fbpx

Résidences pour retraités : Quels sont les mythes que vous entretenez?

Vous pensez connaître la vie en résidence? Détrompez-vous! En collaboration avec les résidences Chartwell, nous avons tenté de démystifier plusieurs idées préconçues lorsque nous pensons à la vie en résidence pour retraités. Mais sommes-nous les seules à entretenir ces mythes?

« Oh non! Nos conseillers en location se font poser beaucoup de questions, parfois étonnantes à nos yeux, lors des visites initiales de nos futurs résidents », nous dit d’emblée Nathalie Boulais, conseillère en location corporative chez Chartwell.

Et est-ce que les réponses surprennent? « Oui, bien sûr! Mais elles surprennent positivement. Comme quoi nos premières impressions sont souvent trompeuses », nous dit-elle, sourire en coin.

Les mythes les plus tenaces

Mythe : « Je suis bien trop autonome! On finit notre vie en résidence… Moi, je suis encore capable de faire mes choses au quotidien donc je déménagerai lorsque ce ne sera plus possible. »

Réalité : « Au contraire, on y vient pour mordre dans la vie avec toutes les activités offertes et les aires communes disponibles, répond Mme Boulais. De nos jours, les résidences pour retraités ont beaucoup plus à offrir que celles du temps de nos grands-parents. Les aînés ne choisissent plus de vivre en résidence uniquement parce qu’ils ont besoin de soutien pour faire face à des problèmes de santé et de mobilité, mais plutôt parce qu’ils aspirent à un mode de vie sans tracas, qui leur donne la liberté de vivre chaque jour comme ils le souhaitent. »

 

Mythe : « Je suis bien trop jeune! »

Réalité : « Idéalement, vous voulez profiter de la vie en résidence alors que vous êtes encore autonome et plein d’énergie! Ce n’est pas tant une question d’âge, mais plutôt un choix de vie et de ce qu’on souhaite faire de sa retraite. »

Mythe : « Je ne connais personne ici; ce sont mes enfants qui voulaient que je me rapproche. Je vais rester seul(e) dans mon logement à regarder le temps passer. »

Réalité : Selon Nathalie Boulais, une grande proportion des résidents Chartwell retrouvent un cercle d’amis et de soutien dans leur nouvelle résidence, soit après avoir perdu un conjoint(e) ou parce qu’ils ne sont pas du secteur. Ils ne sont pas seuls dans cette situation : « Les gens qui habitent déjà la résidence sont réceptifs à discuter, échanger et faire des activités avec de nouvelles personnes pour briser la solitude. Comme chaque résident a déjà vécu ce que c’est d’être le nouveau ou la nouvelle de la résidence, ils sont très ouverts à rencontrer les nouveaux et aussi à les accueillir. Sans compter qu’il y a de nouveaux résidents chaque mois!

De plus, il est important de savoir que nos équipes de gestion et nos responsables des programmes d’activités et de loisirs s’assureront de faire de votre arrivée un moment mémorable en facilitant votre connaissance des lieux ainsi que la rencontre de nouvelles personnes.

Toutefois, si vous êtes de nature plus solitaire, vous pouvez rester dans votre appartement et profiter du soutien requis selon vos besoins. Votre logement est votre espace privé! », rappelle-t-elle, en souriant.

Mythe : « Les places dans les salles à manger sont identifiées et on ne peut manger avec nos amis. »

Réalité : « Nos salles à manger sont de style restaurant, ce qui veut dire que vous pouvez y manger à l’heure que vous voulez, avec qui vous voulez. Vous avez le choix entre le menu du jour ou encore un menu à la carte. Cette flexibilité est ce qui fait la différence en ce qui a trait à notre expérience culinaire. »

 

Mythe : « Avec le nombre de résidents, je ne pourrai sûrement pas aller au gymnase ou à la piscine quand bon me semble. Ça doit être toujours plein. »

Réalité : « Il y a tellement d’aires communes et d’intérêts variés que ce n’est pas tous les résident(e)s qui sont au même endroit en même temps. Certains sont lève-tôt, alors que d’autres sont plus actifs l’après-midi ou encore en soirée. Pour ce qui est des activités plus populaires, nous planifions plusieurs plages horaires pour permettre au plus grand nombre de résidents d’y participer. Chez Chartwell, nos responsables des programmes d’animation et de loisirs sont les meilleurs pour bien saisir les envies de nos résidents et font tout en leur pouvoir pour avoir une programmation diversifiée », souligne Mme Boulais.

 

Mythe : « Ma maison est payée, alors je me demande pourquoi je devrais payer un loyer? C’est un peu comme jeter de l’argent par les fenêtres… »

Réalité : Selon plusieurs experts, même si vous n’avez plus d’hypothèque à payer, la possession d’une maison ou la location d’un appartement comporte des frais : impôts fonciers, factures de services publics, assurances, frais de copropriété… la liste est longue.

Pour en savoir plus sur le sujet vous pouvez lire ce billet de blogue fort intéressant, en cliquant ICI.

Mythe : « Je vais attendre la fin de la pandémie pour emménager dans une résidence, ce sera plus sûr ».

Réalité : « La vie en résidence offre une solution aux défis liés à la santé que pose la pandémie, mentionne Nathalie Boulais. Alors que la croyance populaire que les résidences pour aînés ne sont pas sécuritaires en ces temps particuliers, il en est tout autre », s’exclame-t-elle.

« Nos résidents ont pu contrer l’isolement pendant la pandémie, poursuit-elle, ce que plusieurs personnes vivant dans leur maison n’ont pas eu la chance d’avoir. Ils ont aussi reçu énormément de soutien au quotidien, ce qui n’a pas été la chance de tout le monde! »

Cet article a piqué votre curiosité? Visitez leur site pour tous les détails : https://chartwell.com/fr/ ou aimez leur page Facebook pour ne rien manquer : https://www.facebook.com/residenceschartwell

Vous avez des questions? info@chartwell.com

*Ce texte est une présentation de Chartwell Résidences pour retraités.

Vous aimerez aussi :

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.

 

Et je reçois le top 5 de leurs articles les plus populaires

Recevez dans vos courriels, les conseils de nos collaborateurs vedettes et experts.

Isabelle Huot, Brigitte Poitras, Jean-François Plante, Danielle Ouimet, Jardinier paresseux...

Non merci.
This is custom HTML. Edit this text from left side panel.