50 nuances de plaisirs coupables!

Sujet tabou me direz-vous? Mais non, pas du tout, au contraire. En ce qui me concerne, les plaisirs coupables sont comme une sorte de « comfort food » pour l’âme. La vieille doudou fatiguée dont on se couvre quand il fait froid et qui nous réchauffe le cœur et les pieds. Des plaisirs coupables j’en ai à la pelle… et j’ai envie de vous en dévoiler quelques un, mais pas nécessairement dans l’ordre de mes préférences.

Chanter à tue-tête dans ma voiture une chanson au titre inavouable. Pas de témoins, seulement moi et ce souvenir musical d’une autre époque qui me fait monter l’eau aux yeux à chaque fois. Vous savez sans doute déjà combien je suis braillarde (allez relire mon billet qui s’intitule Maudite braillarde). Je vous vois sourire d’ici et je m’en fous un peu, car je m’assume totalement.

Dévorer un sac de croustilles en regardant un film. Je sais, c’est un classique me direz-vous! Eh oui, je ne suis pas capable de résister aux chips BBQ. C’est terrible! Allez savoir pourquoi elles semblent toutes reliées par un fil invisible caché au fond du sac. J’ai eu beau le chercher pour le couper, mais je ne l’ai pas encore trouvé.

Boire un bon Bordeaux seule ou en agréable compagnie… additionné d’un morceau de chocolat noir. C’est une expérience quasi orgasmique que je vous recommande hautement. Ces deux éléments se marient merveilleusement bien et procurent chaque fois des sensations que je ne décrirai pas ici…

Prendre un long bain moussant à la chandelle… sans penser à rien sauf peut-être à ajouter de l’eau chaude de temps en temps.

Lire des histoires érotiques… si vous êtes célibataire comme moi depuis assez longtemps, cela vous rappellera de bons vieux souvenirs… et vous donnera peut-être envie de repartir à la recherche de l’âme sœur pour pimenter vos soirées.

Ne rien faire… oui vous avez bien lu! Ne rien faire est un de mes plaisirs coupables préférés. Allez m’asseoir au parc, observer les gens, la vie tout autour et surtout, surtout, ne RIEN faire.

Se rendre dans un café et écouter les conversations des clients assis aux alentours. Avoir envie de leur dire que la vie est belle et que ça ira mieux, car ça finit toujours par aller mieux.

Aller à l’aéroport sans autre raison que de voir de vraies émotions… d’assister à des retrouvailles, des départs déchirants. Être le témoin invisible de ces élans d’amour véritables…

S’acheter un billet de loterie et rêver de plages au sable blanc… jusqu’au jour du tirage…

Laisser un livre sur un banc dans le métro et imaginer la tête de la personne qui le trouvera quand elle lira son titre…

Danser en passant l’aspirateur en se prenant pour Mme Doubtfire…

Laisser un gros pourboire au restaurant rien que pour voir la réaction qu’aura la serveuse…

S’acheter des vêtements beaucoup trop petits et espérer les porter avant la fin de l’année… (je sais, je suis une indécrottable optimiste).

Aller au cinéma voir un film mélodramatique et pleurer sans retenue, mais surtout ne pas oublier de mettre ses lunettes fumées en sortant…

S’acheter tout plein de vêtements hors de prix dans une boutique griffée et les retourner le lendemain… (oui, j’ai honte de l’avouer!).

Cuisiner un gâteau au chocolat, ou plutôt triple chocolat et le manger sans aucune culpabilité…

Se regarder dans une bouilloire et se trouver belle quand même… (avec un peu d’imagination, il faut bien le dire).

Cette liste pourrait s’allonger à l’infini… mais vous savez quoi? Je vais garder le reste pour moi. C’est mon petit jardin secret comme on dit… Les petits plaisirs coupables pimentent la vie. Au fond, la seule chose qui compte vraiment c’est d’aimer la vie, d’aimer SA vie et l’embellir à grands coups de fous rires tous les jours et surtout, surtout, vivre chaque jour comme si c’était le dernier.

4 commentaires
  1. Très bon, Micheline, le livre laisser sur le banc avec un beau titre, me fait penser à un truc qui m’est arrivé, à l’époque où, la loi permettait dorénavant aux automobilistes de mettre une plaque à l’avant de la voiture, autre qu’avec le numéro de la dite plaque ainsi que l’année….c’est alors que j’achète une plaque sur laquelle, il est écrit » Je l’ai trouvée « ….que j’ai perdu quelques jours plus tard…..imagine la tête de la personne qui l’a trouvée.. …je me demande encore aujourd’hui si la personne a trouvé ce qu’elle avait trouvée ce jour-là. ..

    1. Allo René,
      Si tu es bien le René auquel je pense, je te donne mon entière bénédiction sauf pour ce qui est des jujubes…ce n’est pas bon pour ta santé! :0)

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.