La face cachée du lâcher-prise

J’ai longuement réfléchi à trouver une autre appellation que le « lâcher-prise ». Un terme fourre-tout, un terme que tout le monde utilise à tout vent sans savoir vraiment de quoi il en retourne. Je ne sais pas pourquoi, mais cette expression me rebute. C’est pourquoi je préfère plutôt utiliser le « laisser être ». C’est plus doux, plus accessible, plus harmonieux.

Pas si compliqué… lâche prise

Je me rappelle avoir vécu une situation difficile il y a de cela quelques années. Une grande amie me servait souvent cette solution. « Il faut que tu lâches prise Johanne! » Oui, c’est très légitime, mais comment se met-on en marche vers cet état? Pas évident à expliquer… Cette avenue revenait souvent lors de nos discussions doublées d’exemples tirés de son propre vécu. Mais voilà, ce n’était pas suffisant pour que je comprenne l’ampleur de cette philosophie.

Et vous, combien de fois vous a-t-on servi cette option? Probablement à de multiples occasions!

Je me suis beaucoup questionnée sur ce fameux « lâcher-prise » pour finalement comprendre que je n’avais pas à me résigner face à une situation, ni à abdiquer ou encore à baisser les bras. Encore moins de ne rien faire. Je n’avais pas non plus à abandonner ni à mettre une croix sur mes désirs ou mes objectifs. Fallait-il que je renonce à vouloir trouver une solution pour m’extirper d’une situation difficile? Non plus! Et ça n’a rien à voir non plus avec le fait de tolérer l’intolérable ou d’accepter l’inacceptable.

Au bout du compte je ne savais même plus sur quel aspect je devais lâcher prise. En fait, pour bien décrire la manière dont je me sentais, j’étais complètement perdue. De quoi devenir complètement zinzin!

Le maître apparaîtra

Visiblement, la vie n’est jamais un long fleuve tranquille. Ce n’est que dernièrement qu’il m’a été donné cette chance de développer le laisser être dans toute sa splendeur. Cette fabuleuse chance de comprendre et d’intégrer cette pratique dans mon quotidien. Vous savez quoi? Ça goûte bon, c’est énergisant, c’est apaisant. Quelle magnifique expérience! Une sensation de liberté face aux diktats que notre société exige. On se retrouve toujours plus instruite par les grands bouleversements que la vie place sur notre chemin.

Tu le sais, la vie ne nous offre pas toujours ce que l’on souhaite. Bien que cela peut être chiant parfois, c’est aussi bien ainsi. La vie est intelligente et sait parfois mieux que nous ce dont nous avons besoin. Une amie me disait un jour : « Ma vieille tante Françoise disait toujours que Dieu voit plus loin que nous et cette pensée m’a souvent réconfortée dans les moments difficiles de ma vie. »  Cette phrase m’a beaucoup aidée aussi. On pourrait la traduire en disant : « Fais ta job et laisse Dieu faire la sienne, il a une meilleure vue que toi! »

Si tu vis une situation difficile, un crash, une défaite, une rupture, un licenciement ou un obstacle. Si, à la suite d’un événement, tu t’es imaginé une tournure différente, un dénouement heureux, un aboutissement sensé, une réalisation parfaite et qu’il n’en est rien. Si tu avais savamment orchestré un projet qui s’est avéré sans issue et irrécupérable. Alors, faudrait peut-être envisager de te laisser être dans cette portion de vie.

Voici ce que je te chuchoterais à l’oreille.

Chère toi qui vis un bout pas facile de ta vie actuellement!

Tu vas commencer par t’aimer, aime-toi pour ce que tu es, ce que tu as fait, ce que tu as réalisé, pour ton parcours. Ton point de départ c’est toi! Cesse de t’aimer en fonction de ce que les autres pensent de toi ou veulent de toi. Lâche le regard des autres et pose enfin ce regard bienveillant et aimant sur toi.

Tente le plus possible de faire taire ce tourbillon incessant de tes pensées à vouloir tout régler et tout organiser à ta façon. On pense à tort avoir le pouvoir sur sa vie. Qu’il ne s’agisse que de se fixer de beaux objectifs bien tissés pour que la vie obtempère à nos moindres désirs. Le seul contrôle que nous avons est bien plus dans la façon dont nous choisirons de vivre un pan de vie. C’est là que réside notre vrai pouvoir.

Ainsi, n’aies pas peur de perdre le contrôle, de perdre les pédales, de te sentir perdue et que tout semble t’échapper. Abandonne-toi! En ce moment tu ne contrôles plus rien de toute façon. Admets qu’il en est ainsi! Tu veux mettre les freins? Fais un acte de confiance en lâchant les amarres. Actuellement, la tempête fait rage. Quand les oiseaux apparaîtront dans le ciel, tu sauras que le rivage est à proximité. Laisse être ce qui est et regarde au loin ce que tu souhaites.

Alors, accepte les choses comme elles sont maintenant, accepte même la souffrance qui t’accompagne en sachant pertinemment qu’elle sera temporaire. Accepte les émotions qui bouillent à l’intérieur de toi et reconnais ta blessure. Accepte que tu sois dans un cycle tout comme les saisons défilent. Tout comme le jour existe parce que la nuit l’a précédé, le printemps arrive parce que l’hiver a su se décorer de blanc, le soleil se pointe le bout du nez parce que la lune est partie dormir et l’arc-en-ciel se déploie parce qu’il y a eu la pluie.

Prends du temps pour méditer, pour t’arrêter tout en laissant la vie se charger de cette situation. Médite pour créer de l’espace en toi! Res-pi-re, res-pi-re! Tout comme lorsque nous sommes enlisés dans un banc de neige en voiture, on n’a d’autres choix que de laisser les roues travailler. Eh bien laisse la vie travailler! Mais pour cela il faut lui donner de l’espace et du lest. Créé de la distance par rapport à ce que tu vis en faisant du ménage dans tes pensées, tes perceptions, tes croyances, tes idées toutes faites, tes interprétations au sujet des personnes et des circonstances sur lesquelles tu n’as pas de contrôle. Fait de la place pour que le nouveau et le beau puissent émerger le plus vite possible, car plus tu t’obstineras, plus longue sera la route vers le renouveau.

Place ton accent sur ce qui va bien dans ta vie actuellement, ce qui est beau. Même dans la noirceur il y a toujours une étoile qui brille! Valorise tes bons coups, félicite ce que tu fais de bon et de bien, récompense-toi pour tes succès si petits soient-ils et apprécie ce que tu possèdes déjà. Te concentrer sur ce qui est positif allégera la lourdeur de tes soucis.

Laisser être t’amènera à dédramatiser et à intégrer une forme de sagesse intérieure. Excellent outil également pour casser tes pensées d’apocalypse, et ce, malgré les épreuves ou situations difficiles.

Aiguise ta patience en toute conscience!

Laisse-toi être!

Et bonne route à toi!

Je terminerai avec cette réflexion de la très inspirante Nicole Bordeleau : « Le lâcher-prise n’est pas un signe d’abandon, mais d’une prise de recul pour laisser une situation respirée! »

2 commentaires
  1. Ce texte me rejoins tellement . Je suis dans le tumulte d’une rupture présentement. …disons que c’est pêle-mêle dans ma tête . Heureusement, j’aime la Vie par dessus tout et je réussis à voir du positif dans le négatif. Je suis dans ce processus de lâcher prise et la méditation m’est d’un grand secours.
    Avec du recul, je comprends bien des choses.

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.