Il était une fois…

Ah, c’est Noël, j’ai songé à ne pas écrire sur Noël de peur de me répéter, parce que oui, vous le savez déjà; j’aime Noël, j’aime donner des cadeaux, j’aime me retrouver en famille et je pense très fort à mes parents durant cette période de l’année.

Cela étant dit, j’ai décidé de vous raconter un conte. Je parie qu’il y a longtemps que vous n’en avez pas lu un. Dans celui-ci, il n’y aura pas de mauvaise belle-mère qui voudra vous empoisonner ni de demi-sœurs qui voudront déchirer votre robe. Ce sera un petit conte qui vous fera voir que la vie n’est pas si compliquée, qu’au fond de nous, peu importe l’argent de l’un, le pouvoir de l’autre, nous sommes comme un arbre, avec nos racines, celles qui sont impossibles à ôter.

Alors, juste pour vous :

Il était une fois un Noël blanc, doux; un Noël qui avait réuni toute la famille. Nous étions là tous ensemble, les parents, les enfants, les petits-enfants, ensemble dans ce clan qui est le nôtre.

Il était une fois un Noël où nous allions renouer avec nos valeurs, pas celles que nous possédons, celles qui nous habitent.

Il était une fois un Noël où nous avons pensé à nos parents vivants ou morts, un moment de réflexion qui nous a fait voir qu’ils ont fait de leur mieux, qu’ils ont fait ce qu’ils pouvaient, mais, chose certaine, tout ce qui a été fait l’était par amour.

Il était une fois un Noël où l’on n’a pas texté à nos amis-es parce qu’ils étaient, comme nous, avec leur famille. Celle-là, qui est loin d’être parfaite, celle-là qui ne semble plus être la tienne parfois, mais quoi que tu en penses, elle sera toujours ta famille. On choisit nos amis, c’est vrai, on ne choisit pas notre famille, mais bizarrement lorsqu’on a besoin, c’est souvent elle qui est là.

Il était une fois un Noël où l’on a pris le temps de prendre notre temps, ayant regardé les belles photos de tout le monde sur les réseaux sociaux, on a sorti notre jeu de cartes, de toc ou de parchési pour jouer et rire en mangeant des chips puis des bretzels ou, s’il le faut, de petites crudités.

Il était une fois un Noël où on est allée jouer dehors avec les enfants, oui l’endroit où il fait froid en hiver, où il y a parfois beaucoup neige, l’endroit où il faut s’habiller très chaudement pour aimer cela. Oui, je vous l’assure c’était agréable et tellement beau. Rien de plus joli qu’un arbre habillé de belle neige blanche. Rien de plus beau que des enfants qui se lancent dans la neige, qui font des bonshommes de neige. Rien de plus beau que de belles joues rouges, de petites mains froides et un bon chocolat chaud.

Il était une fois un Noël où l’on a mangé ce qui nous fait plaisir; de la viande, eh oui, pourquoi pas? Un bon pâté à la viande avec du ketchup aux fruits c’est t’y assez bon, de la dinde avec une bonne sauce, des pommes de terre en purée, des carottes et aussi des petits pois numéro 1. Pour dessert, une bûche traditionnelle, de bonnes tartes maison avec une petite boule de crème glacée et pourquoi pas des pets de sœur; miam… Les véganes, les végétaliens, les ceci, les cela, se sont sacrifiés en trouvant ça ok pour une journée.

Il était une fois un Noël où on s’est faits beaux et belles, où on a gardé notre coton ouaté pour le lendemain; ah c’est une blague, on en peut plus du coton ouaté lol, mais il faut bien le dire : « On est t’y ben dans un coton ouaté ». Ce fut pour le 26, alors qu’on a regardé de petits films de Noël en mangeant nos restes (ouch; encore un peu de viande).

Il était une fois un Noël où l’on a profité de ce petit congé pour aller voir quelqu’un qui ne va pas bien, qu’il soit malade ou triste, en institution ou seul à la maison. On n’a pas tous la même chance dans la vie et l’on a été surpris par le bon moment que cela nous fera vivre.

Il était une fois… un Noël si beau, qu’on voudrait qu’il soit le prochain.

Profitons des jours avant Noël, profitons de cette frénésie, de la beauté des décors de Noël, de ce temps de l’année qui nous donne l’occasion de voir des gens qu’on ne voit pas souvent. Profitons de la générosité qui nous habite pour donner aux autres quelques petites joies, parce que sur cette terre, il y a toujours plus nécessiteux que nous.

Je vous souhaite un Noël comme vous l’aimez, avec les vôtres, comme on dit. Ça n’arrive rien qu’une fois par année puis ce ne sera pas long, le jour de l’An s’en vient. Vous pourrez voir vos amis, prendre de beaux selfies de vos partys. Parce que la vie reprend toujours ses droits et on reprend nos vieilles habitudes… à moins de vouloir les changer.

Joyeux Noël!

1 commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.