fbpx

Ce qui se passe à Vegas reste à Vegas….

Notre voyage mère-filles au pays de Céliiiiine!

9 novembre 2015. C’est le grand jour, le jour J tant attendu. Cela fait des mois que nous préparons ce voyage au royaume de la démesure, Las Vegas, la ville de tous les péchés, la ville qui ne dort jamais. En ce qui nous concerne, ma sœur et moi, ce sera notre deuxième séjour là-bas et le premier pour notre mère dans cette ville mythique. Prêtes, pas prêtes, nous partons!

C’est un départ… catastrophe!

Direction aéroport Montréal-Trudeau très tôt en ce matin glacial de novembre. Maman est surexcitée et semble très heureuse d’entreprendre ce voyage mère-filles qui sera sûrement mémorable. Elle avait déjà pris l’avion dans le passé, ayant habité quelques années en Nouvelle-Écosse. Elle venait nous dire bonjour à l’occasion à cette époque. Mais ses souvenirs sont enfouis bien au fond de sa mémoire. Et nous étions loin de nous douter, ma sœur et moi, qu’elle paniquerait à ce point avant le décollage de l’avion. Nous avions eu la bonne idée de l’installer près du hublot pour qu’elle puisse admirer la vue, et surtout le Grand Canyon à l’approche de Las Vegas. Ce n’était peut-être pas une si bonne idée après tout. Elle a fondu en larmes alors que l’avion était toujours sur la piste et après de longues minutes, un agent de bord est venu nous dire que si nous avions besoin d’aide…. (Traduction libre : il faudrait peut-être lui donner un calmant avant qu’elle communique sa peur à d’autres passagers). Bref, un départ mouvementé qui laissait présager des heures interminables à essayer de la consoler. Cinq heures et demi de vol, de contorsions dignes des artistes du Cirque du Soleil (Vive West Jet et ses avions-sardines). Après le décollage, elle s’est finalement endormie et nous pensions qu’elle nous avait quittée pour un autre monde tellement elle semblait paisible tout à coup. Mais non, elle a fini par bouger et nous avons poussé un grand soupir de soulagement ma sœur et moi.

Ma sœur Didi, profitant de ses nombreuses nuits d’insomnie, avait trouvé un forfait imbattable de 5 jours, avion et hôtel inclus. Le Ballys serait notre port d’attache. Deux chambres communicantes avec vue sur le Strip. C’était un Must car nous savions secrètement que ce serait probablement le seul voyage de notre mère à Vegas avec ses filles étant donné son âge. À 87 ans, maman est encore relativement en forme et nous profitons de chaque moment avec elle, mais il faut être réaliste.

Le programme du voyage était chargé. Visites, spectacle, jeu, repas bien arrosés, magasinage dans les galeries marchande du Forum Shops du Caesars Palace où se côtoient les boutiques aux marques griffées les plus belles et les plus extravagantes. Les journées était remplies au maximum.

L’incontournable Céline

Pour vivre l’expérience de Vegas dans toute sa splendeur, le show de Celinnnne faisait partie des incontournables du voyage. Nous sommes donc allées voir son spectacle au Caesars Palace dans la salle conçue spécialement pour elle. Quatre milles personnes nous imitaient ce soir-là. Des fans en transes ou qui hurlaient de joie devant la star planétaire. Maman a même versé quelques larmes nous disant à quel point elle était émerveillée par la voix de notre Céline nationale. Après le spectacle, arrêt dans le casino et comble de bonheur, maman a gagné un Jackpot aux machines à sous. On aurait dit que le destin avait orchestré le tout.

Un tour du monde en cinq jours

Durant ces quelques jours, elle a pu vivre toute la gamme des émotions, s’extasiant devant des dauphins ou des tigres, se faisant prendre en photo avec des perroquets posés sur ses deux bras, admirant les fontaines du Bellagio, s’arrêtant au pied de la Tour Eiffel pour reprendre son souffle avant de s’extasier devant les gondoles de Venise. Et chaque soir, de retour dans nos chambres, nous admirions la vue époustouflante sur le Strip, la nuit sur fond de désert. Une carte postale à donner le vertige.

Et comme toute bonne chose a une fin, nous sommes revenues comblées, avec des souvenirs à évoquer pour des années à venir. Dans l’avion, maman était plus calme qu’à l’aller. Elle suivait le trajet de l’avion sur un petit écran fixé au dos du siège devant elle. On a même réussi à jouer aux cartes toutes les deux. La Bataille. Elle fait tout oublier, même la peur de l’avion.

Y aura-t-il une prochaine fois? Impossible à dire. Mais de toute façon, ce voyage aura été LE voyage mère-filles le plus beau qu’on puisse vivre au moins une fois dans nos vies. Tatoué sur nos cœurs à jamais.

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.

 

Et je reçois le top 5 de leurs articles les plus populaires

Recevez dans vos courriels, les conseils de nos collaborateurs vedettes et experts.

Isabelle Huot, Brigitte Poitras, Jean-François Plante, Danielle Ouimet, Jardinier paresseux...

Non merci.
This is custom HTML. Edit this text from left side panel.