fbpx

Juin : La nidification des oiseaux, une période privilégiée pour l’ornithologie

Au mois de juin, les oiseaux ont terminé leur migration et c’est le temps de se reproduire dès que possible. C’est le mois où le plus d’oiseaux sont en période de nidification et sont faciles à observer.

Chants abondants

Les oiseaux sont les moins discrets lorsqu’ils arrivent sur le territoire et le défendent. Le mois de juin est donc le meilleur mois pour écouter les oiseaux chanter et les trouver.

Avec le chant, vous pouvez repérer facilement les oiseaux en suivant l’origine du son. En les suivant, vous découvrirez les nombreuses espèces de parulines qui se retrouvent partout en milieu sauvage. Vous trouverez aussi les différentes espèces de grives en forêt ou en bordure de celles-ci. Le Moqueur chat, le Cardinal à poitrine rose, l’Oriole de Baltimore, les troglodytes, les viréos et plein d’autres oiseaux passionnants vous attendent au détour d’un sentier!

Oiseaux abondants

Juin, c’est le mois où les oiseaux sont abondants. Ils ont atteint leur territoire de nidification et occupent tous les habitats.

Pourtant, à n’en regarder que vos mangeoires, vous pourriez croire que le mois de juin est peu intéressant pour les oiseaux. C’est qu’il y a plus d’oiseaux aux mangeoires lors des migrations d’automne et de printemps, c’est normal.

Par contre, les oiseaux insectivores sont partout et ils ne viennent pas manger les graines que vous leur offrez, car ça ne fait simplement pas partie de leur alimentation. Alors, il vaut vraiment la peine de sortir de sa cour et de tendre l’oreille pour les observer.

Dans la forêt, ça chante de partout, surtout tôt le matin. Dans les champs et dans les marais, c’est aussi plein d’activité. Même si vous vous promenez en ville, vous avez la chance de faire de belles observations pendant ce mois, mais il faut être attentif.

Même en pleine ville

Deux espèces menacées peuvent être observées lors de vos promenades en pleine ville de Montréal, par exemple. Les cris des Martinets ramoneurs passant au-dessus de votre tête sont toujours une joie à entendre. Ils vous font tourner la tête vers le ciel, ce qui vous permet de repérer ces petits oiseaux qui nichent dans les cheminées.

En soirée, vous pouvez aussi entendre le vrombissement des ailes de l’Engoulevent d’Amérique, une autre espèce menacée. Encore là, levez les yeux et vous risquez fort de voir ces grands oiseaux faisant leur nid sur les toitures de gravier passer en vol. Il suffit de porter attention à ce que vous entendez au travers du brouhaha de la ville. Ça vaut la peine!

Équipement de protection en forêt

Ici, je ne parle pas des ours, mais des petits ennemis qui peuvent vous rendre fous. Le mois de juin est le mois de prédilection des moustiques et des mouches noires! Ça peut donc être périlleux de s’aventurer en forêt sans anti-moustiques ou sans filet.

Un DEET que vous appliquez sur vos vêtements s’avère très utile. Mais faites attention à ne pas en mettre sur vos jumelles, car ce produit est assez fort pour endommager le revêtement de celles-ci et c’est encore pire si vous en mettez sur les lentilles, car vous endommagerez l’optique de façon permanente! Donc attention lors de l’application!

Le filet de protection peut couvrir seulement la tête, mais je suggère toujours d’utiliser un filet qui couvre aussi tout le torse et qui a les manches longues, ce qui limite davantage l’entrée des insectes et protège aussi le corps. Mettez un chapeau à petit rebord sous le filet pour éviter qu’il vous colle au visage. Là, vous êtes à l’abri, ou presque, car les moustiques peuvent piquer au travers d’un filet qui est collé à la peau. Donc, si vous combinez filet et produit DEET, vous aurez davantage la paix.

Le bruit des moustiques peut aussi interférer avec le chant des oiseaux, mais on entend encore très bien les oiseaux qui sont près.

Oisillons

C’est aussi en juin qu’on commence à voir des oisillons. Je n’ai qu’une chose à dire ici : svp, laissez les oisillons en paix.

Plusieurs personnes s’imaginent qu’ils sont abandonnés et les récupèrent pour les amener à un centre de réhabilitation. Mais en fait, il est normal de trouver des oisillons sur votre pelouse. S’ils ont des plumes, c’est qu’il est dans l’ordre des choses qu’ils soient sortis du nid. Les parents ne sont pas loin, même si vous ne les voyez pas, et n’attendent que votre départ pour venir s’en occuper. Ils doivent nourrir les oisillons jusqu’à ce qu’ils deviennent autonomes. Donc, gardez vos distances et profitez de ces beaux moments de famille d’oiseaux que vous avez le privilège de contempler.

Il y aura encore plus d’oisillons en juillet et les oiseaux chanteront moins à partir de ce mois, car ils seront occupés avec les petits. Les oiseaux ne se remettront à chanter autant qu’au mois de juin suivant. Donc profitez-en bien pendant ce mois.

Un mois de réjouissance!

En conclusion, pour quiconque affronte les insectes et sort profiter du soleil radieux, observer les oiseaux pendant le mois de juin s’avère être une des plus grandes réjouissances de l’année!

 

Liens intéressants :

Observer les parulines : https://gooiseaux.ca/mission-juin-2018/

Reconnaître des chants d’oiseaux : https://gooiseaux.ca/mission-juin-2017/

Oriole de Baltimore : https://gooiseaux.ca/oriole-de-baltimore/

Oisillon : https://gooiseaux.ca/oiseau-blesse/

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.

 

Et je reçois le top 5 de leurs articles les plus populaires

Recevez dans vos courriels, les conseils de nos collaborateurs vedettes et experts.

Isabelle Huot, Brigitte Poitras, Jean-François Plante, Danielle Ouimet, Jardinier paresseux...

Non merci.
This is custom HTML. Edit this text from left side panel.