autres, de la vie, de tout ce qui vit? Guy Corneau a déjà décrit dans l’un de ses livres cet espace sans nom aux abords de la mort en soulignant que la seule question qui surgissait en lui était : « As-tu suffisamment aimé? ».

Et vous, avez-vous suffisamment aimé?

3 commentaires
  1. I’ve been browsing online more than 4 hours today, yet I never found any interesting article like yours.
    It’s pretty worth enough for me. Personally, if all site owners and bloggers made good content
    as you did, the web will be much more useful than ever before.
    I visited many blogs but the audio feature for audio songs current at this web page is actually
    marvelous. Its like you read my thoughts! You appear to understand a lot approximately
    this, like you wrote the e book in it or something.
    I feel that you can do with a few % to drive the
    message house a bit, however instead of that, this is wonderful blog.
    A fantastic read. I will certainly be back. http://hats.com

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.