L’âge du plaisir expliqué par la sexologue Julie Pelletier

L’ouragan est la façon dont la vie sexuelle des femmes de plus de 50 ans est qualifiée par plus d’un. Les hormones se déchaînent, les changements s’effectuent à une vitesse grand V et le moral tente de suivre tant bien que mal! Or, comme on le sait, la ménopause ne signe pas l’arrêt de la vie sexuelle, mais il n’en affecte pas moins la libido. C’est sans doute pour cette raison qu’un immense combat interne se manifeste: les hormones qui brassent la chamade d’un côté et le désir de tendre vers un épanouissement plus grand, de l’autre.

Chaque femme négocie ce passage au meilleur de ce qu’elle peut, celui-ci entraînant souvent dans son sillon remises en question et recherche. Recherche d’équilibre, recherche de bonheur, recherche de paix intérieure. Désir qui ne se fait pas sans remettre en question des points fondamentaux qui autrefois assuraient sécurité et air d’aller. Ces femmes se surprennent donc à envisager de nouveaux défis, à essayer des expériences différentes, à créer leur liste de souhaits (souvent appelé bucket list – je préfère parler de liste de souhaits, surtout après avoir lu l’étymologie de l’expression selon Wikipedia : bucket = celui sur lequel on monte pour se passer la corde au cou. Ensuite, il ne reste plus qu’à le pousser des pieds pour mourir pendu…?). Bref, élaborer une vie qui correspondrait davantage aux besoins présents, quelle belle idée!

Et la sexualité dans tout cela?

Y a-t-il réellement un âge pour le plaisir sexuel? Augmente-t-il, diminue-t-il selon l’âge? De nombreuses études, certaines plus sérieuses que d’autres, nous informent des préoccupations des hommes et des femmes en lien avec leur sexualité. Au sujet du plaisir, peu d’études sont répertoriées à ma connaissance. Toutefois, l’American Journal of Medecine publie une étude que des chercheurs de l’Université de Californie ont menée auprès de 806 femmes qu’ils ont suivies pendant une quarantaine d’années. Étude portant sur leur sexualité et des détails très intimes de leur vie sexuelle… intéressant!

Ils ont notamment évalué la fréquence des rapports sexuels, la douleur durant ces rapports, la fréquence de l’orgasme, le désir sexuel, le niveau de satisfaction, la lubrification et j’en passe. Révélations : « avec une moyenne d’âge de 67 ans, 63 % de ces femmes sont aujourd’hui ménopausées. La moitié a eu un rapport intime dans les quatre semaines précédant le questionnaire. L’étude montre que 40 % des participantes n’ont jamais ou seulement très peu de désir sexuel, parmi lesquelles un tiers des femmes sont toujours actives sexuellement. Pour celles qui pratiquent encore régulièrement, elles sont 67 % à connaître l’orgasme à chaque fois ou presque. Cela concerne 47,5 % des dames du 4e âge.

En revanche, les femmes les plus jeunes sont celles qui ont le plus de désir, mais cela ne va pas forcément de pair avec le plaisir puisqu’elles sont les plus insatisfaites. (…) « Dans cette étude, l’activité sexuelle n’est pas toujours nécessaire à la satisfaction sexuelle » relate Susan Trompeter, première auteure de l’étude. « Les femmes qui ne sont plus actives sexuellement peuvent trouver leur plaisir par la masturbation », signifiant par là que le manque d’activité sexuelle ne correspond pas toujours à la perte du plaisir.

De plus, il s’avère que la proximité émotionnelle et physique avec le partenaire peut surpasser l’orgasme, et qu’il ne faut donc pas forcément se focaliser sur la jouissance pour mesurer l’épanouissement de la vie sexuelle des femmes. ».

– Source :  Janlou Chaput, Futura, 01/01/2018 et Sexual Activity and Satisfaction in Healthy Community-dwelling Older Women

Il serait donc juste de dire que l’âge n’est pas si déterminant dans l’appréciation de la sexualité et de son intimité… même que si on devait élaborer une conclusion, on pourrait facilement se dire que le plaisir croît avec l’âge!  J’ajouterais qu’avec l’âge vient souvent une meilleure compréhension de soi, un ralentissement du désir de performance et une envie d’être davantage dans le moment présent et dans ce qu’il a de plus beau à offrir! Vieillir dans le plaisir, en beauté et sainement = conditions idéales pour booster une libido les filles!

Julie Pelletier, sexologue clinicienne psychothérapeute

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.