fbpx

La beauté a-t-elle une date d’expiration? Réflexion spirituelle sur la beauté

La beauté est un concept bien subjectif. Ce que l’un trouve magnifique, désirable ou tout simplement beau peut s’avérer bien opposé dans l’œil d’un autre. Nos goûts et nos perceptions de la beauté changent de façon bien non linéaire au gré de nos envies, de nos préférences, de nos valeurs et de bien d’autres facteurs autant intrinsèques qu’extrinsèques. En théorie, la beauté est bien personnelle et ne devrait en aucun cas être discutée. En théorie. Mais, la vie en société est ainsi faite que nous en sommes venus, en tant qu’espèce, à adopter des façons de penser et donc, des perceptions similaires à l’échelle régionale et même internationale.

Nous, animaux humains dotés de conscience et capacités cognitives incroyables, évoluons et changeons sans cesse, et nos idéaux de beauté évoluent et changent en parallèle. Ce qui était perçu comme le summum du beau en 1930 est certainement à mille lieues de ce qui est perçu comme tel aujourd’hui.

Beauté et âge

Les courants artistiques, la publicité, les vedettes, les influenceurs et les médias en général en sont venus à dicter ce qui est beau et désirable. Un concept très subjectif en théorie est devenu presque objectif tant les idéaux de beauté sont mis sur un piédestal aux vues de tout un chacun (merci internet!). Même les couleurs sont catégorisées et une ou deux d’entre elles sont établies chaque année comme étant « la couleur de l’année »! Bref, avec cet étalage hyper médiatisé, catégorisé et débattu de ce qui (ou qui!) est beau ou ne l’est pas, ce n’est pas étonnant qu’on en devienne inquiet par rapport à notre propre beauté.

Les apparences sont souvent élevées au niveau de priorité et c’est particulièrement vrai et répandu chez la femme. Nous apprenons rapidement que nous « devons » porter tel type de vêtement, arborer telle coiffure, vivre avec un certain corps, posséder cette voiture, décorer de telle façon, si nous voulons bien paraître ou faire partie d’une catégorie sélecte d’humains. À un certain point, nous en sommes même venus à déplorer la vieillesse et célébrer la jeunesse. Comme si l’un était moins désirable et valable que l’autre, alors qu’au final, personne n’échappe à la vieillesse. C’est bien là le seul égaliseur au monde : nous voguons tout un chacun de nos propres côtés, mais dans une ligne du temps bien droite au fil de laquelle les âges se succèdent et nous mèneront inévitablement à devenir « vieux ».

Heureusement, les mentalités désuètes quant aux idéaux de beauté changent tranquillement.

Sauf que je crois que le changement, aussi vaste a-t-il besoin d’être, doit débuter par nos mentalités et perceptions individuelles.

Qui a le droit de décider pour le reste d’entre nous ce qui doit être étiqueté comme beau et ce qui ne devrait pas l’être? Qui met ces mots catégoriques dans nos bouches : « laid », « beau »? Je pense que personne, sauf nous-mêmes, ne devrait décider de nos propres perceptions de la beauté parce qu’au final, la beauté peut se retrouver partout et dans tout! Dans nos ridules souriantes, nos cheveux argentés pleins de sagesse, dans nos ventres ayant porté la vie et ceux bien rebondis et confortables. Dans nos peaux marquées, témoins uniques de notre passage dans cette vie-ci, dans nos poils bien présents ou complètement absents, dans nos formes, angles, couleurs, contours et silhouettes. Dans la façon dont nos yeux s’illuminent à la vue d’un être cher ou dans la manière spéciale que nous avons de rire.

Si nous laissons s’ouvrir bien grand nos yeux et nos coeurs, la beauté se trouve dans tout et partout, car c’est à travers nos yeux à nous que nous pouvons la voir, la remarquer et l’admirer. Pas dans les yeux des initiateurs de tendance ou des médias populaires. C’est nous qui décidons de ce que la beauté veut dire pour nous.

Beauté et âge

Alors, chères Radieuses qui avez peut-être, comme moi, de temps en temps, des insécurités ou des soubresauts de confiance en vous liés aux apparences et aux perceptions collectives de la beauté, je vous invite à vous regarder dans un miroir et à vous observer sous chacun de vos magnifiques angles. Pouvez-vous trouver du beau dans cette image bien candide de vous-même? Pouvez-vous observer ces qualités magnifiques et uniques qui font de vous un être spécial et radieux? Elles sont là, c’est indéniable, et elles font partie de vous; c’est votre vous dans sa plus authentique et lumineuse forme!

La beauté, ça n’a pas à être brillant comme un sou neuf ou lisse comme la peau d’une pêche d’été. La beauté n’a pas à être forte et bronzée ni musclée et élancée. Le beau est partout, dans les plus petites comme les plus grandes choses. Et, soyons réalistes, le beau n’existe que parce que nous avons décidé que la laideur existe. Mais, même dans ce qui est « laid », il y a du beau. Apprenons à admirer ce beau, même dans ce qu’au départ, nous percevons comme « laid ».

Cessons de laisser la beauté nous être définie par des facteurs externes et bien impersonnels et réalisons toute la beauté qui nous habite ici maintenant, peu importe nos formes, nos contextes, nos couleurs, nos sexes, nos âges.

La beauté n’a pas de date d’expiration parce que la beauté est toujours présente, partout, pour tous! Il ne tient qu’à nous de la voir et la chérir.

Que trouvez-vous beau chez vous, magnifiques Radieuses?

Andy

Vous aimerez aussi :

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.

 

Et je reçois le top 5 de leurs articles les plus populaires

Recevez dans vos courriels, les conseils de nos collaborateurs vedettes et experts.

Isabelle Huot, Brigitte Poitras, Jean-François Plante, Danielle Ouimet, Jardinier paresseux...

Non merci.
This is custom HTML. Edit this text from left side panel.