fbpx

Mon soupçon de magie en début d’année

Chaque début d’année, il y a quelque chose dans l’air d’effervescent. Il y a ce quelque chose qui ouvre la porte des possibilités, des opportunités. Toutefois, ce rituel peut être réalisé un peu n’importe quand pendant l’année. C’est avec une énergie nouvelle, l’éventualité de rendez-vous et d’opportunités que j’aborde l’année nouvelle qui naît. Il y a ce quelque chose de magique! C’est comme si l’on pouvait se permettre de rêver, de planifier des actions, de se projeter dans le futur, d’imaginer. Il y a ce quelque chose de tous les possibles. C’est le moment idéal pour définir la personne que je veux être en 2021, de quelle énergie je souhaite vibrer, de quelle essence je veux me nourrir.

C’est bien humblement que je vous partage ma routine de début d’année.

Ma lettre au père Noël

Dernièrement, je suis tombée par hasard sur quelques lettres que j’ai écrites au père Noël il y a de cela quelques années. Sans honte, je vous dis que ce n’était pas à l’époque où j’étais enfant. Cette routine a débuté pour moi dans la trentaine. Ma surprise étant de découvrir d’année en année les souhaits et les demandes se réaliser de manière tangible.

Cette pratique s’est invitée chez moi il y a trente ans lors d’un séminaire de recherche d’emploi. Le directeur de l’endroit nous racontait qu’avec son personnel, chaque année lors de la période des fêtes, il avait mis en place comme activité d’inviter chaque personne à écrire un souhait qui fait office d’une lettre adressée au père Noël. En fait, comme le veut la tradition, il s’agissait d’écrire ce qu’ils souhaitent recevoir pendant la prochaine année. Prenant soin de conserver ces précieux souhaits, le directeur plaçait soigneusement les désirs de ses employés dans des enveloppes cachetées identifiées au nom de chacun qu’il déposait dans un endroit sécuritaire… dans son bureau. L’année suivante, lors de cette même activité pour souligner Noël, il remettait les lettres à chacun de ses employés. Ce qui avait été demandé dans ces lettres s’avérait accompli. Wow! Je trouvais cette pratique complètement farfelue, mais c’est ainsi que j’ai commencé mon rituel de fin d’année soit d’écrire au père Noël! En passant, j’ai toujours aimé ce qui est farfelu, ce qui sort de l’ordinaire et les idées novatrices même un peu folles.

Évidemment qu’avec les années, mon rituel de début d’année s’est un peu raffiné. Tout change, tout se modifie et je considère qu’il est toujours si excitant d’ajouter un peu d’imagination et de magie dans nos stratégies. Maintenant, j’utilise quelque chose qui ressemble à « Ma Future Moi ».

Je m’amuse à me créer un futur. Pour moi, ces rituels de début d’année s’avèrent être un jeu. Parfois, je risque des demandes qui peuvent faire peur, des endroits que je n’ai jamais fréquentés, des expériences qui ne sont pas encore acquises. C’est thrillant tout ça! Ça ajoute à la vie une touche de woumf et de pétillant!

À toi ma future moi…

Au fil des ans, j’ai donc troqué ma légendaire lettre au père Noël pour un autre type de rendez-vous avec moi-même, soit une lettre à « la future moi ». Je souhaite créer cet espace pour faire respirer mes attentes. Je me suis rendu compte qu’il n’y avait pas suffisamment de distance entre ces « vœux » faire cela, ou « vœux » faire ceci. Cette lettre, que j’adresse à la deuxième personne, est beaucoup plus qu’une course folle vers une panoplie de projets tous plus intéressants les uns que les autres. Elle se veut surtout une façon de connecter avec qui je veux être, de quelle manière je veux m’investir, ce que je veux concevoir et la manière dont je pourrais contribuer davantage. C’est une réflexion sur ce qui m’interpelle, sur qui m’appelle et sur ce qui me drive. Tout simplement être ouverte et réceptive à ce qui se présentera à moi.

J’écris cette lettre que je conserve chez moi. Cependant, il est possible de s’écrire une lettre à notre intention pour « notre future moi » qui vous sera livrée dans votre boîte courriel d’ici un an via la plate-forme https://www.futureme.org. On peut utiliser cette plate-forme pour tout autre projet.

Pour dire bye bye à 2020

Voici quelques questions de réflexion sur lesquelles je me penche pour terminer une introspection sur l’année qui vient de s’écouler. Ce bilan n’est pas exhaustif. Il permet cependant de mettre la table pour une nouvelle aventure qui s’appelle 2021.

  • Quels éléments de 2020 insufflent de la fierté chez moi? Est-ce que j’ai donné suffisamment?
  • Si j’avais pu mettre davantage d’énergie, de temps et d’engagement, quels auraient été ces projets où j’aurais voulu faire davantage?
  • Si je regarde dans le rétroviseur, qu’est-ce que j’aurais pu faire autrement, penser autrement, faire différemment?
  • Y-a-t-il des peurs ou des doutes dont je voudrais me départir en 2021? Si oui, quels sont-ils?

Se choisir un mot thème : un sceau pour l’année

Chaque année, je détermine un thème qui sera le sceau pour l’année qui vient.

C’est une façon d’orienter mes choix, mon attitude, mes lectures, mes objectifs et mes actions. Sans avoir à me le rappeler tous les jours, c’est comme s’il m’accompagne en sourdine durant l’année qui prend son envol. Mes dernières années ont été ennoblies de thèmes comme l’amour, le sens de ma vie, l’authenticité ou vivre dans l’être et 2020 fut sous le signe de la transformation. Qui dit transformation dit grands bouleversements. Disons que j’ai été bien servie à cet égard. En fait, nous avons tous été bien servis collectivement aussi!

Cette année, mon choix s’est arrêté sur le déploiement. Déploiement de mes forces, de mes talents, de mes acquis, de ma personnalité et de mes capacités. C’est une invitation à sortir de l’ombre, à m’afficher comme je suis, à m’accepter et à faire fi des jugements des autres. Se déployer ouvre des perspectives que parfois nous n’aurions pu imaginer. Et j’ajouterais me déployer dans l’excitation, dans la motivation de projets qui ont un sens et qui m’amèneront ailleurs dans une action volontaire.

Et vous, quel sera votre thème de l’année 2021?

Mon mood board

Pour chaque année, je produis un mood board pour m’inspirer. C’est aussi ce qu’on appelle pour les habituées le Vision Board ou le Tableau de visualisation en français. Ce rituel s’inscrit dans une pratique créative où je prends le temps de m’arrêter et de chercher des images et des mots qui allument en moi une étincelle et qui donnent espoir pour la prochaine année. Des images qui font sens et m’imprègnent d’un bouillon intérieur festif. Le but est de les agencer ensuite sur un carton que l’on garde bien en vue.

Pour ma part, je me procure une grande toile d’artiste sur laquelle j’y colle mes images marquantes, mes photos punch qui m’inspirent et qui décrivent magnifiquement l’énergie dans laquelle je souhaite baigner tout au long de l’année. Je complète mon mood board avec de la peinture acrylique pour lier les images entre elles. Le résultat est souvent intéressant et ressemble à une œuvre d’art qui se dissimule dans mon décor. Un mélange d’art et de sens ça fait de la magie!

Conclusion

Il est toujours possible de changer une contrainte en opportunité. Le confinement nous offre, pour une rare fois dans notre vie, de faire échec aux distractions en tout genre et de bénéficier de temps pour soi, du temps pour se rencontrer. Cette possibilité de prendre rendez-vous avec soi, de réfléchir sur sa vie et de se projeter dans l’avenir est un essentiel.

Profitons ainsi de cet espace-temps pour renouer avec ces parties de soi parfois délaissées depuis belle lurette.

Accordons-nous ce temps en mode cocooning pour faire ce rituel de début d’année. Et vous m’en donnerez des nouvelles l’an prochain! Sans m’avancer outre mesure, il est certain que vous recevrez des cadeaux que vous n’auriez peut-être même pas imaginés. Qui sait?

Bon début d’année 2021!

Pour d’autres tranches de vie, voyez ici :

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.

 

Et je reçois le top 5 de leurs articles les plus populaires

Recevez dans vos courriels, les conseils de nos collaborateurs vedettes et experts.

Isabelle Huot, Brigitte Poitras, Jean-François Plante, Danielle Ouimet, Jardinier paresseux...

Non merci.