fbpx

Neige, glace, verglas : 3 astuces pour vaincre ses peurs au volant

Chères Radieuses, nous vous souhaitons une très bonne année 2021! Pour commencer l’année en beauté, nous vous proposons une sympathique revue de la conduite préventive afin que vous preniez la route en toute sécurité cet hiver.

L’adaptation à la conduite hivernale doit être faite chaque année. En effet, certains réflexes bien hivernaux s’estompent au fil des saisons, et trop souvent, les grands froids, le vent, les précipitations de neige et la glace peuvent nous prendre au dépourvu.

La préparation : règle numéro 1 de la conduite préventive

Il ne faut jamais oublier que la conduite préventive commence avant même qu’on ait quitté la maison. Ainsi, on déneige et on déglace soigneusement; c’est mieux de partir 10 minutes plus tard que d’augmenter les risques.

En plus, prendre la route avec un véhicule enneigé, ça peut coûter cher… Un pare-brise glacé qui n’offre pas une assez bonne visibilité peut facilement se transformer en une amende de 100 à 200 $, en plus de frais et de 2 points d’inaptitude.

Alors, les départs précipités, avec la climatisation à fond pour éliminer la buée au fur et à mesure… on les oublie! Au contraire, on prend l’habitude dès maintenant de partir un peu plus tôt que l’heure prévue, et on prépare son véhicule.

Gardons nos distances

C’est malheureusement une règle qui est facile à oublier : il faut toujours garder une bonne distance des autres véhicules sur la route. En restant à quelques mètres, on a le temps de réagir et de freiner, tout simplement.

Durant l’hiver, ce principe de la conduite préventive est d’autant plus important. On estime qu’en saison hivernale, la distance entre les véhicules devrait être 10 fois plus grande qu’aux autres moments de l’année.

Rester à une bonne distance implique aussi que nous pouvons avoir une meilleure vue globale. C’est aussi l’une des clés de la conduite préventive : lorsqu’on garde toujours une perspective d’ensemble de la route, on peut mieux appréhender et, finalement, freiner à temps sans déraper.

Même chose pour la vitesse. Ce n’est pas toujours facile, car lorsqu’on conduit depuis plusieurs années, on prend nos habitudes, et c’est tout à fait normal. Il faut donc faire un effort supplémentaire et constant, et vérifier notre vitesse fréquemment. Un simple coup d’œil peut faire toute la différence!

Le cours en conduite préventive

Dans nos cours de conduite automobile, le volet sur la conduite préventive est en option, et plusieurs élèves décident de le suivre une fois leur permis obtenu. En résumé, ce perfectionnement concerne la maîtrise des manœuvres d’urgence. Celles-ci comprennent entre autres la négociation de courbe sur chaussée glissante, le freinage ainsi que la reprise de contrôle à la suite d’un dérapage. Bref, les techniques qui y sont abordées correspondent parfaitement à la conduite durant l’hiver.

Un cours en conduite préventive permet aussi d’avoir une meilleure confiance en ses moyens. C’est pourquoi ce volet fait partie intégrante de notre cours destiné aux personnes de 50 ans et plus.

Dans le cadre de ce cours, les éléments théoriques essentiels à une conduite sécuritaire sont abordés, pour être ensuite appliqués sur la route, lors de blocs de pratique d’une heure. Lorsqu’il est fait durant l’hiver, ce cours permet donc de mieux se réapproprier les manœuvres, de manière concrète.

Pour en apprendre plus, visitez le site Web de l’École de conduite 2000.

Quand devez-vous réévaluer votre conduite automobile? Voyez ICI. Vous devez aborder la conduite automobile avec un proche? Découvrez nos conseils par ICI.

*Ce texte est présenté par l’École de conduite 2000.
Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.

 

Et je reçois le top 5 de leurs articles les plus populaires

Recevez dans vos courriels, les conseils de nos collaborateurs vedettes et experts.

Isabelle Huot, Brigitte Poitras, Jean-François Plante, Danielle Ouimet, Jardinier paresseux...

Non merci.
This is custom HTML. Edit this text from left side panel.