Au secours, j’ai peur!

Les phobies sont souvent des petites choses en apparence anodines, mais qui nous empoisonnent la vie. Le dictionnaire Larousse définit les phobies de la façon suivante : craintes angoissantes et injustifiées d’une situation, d’un objet ou de l’accomplissement d’une action. Peur maladive de quelque chose… c’est moi tout craché!

Depuis mon enfance, j’ai peur de l’eau. Une peur panique qui s’explique par le fait que lorsque j’étais enfant, j’ai failli me noyer. Je passais mes étés au chalet de ma grand-mère Rose à Val-Barrette dans les Laurentides. J’adorais jouer dans l’eau et je passais des heures à me promener le long de la petite plage à côté du quai en observant les petits poissons aux reflets dorés qui passaient en tous sens entre mes jambes. J’en profitais aussi pour ramasser toutes sortes de galets qui miroitaient telles des pierres précieuses au fond de l’eau. Un beau jour d’été pendant que je m’adonnais à mon sport préféré, un couple de vacanciers se promenaient en chaloupe autour du lac afin de regarder les chalets environnants. Ils s’étaient aventurés très près, trop près de moi en fait. Et, ils ne m’ont pas vu… j’ai reçu un coup derrière la tête et j’ai perdu conscience. Je suis tombée et ils ont passé sur mon corps avec leur chaloupe sans s’apercevoir de rien. J’étais sous l’eau inconsciente et j’entendais les cris de ma mère provenant du chalet. Je devais être dans une autre dimension, mais je me souviens de ce moment comme si c’était hier. Ma mère est venue à ma rescousse. Elle m’a extirpée de l’eau et m’a réanimée je ne sais trop comment. Depuis ce jour-là, j’ai PEUR de l’EAU. Une peur irraisonnée, mais compréhensible me direz-vous.

J’avais envie de connaître les phobies dont souffrent mes amis, ma famille. Ce sont des choses dont on ne parle pas souvent redoutant parfois les moqueries. Comme si c’était un signe de faiblesse, de manque de contrôle de soi. J’ai donc sondé quelques personnes autour de moi et je vous livre ici, les résultats…

Mon voisin Jean-François et sa peur des hauteurs…

L’acrophobie touche beaucoup de gens. Pas de Grande Roue, ni d’ascension de la Tour Eiffel ou du CN pour lui. Pas de carrière comme laveur de vitres pour lui non plus. Il m’a dit que cette peur était contrôlable lorsqu’il était à l’intérieur d’un bâtiment en hauteur. Mais pas question pour lui d’admirer la vue du balcon.

Ma nièce Martine souffre d’arachnophobie. Chaque fois qu’elle voit une araignée elle croit plutôt voir une énorme tarentule poilue qui s’apprête à grimper sur son corps. Elle pourrait hurler à pleins poumons et partir en courant se cacher sous les draps. J’exagère à peine.

Mon fils Thomas est atteint de mysophobie depuis son adolescence. Cette peur des microbes le rend plus propre que tous les Monsieur Net confondus. Il peut se laver les mains jusqu’à 30 fois par jour. Je lui ai offert en cadeau des savons qui ne requièrent pas d’eau pour se laver les mains en tout temps et en tout lieu. Je suis une mère très compréhensive après tout!

Mon ami Yves est atteint quant à lui de la peur la plus terrible qui soit… celle d’avoir peur du ridicule (la katagélophobie)! J’ai essayé de l’aider en lui disant qu’il ne l’était pas tant que ça, mais peine perdue, il continue à le croire… rien à faire!

Ma mère a peur de l’avion (l’aérodromphobie). Nous l’avons appris à nos dépends ma sœur et moi lors de notre voyage mère-filles à Las Vegas il y a trois ans. Nous avons causé toute une commotion à bord de l’appareil avant le départ. Je ne savais pas que c’était contagieux. La moitié des passagers semblait paniqués, mais j’ai compris qu’en fait ils voulaient plutôt se débarrasser de ce trio gênant qui les empêchait de jouir tranquillement de leur vol.

J’ai aussi un ami qui souffre d’agoraphobie. Aller chez Costco est un vrai calvaire pour lui. C’en est un pour moi aussi même si je n’ai pas cette phobie. Je l’accompagne à l’occasion et surveille le moindre des symptômes qui révèlent la crise de panique qui risque de poindre à tout moment. Lorsqu’il devient livide, en sueurs et qu’il a le souffle court, il est temps de déguerpir.

Il y a tant de phobies que d’en dresser la liste ici serait vraiment fastidieux. Je pense tout de même que celles-ci devraient vous faire sourire… Saviez-vous qu’on pouvait avoir peur des poupées (pédiophobie)? Les fans de Chucky seront déçus ou contents? Pas sûre…

On peut aussi avoir peur des mots (logophobie). Si Sol savait ça, il se retournerait sûrement dans sa tombe. Si vous êtes atteint de trypophobie (la peur des trous) et que vous habitez à Montréal, un déménagement s’impose. Et pour finir, les carminophobes (ceux qui ont peur de péter) devraient toujours s’abstenir de manger des fèves au lard!

Et vous, de quoi avez-vous peur finalement?

1 commentaire
  1. Bonjour,
    Je suis atteinte d’amoxophobie = peur de conduire. Je me fais violence pour conduire sur les petites routes de campagne pour accompagner mes filles au lycée par exemple. Mais pas d’autoroute, pas de grande ville. Je préfère attendre des mois pour avoir un rendez-vous dans un hôpital près de chez moi plutôt que de prendre rendez-vous dans un hôpital en ville. Cette peur me handicape grandement. Je fais le lien entre conduire une voiture et conduire sa vie. Je vais avoir 50 ans et j’ai fait le deuil de la conduite.Bonne journée

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.