Isabelle Huot: Connaissez-vous l’exquise camerise?

Radieuses, c’est presque le temps des camerises, cette petite baie locale extrêmement riche en antioxydants. Ça ne vous dit rien? Vous n’êtes pas seules, car elle est encore méconnue, mais croyez-moi, elle vaut la peine qu’on s’y attarde.

Saviez-vous que camerise était un nom tout québécois ? Nom inventé par des agronomes et des producteurs pour en simplifier les étapes de commercialisation, elle s’appelle « haskap » en anglais, ce qui signifie « baie de longue vie » en japonais. Rien de moins!

La camerise est produite par un chèvrefeuille comestible qui pousse à l’état sauvage un peu partout au Nord du globe. Si sa couleur s’apparente beaucoup à celle du bleuet, la camerise se distingue de ce dernier en présentant une forme plus allongée. Sa chair rouge vin regorge de minuscules graines qui ne gênent en rien le bonheur de la croquer!

Et sa saveur ? Un peu sucré, et souvent, acidulé, on peut comparer son goût à un savant mélange de bleuet, de framboise et de cassis! Certains peuvent même y déceler un soupçon de mûre, de prune, de nectarine et même de rhubarbe. Quand je vous dis que son goût est complexe!

Et bon pour la santé!

Gorgée de vitamine A et de vitamine C, la camerise se démarque surtout par son contenu élevé en composés antioxydants (supérieur à celui du bleuet et de la canneberge). Elle contient notamment des composés phénoliques, surtout des flavonoïdes.

Inutile de vous rappeler que les antioxydants protègent des maladies cardiovasculaires, de certains types de cancer et d’autres maladies liées au vieillissement (comme les maladies neurodégénératives). Et comme la camerise est également riche en vitamines A et C, sa consommation régulière pourrait aider à renforcir le système immunitaire, faciliterait l’absorption du fer et la cicatrisation de la peau. La camerise participerait également au maintien de la santé des yeux. De quoi vous convaincre de l’intégrer à votre menu !

On la mange avec quoi?

On la retrouve souvent en jus, mais sachez que vous pouvez la consommer de plusieurs façons: fraîche, surgelée, en crème glacée, en smoothie. Elle peut aussi être ajoutée aux muffins faits maison, sur des crêpes et dans votre yogourt préféré. Il suffit de placer la camerise au congélateur pour profiter du plaisir de la manger et profiter de ses bienfaits toute l’année!

Allez à sa rencontre!

Comme la camerise est l’un des premiers fruits prêt à cueillir en saison (elle est souvent prête avant les fraises!), vous pouvez aller rencontrer les producteurs et faire de l’autocueillette. Dans le sud de notre belle province, la récolte commence autour de la mi-juin et si vous habitez une région plus au nord, vous devrez patienter jusqu’au début du mois de juillet. Pour les sites de cueillettes (des recettes et d’autres informations pertinentes), je vous réfère ICI!

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.