Trouver un emploi enrichissant après 50 ans - Les Radieuses

Trouver un emploi enrichissant après 50 ans

Le coût de la vie augmente chaque année et, malheureusement, on doit avouer que ça impacte la situation financière des retraités. Par conséquent, de nombreuses personnes envisagent de retourner sur le marché du travail et de trouver un emploi que ce soit à temps plein, à temps partiel ou occasionnellement. Au Québec, nous sommes plusieurs à concilier travail et retraite, ce qui s’avère bénéfique sur plusieurs points. Comme il y a un besoin criant de main-d’œuvre, les entreprises accueillent les retraités à bras ouverts.

C’est le cas des résidences Chartwell, qui ont embauché Madame Francine Lavallée, 70 ans, qui y travaille depuis plus de 8 ans.

Madame Francine Lavallée

Tout d’abord Mme Lavallée, pourriez-vous nous éclairer sur votre rôle chez Chartwell?

« Je suis adjointe à la location, je suis donc là pour faciliter le déménagement des nouveaux résidents. Je procède à tout ce qui est des suivis administratifs, c’est-à-dire la gestion du bail, la préparation des formulaires pour les arrivées, la préparation des trousseaux de clés, j’active les puces, je m’assure que la ligne téléphonique soit fonctionnelle, etc.

Je m’occupe aussi de préparer l’appartement à l’aide d’un collègue, de voir aux rénovations avant l’arrivée officielle du résident s’il y a lieu. Je prépare même un petit cadeau de bienvenue. J’adore ça. »

Quel était votre emploi avant de rejoindre l’équipe Chartwell?

« J’étais conseillère en publicité pour les magazines pendant 22 ans. Ensuite, j’ai pris quelques années de retraite avant de revenir au travail. »

Pourquoi avoir repris le travail, la retraite n’était pas pour vous?

« En fait, c’est mon mari qui s’est remis à travailler en premier. J’ai donc repris, moi aussi, un emploi à temps partiel. Puis, quand un poste à temps plein s’est libéré, j’ai postulé. Je trouvais le poste intéressant, j’avais envie d’un défi. Que voulez-vous, j’aime être dans l’action! J’ai toujours été active, j’ai toujours eu un projet ou un défi. J’aime la proximité avec les gens, donc avec les résidents, je suis choyée. Quand j’ai eu 70 ans, au mois de juin, les résidents ont vu les ballons qu’il y avait dans mon bureau et certains sont rentrés en me disant “Non, Francine, tu n’as pas 70 ans! Tu ne te parais pas ton âge”. Je leur répondais que c’est grâce à eux parce que venir au travail me demande de prendre soin de moi, d’appliquer un peu de maquillage, de soigner ma tenue vestimentaire…

Travailler me permet de rester dans l’action, de me tenir à jour et surtout de ne pas être dépassée par les événements. J’apprends à travailler avec un ordinateur, j’apprivoise tout ça à mon rythme. Ce qui est bien, aussi, c’est que mon employeur a accepté que je travaille 4 jours par semaine. C’est parfait! »

Qu’est-ce que vous aimez le plus de votre emploi?

« Les résidents! C’est très gratifiant parce que les résidents apprécient ce que je fais pour eux, et ils me le disent. Ils sont loin d’être avares de compliments. C’est toujours avec plaisir que je me rends au travail le matin. Je remercie le ciel d’être encore en forme à 70 ans, n’est-ce pas! De pouvoir prendre ma voiture, la conduire pour venir ici, de pouvoir travailler à l’ordinateur sans avoir trop de problèmes… Je suis vraiment fière de faire partie de cette équipe! »

Avez-vous déjà ressenti de l’âgisme au travail?

« Je travaille avec une jeune équipe quand même et ils ont l’intelligence de ne pas faire d’âgisme. Ça m’apporte beaucoup de travailler avec des jeunes, ça ouvre des horizons. »

Aviez-vous des idées préconçues avant de travailler en résidences?

Elle réfléchit. « Avant d’entreprendre ma nouvelle carrière, non, je n’en avais pas! Par contre, je dois dire que ça m’a confortée de voir à quel point certaines personnes plus âgées que moi sont en forme. Quel plaisir j’ai à échanger quelques minutes avec eux, de voir tout le bagage, toute l’expérience qu’ils ont eue. On oublie trop souvent qu’avant d’être vieux, il y a eu toute une vie : une carrière, une famille, des enfants…. Il y a, ici, une dame qui a 102 ans. Combien de fois lui ai-je dit qu’elle était mon idole? Cette dame-là, quand je la croise, a du vernis sur les ongles, elle a mis ses bijoux, un peu d’ombre à paupières, son petit rouge à lèvres. Elle est coquette comme ça ne se peut pas! »

Il y a beaucoup d’activités aussi pour garder les résidents actifs aussi?

« Oui, bien sûr! Il y a le gymnase, du sport, des sorties… Et c’est le fun de voir le nombre de résidents qui s’inscrivent aux activités! Certains ont besoin d’un agenda pour ne rien manquer. On a un autobus qui amène les résidents quelques fois par semaine. Il y a les sorties essentielles comme l’épicerie, la banque, ces choses-là, mais il y a aussi des sorties récréatives. Les gens en profitent, les gens y vont. C’est beau à voir! »

Est-ce qu’il y a beaucoup de gens comme vous qui sont sortis de leur retraite pour travailler chez Chartwell?

« À cette résidence-ci, il y a une de nos réceptionnistes qui vient d’avoir 65 ans. Elle était aussi à la retraite et elle a décidé de travailler à temps partiel. Elle travaille quelques jours de soir et parfois en semaine, puis, des fois, les week-ends. Elle est vraiment très bonne, très dédiée aussi. Ici, le mot d’ordre, c’est dédié à votre mieux-être. C’est ce qu’on s’efforce de faire. »

Votre bien-être comme employé doit aussi être valorisé si vous y êtes depuis huit ans?

« Absolument! Jamais je n’ai senti qu’on me mettait à l’écart ou qu’on ne m’incluait pas dans une discussion. Je ne sens pas de différence en lien avec mon âge. Tout le monde est respectueux, j’apprécie beaucoup ma carrière actuelle. »

Plus tôt, vous avez mentionné que votre mari de 72 ans est lui aussi retourné sur le marché du travail. Qu’est-ce que vous aimez du fait que vous êtes tous deux actifs professionnellement?

« J’aime que ça apporte de la conversation. On a toujours quelque chose à se dire, à se raconter. Ce n’est pas monotone, il n’y a pas de routine. Chaque jour est différent, ça apporte donc une énergie nouvelle aux couples aussi. Quand on travaille, quand on voit d’autres personnes, ça donne de nouvelles conversations. Il faut dire aussi qu’on est chanceux d’avoir une bonne santé générale. »

Quelles sont les qualités nécessaires pour faire votre travail?

« Ça prend beaucoup d’écoute. Quand les résidents viennent dans mon bureau, c’est qu’ils ont un problème. Je n’ai pas l’autorité de résoudre tous les problèmes, mais, si j’ai écouté, je peux bien référer. Avec les années, je suis devenue un visage de confiance pour les résidents. Je les écoute et je les accompagne, c’est ce que je préfère. »

Joindre les équipes des résidences Chartwell vous fait de l’œil? Consultez leur site Web pour y voir toutes les offres d’emploi.

Pour ne rien manquer, suivez la page Facebook des résidences Chartwell.

– Cet article est en collaboration avec Chartwell.

Vous aimerez aussi :

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.