Arroser efficacement grâce aux conseils de Larry Hodgson!

L’arrosage peut paraître une évidence pour les jardiniers expérimentés, mais arroser de la mauvaise manière est la cause de nombreux échecs horticoles pour les jardiniers débutants. S’ils n’arrosent pas assez fréquemment ou encore trop souvent, très couramment, ils n’arrosent pas assez profondément. Radieuses, regardons la situation de plus près.

La règle d’or

La connaissez-vous? Voici donc la règle à se souvenir : arrosez abondamment, assez pour humidifier toute la motte de racines, puis attendez que la terre soit sèche avant d’arroser de nouveau. Cette règle s’applique autant aux plantes qui aiment l’humidité, telles les fougères, qu’aux plantes de climat aride, tels les cactus. En apprenant cette règle et en la suivant toujours, vous aurez le pouce le plus vert en ville. Oui madame!

Facteurs à considérer

Évidemment, les différentes plantes n’utilisent pas l’eau à la même vitesse; la plante X peut donc commencer à flétrir seulement trois jours après l’arrosage alors que la plante Y peut encore être à des semaines d’avoir besoin d’être arrosée à nouveau. Voici une liste de quelques facteurs qui font la différence :

  • Le soleil intense entraîne de plus grands besoins d’arrosage; l’ombre réduit les besoins d’arrosage.
  • Le temps chaud entraîne une plus grande perte d’eau par évaporation et donc un besoin d’arrosage plus fréquent.
  • Les zones venteuses sèchent plus rapidement que les zones protégées.
  • Les sols sableux sèchent plus rapidement que les sols loameux. Les sols argileux sèchent encore plus lentement.
  • Les plantes à grandes feuilles molles ont besoin de plus d’arrosage que les plantes à feuilles plus petites et plus épaisses. Les plantes à feuilles très épaisses (plantes succulentes) peuvent survivre des semaines sans arrosage.
  • Les plantes à feuilles duveteuses, poilues, pruineuses ou cireuses perdent de l’eau plus lentement que celles sans ces revêtements.
  • Les plantes à tiges minces ont besoin de plus d’eau que celles à tiges épaisses. Encore une fois, les plantes succulentes, avec des tiges souvent extrêmement larges, sont les plus résistantes à la sécheresse.
  • Les plantes cultivées en pots ont besoin de plus d’eau que les plantes en pleine terre. Et plus le pot est petit, plus il faut arroser souvent.
  • Les plantes en dormance ont besoin de peu ou pas d’eau jusqu’à ce qu’elles se réveillent.
  • Les plantes en fleurs ou en graines ont besoin de plus d’eau que celles qui sont seulement en feuilles.
  • La plupart des plantes poussent plus rapidement au printemps et ont alors besoin de plus d’eau à cette saison.

Des plantes qui font exception à la règle

La lobélie cardinale (Lobelia cardinalis). Photo : http://www.lakeregionnursery.com

Si 99 % des plantes suivent la règle d’or, certaines y font exception.

Parmi celles-ci se retrouvent les plantes de marais – ou plantes semi-aquatiques – puisqu’elles n’ont aucunement besoin de sécher entre deux arrosages. En fait, elles préfèrent que leur sol reste toujours humide, et même qu’il soit détrempé. Ces plantes, comme la lobélie cardinale (Lobelia cardinalis) et le populage des marais (Caltha palustris), poussent généralement dans les marécages ou près des plans d’eau à l’état sauvage. Pour cette raison, il vaut mieux leur donner leur propre environnement humide; elles peuvent rarement partager leur espace de culture avec les autres plantes de jardin.

Bien sûr, l’exception est encore plus vraie pour les plantes aquatiques, comme les nymphéas (Nymphaea spp.), qui poussent carrément avec leurs racines et même parfois leur feuillage sous l’eau.

Les plantes qui entrent en dormance ne se soumettent pas à la règle non plus. De façon générale, elles aiment être arrosées comme n’importe quelle autre plante pendant leur saison de croissance, toutefois, quand elles perdent leurs feuilles (la plupart le font), c’est signe qu’il faut arrêter les arrosages pendant quelques mois. Plusieurs cactus, succulentes et bulbes ont de longues périodes de dormance au sec. Bon à savoir, hein?

Le flétrissement, un mauvais indicateur pour savoir quand arroser

Eh non! N’attendez pas que les plantes se fanent avant de les arroser.

Savez-vous que si les feuilles ont flétri par manque d’eau, il est fort probable que cette sécheresse ait déjà tué certaines racines de la plante? Sans surprise, ce n’est pas bon pour son développement futur… Et plus les feuilles flétrissent souvent, plus les racines sont endommagées. Il est même possible que certaines plantes ne s’en remettent jamais (!!!), et ce, même si vous ne les laissez flétrir qu’une seule fois!

Et puis, il y a certaines plantes à grandes feuilles minces, comme les ligulaires (Ligularia spp.), les ipomées (Ipomoeaspp.), les courges (Cucurbita spp.) et les pétasites (Petasites spp.), qui flétrissent grandement par temps chaud puisque leurs racines ne sont pas en mesure de pomper assez d’eau jusqu’aux feuilles pour compenser l’évaporation, et si vous vérifiez l’état du sol, il sera pourtant encore bien humide. Dans cette situation, l’arrosage ne sera pas utile puisque les feuilles reprendront naturellement leur turgescence quand le soleil s’affaiblira en fin de journée.

Ces deux raisons sont suffisantes pour illustrer que le flétrissement n’est pas une bonne indication des besoins en arrosage, non?

Comment savoir quand arroser?

Un moyen plus qu’efficace de savoir si une plante a besoin d’eau est le test du doigt. Insérez votre index dans le sol jusqu’à la deuxième articulation. Si le sol est humide, nul besoin d’arroser. S’il semble sec, arrosez. Aussi simple que ça!

L’humidimètre est parfois préféré par certaines personnes au test du doigt. Vous n’avez qu’à insérer la sonde de l’humidimètre dans le sol et la jauge indique si la plante a besoin d’eau ou non.

Une autre bonne méthode est d’enfoncer une pelle dans le sol et de jeter un coup d’œil à son état. Un sol humide est plus foncé que le sol sec. Ainsi, si le sol est foncé à une profondeur de 15 à 30 cm, et donc visiblement humide, la plante n’a pas encore besoin d’être arrosée.

Vous pouvez aussi soulever vos pots à plantes pour évaluer les besoins en eau des plants. Cette technique demande un peu plus de pratique, mais est très faisable : si le pot semble léger, la plante a besoin d’eau; s’il semble lourd, attendez un moment.

Mes conseils d’arrosage

  • Arrosez toujours lentement et profondément. Une ondée rapide humidifie uniquement le dessus du sol, laissant les plantes en détresse hydrique. L’eau doit pénétrer à une certaine profondeur pour être efficace. Au moins 15 cm pour les gazons et les annuelles et au moins 30 cm pour les vivaces, les arbres et les arbustes. Vous arrosez un nouveau jardin pour la première fois? Creusez un petit trou dans le sol environ une heure après avoir terminé pour vous assurer que le sol a bien été humidifié à la bonne profondeur.
  • Arrosez le sol, pas les feuilles. La majorité des plantes absorbent peu d’humidité par leurs feuilles (à l’exception des « filles de l’air » [Tillandsia]). Les racines sont les principales intéressées par l’arrosage. En fait, la situation idéale est d’arroser attentivement afin de bien humidifier les racines tout en laissant les feuilles sèches, car les feuilles humides sont plus susceptibles d’attraper des maladies.
  • Arrosez le matin si vous le pouvez, avant 10 h. Ainsi, si vous mouillez les feuilles, l’arrosage matinal leur donnera le temps de sécher avant la fraîcheur de la nuit. Arrosez au milieu de la journée uniquement si vous n’avez pas d’autre choix, car l’intensité du soleil fera évaporer une grande partie de l’eau sans aider les plantes. Le deuxième meilleur moment de la journée pour arroser est en soirée, lorsque la température a baissé et que l’évaporation a diminué. Essayez toutefois de ne pas mouiller les feuilles si vous arrosez en soirée, sinon elles passeront la nuit humides et seront plus à risque de contracter des maladies.
  • Arrosez uniquement au besoin. N’oubliez pas que mère Nature contribue à l’arrosage avec ses précipitations et qu’elle n’a pas toujours besoin de votre aide. Avec les canicules de l’été, les besoins d’arrosage seront plus présents.
  • Les jeunes plants ont besoin d’arrosages plus souvent, car leur système racinaire n’est pas encore pleinement développé. Arrosez-les dès que leur terre commence à s’assécher, sans toutefois les laisser baigner dans un sol détrempé. Pour les jeunes annuelles et légumes, cette période de surveillance accrue peut durer environ 2 semaines; pour les vivaces, les arbustes et les arbustes, plus lents à s’enraciner, toute la première saison.

  • Les systèmes d’arrosage automatique peuvent être géniaux… s’ils sont bien ajustés. Ils devraient comprendre un capteur de pluie qui repousse l’arrosage lorsque mère Nature intervient. Vous devriez également ajuster le système tout au long de la saison, en arrosant plus lors des canicules de l’été que dans la fraîcheur du printemps et de l’automne. Mais souvent, ces systèmes mal contrôlés arrosent trop et les plantes commencent à pourrir. Gardez toujours en tête qu’un arrosage excessif fait autant de dégâts qu’un manque d’arrosage.
  • Paillez toutes vos plantations. Le paillis réduit le ruissellement de surface, garde les racines plus au frais et ralentit l’évaporation du sol, ce qui réduit considérablement les besoins en arrosage.
Un tuyau suintant. Photo : youngurbanfarmers.com
  • Utilisez de bons outils d’arrosage. Un tuyau suintant offre un arrosage efficace (correctement installé, il utilise jusqu’à 75 % moins d’eau qu’un arroseur de gazon!) tout en gardant les feuilles sèches, réduisant les maladies. L’irrigation goutte à goutte est un moyen plus coûteux pour accomplir la même chose. Les arroseurs valent mieux que rien, mais gaspillent beaucoup d’eau à l’évaporation. Arroser à la main (avec un arrosoir ou un pistolet) vous donne un meilleur contrôle sur l’arrosage, mais prend du temps. Allez-y lentement si vous arrosez à la main, en vous rappelant que vous devez suffisamment arroser pour mouiller toute la zone racinaire.
  • Suivez les restrictions d’arrosage émises par votre municipalité, aussi illogiques soient-elles. Notez qu’elles sont conçues pour prévenir toute surcharge sur le système d’aqueduc, pas pour donner des plantes en santé! Mais après tout, qui veut payer une amende pour avoir arrosé au mauvais moment ou avec le mauvais outil?

Si l’arrosage a l’air compliqué, ce n’est vraiment pas le cas. Une fois que vous aurez fait vos débuts dans le domaine, vous en deviendrez vite un expert!

À vos arrosoirs, c’est parti!

Larry, votre jardinier paresseux

Vous avez aimé cet article de Larry Hodgson et désirez en savoir plus sur le jardinage facile? Visitez son site Web ou sa page Facebook pour ne rien manquer!

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.