fbpx

Des plantes grimpantes pour décorer vos arbres

Le beau temps revient tranquillement, et le retour du jardinage à l’extérieur approche à grands pas! Cette année, j’avais envie de vous proposer un nouveau projet horticole, celui de faire monter vos plantes grimpantes dans un arbre. Intriguées? Voyons voir de plus près!

Très courant en nature

À l’état sauvage, beaucoup de plantes vivent dans un arbre (eh oui, rares sont les pergolas et les treillis dans la nature!). Dans les grands jardins publics, il est courant de voir des arbres décorés d’hydrangées grimpantes, de rosiers grimpants ou de clématites, mais, bizarrement, peu de jardiniers pensent qu’on peut cultiver une plante grimpante ailleurs que sur un treillis. Pourtant, c’est tellement beau!

Quelles plantes grimpantes privilégier?

Envie de vous lancer? Les grimpantes à crampons et à ventouse, telles que la vigne vierge, le lierre de Boston et l’hydrangée grimpante, sont les plus faciles à utiliser. Plantez-les au pied de l’arbre et elles y monteront toutes seules; elles pourront se hisser tout le long d’une surface qui est moindrement rugueuse, comme l’écorce.

Les tiges volubiles de certaines autres grimpantes, comme le bourreau des arbres* (Celastrus) et l’aristoloche siphon (Aristolochia macrophylla), dessinent de très larges spirales et peuvent ainsi encercler un tronc d’arbre même assez large et donc monter très haut.

Des grimpantes aux besoins plus particuliers

Attention, ce n’est pas le cas de toutes les grimpantes volubiles. La clématite, le haricot d’Espagne ou la gloire du matin, par exemple, doivent être fixés sur des supports très minces; il peut s’agir d’une corde, d’un filet, d’une branche mince, etc. Il faudra leur fournir un grillage ou des fils pour leur permettre d’atteindre au moins les branches inférieures de l’arbre d’où ils pourront prendre leur envol.

Photo: forums.gardenweb.com

Pour terminer, il y a les rosiers grimpants qui ne grimpent pas du tout! Il faut fixer leurs tiges au tronc ou sur un treillis appuyé au tronc pour les lancer dans la bonne direction. Après (et avec un peu de temps), les branches se mélangeront librement avec les branches de l’arbre sans votre aide.

Il faut fixer les rosiers grimpants (ici Rosa ‘Blue Magenta’) au tronc. Photo: pflanzmich.de

*Le bourreau des arbres (Celastrus) porte bien son nom, car il peut en effet devenir un « bourreau » pour un jeune arbre; ses tiges très épaisses peuvent les étrangler (!). Les arbres matures sont toutefois à l’abri, car à leur taille, leur tronc ne prend que peu d’expansion.

Alors chères Radieuses, on part une nouvelle tendance ensemble?

Votre jardinier paresseux

Vous avez aimé ce texte et désirez en apprendre davantage sur le jardinage? Visitez Larry Hodgson sur son site Web et suivez-le sur sa page Facebook ou Instagram pour ne rien manquer!

Envie de poursuivre votre lecture? Voici nos suggestions :

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.

 

Et je reçois le top 5 de leurs articles les plus populaires

Recevez dans vos courriels, les conseils de nos collaborateurs vedettes et experts.

Isabelle Huot, Brigitte Poitras, Jean-François Plante, Danielle Ouimet, Jardinier paresseux...

Non merci.
This is custom HTML. Edit this text from left side panel.