fbpx

Vivre de sa passion pour l’horticulture? Oui, c’est possible!

Radieuses qui êtes passionnées d’horticulture, de jardinage, de fleurs et d’aménagement paysager, saviez-vous qu’on est à votre recherche? Eh oui! Plusieurs pépinières et jardineries souhaitent ardemment engager des quinquagénaires passionnés pour la période achalandée qui se déroule de mi-avril à la fin de juillet.

Comme le secteur cherche à diversifier sa main-d’œuvre, et que la pénurie de travailleurs frappe fort dans ce domaine, HortiCompétences en collaboration avec Jardinerie Québec, l’association des centres jardin québécois, ont mis sur pied un projet fantastique nommé « Vivre de sa passion pour l’horticulture! »

Existant depuis 17 ans, ce projet permet à une vingtaine de personnes présélectionnées, âgées de 50 ans et plus, de recevoir une formation gratuite dans le but d’intégrer une équipe à titre de conseiller-vendeur en jardinerie dès le mois d’avril.

 

Afin de nous parler de cette belle initiative, nous avons eu la chance de nous entretenir avec Maud Lefebvre, chargée de projet.

Maud, pourquoi est-ce que ce projet est dédié aux gens de 50+?

« Tout simplement, car ce sont des gens passionnés, qui bien souvent ont le désir de transmettre leurs connaissances! En plus, ils ont une expérience de travail et quelques heures disponibles. Qu’elles soient retraitées ou semi retraitées, les personnes possédant des connaissances horticoles, une expérience de vie, de travail nous sont très précieuses.

Du côté des employeurs, pour leur part, ils accueillent ce projet avec enthousiasme. Ils reconnaissent tout le potentiel des travailleurs de cette génération, tant pour leur assiduité, leur sens des responsabilités que pour la confiance qu’ils inspirent à la clientèle et même à l’équipe de travail. »

Est-ce nécessaire d’avoir de l’expérience en jardinerie pour s’inscrire?

« Pas du tout! Les candidats doivent surtout avoir une passion pour l’horticulture! Ils doivent avoir 50 ans et plus, résider au Québec, détenir des connaissances de base en horticulture, avoir des aptitudes pour le service à la clientèle.

Les gens intéressés doivent s’inscrire en ligne, donner leurs disponibilités, etc. Puis, un membre de l’équipe entrera en contact avec eux. Lors du premier entretien, nous validerons les acquis de la personne : connaît-elle des noms de vivaces? D’annuelles? D’arbustes? Est-elle à l’aise avec l’entretien? Quelles plantes vont à l’ombre, au soleil… Vu l’engouement de ces dernières années pour l’agriculture urbaine, si les candidats ont déjà eu un jardin, c’est décidément un plus, mais rien n’est obligatoire! Ce n’est pas un processus qui est stressant », dit-elle, en riant.

« Avec ce premier contact, nous voulons connaître les candidats, mais, aussi, les renseigner sur l’emploi qui les attend. La jardinerie, c’est un très beau domaine, très ressourçant, mais quand même physique! Les gens doivent avoir envie de travailler au soleil et dans les serres. On souhaite que les candidats soient conscients de cet aspect aussi. »

Est-ce que vos candidats reçoivent une formation?

« Bien sûr! Avant leur entrée en poste, nous offrons une formation de 2 ½ jours qui se donne à distance. Le tout est fort intéressant, très imagé. À la fin de la formation, les commentaires sont très positifs, nos candidats sont des passionnés! Ils viennent s’abreuver d’informations et parfaire leurs connaissances. À la fin de la formation, nos candidats reçoivent un ouvrage à titre de référence. Ils peuvent donc se replonger dans les divers sujets enseignés quand ils le souhaitent.

Il ne faut pas oublier que nos candidats se greffent à une équipe chevronnée, déjà en place. Ils viennent soutenir les employés réguliers. Sur le lieu de travail, il y a beaucoup de connaissances qui circulent. Il y a un bel encadrement qui est offert, personne n’est laissé à elle-même. On met tout en œuvre pour sécuriser les candidats et leur assurer une belle expérience de travail ».

Ensuite, vient le jumelage avec une entreprise. Comment fonctionnez-vous?

« Comme nous avons des partenaires partout au Québec, nous jumelons nos candidats selon leur localisation, mais, aussi, selon les critères d’embauche des entreprises. Cherchent-elles une personne à temps partiel? Ont-elles besoin de quelqu’un avec de l’expérience au niveau du service à la clientèle, un expert du domaine horticole? L’entreprise rencontre le candidat et s’il y a un match, l’aventure commence! On rassemble des gens qui ont une passion commune, des gens de cœur. C’est très enthousiasmant comme projet! »

« La formation m’a permis de découvrir plus en profondeur le monde des plantes et de tout ce qui s’en rapproche. J’ai eu la chance de travailler dans un magnifique centre jardin de ma région.

Je fus encadrée par un personnel compétent et disponible pour répondre à toutes mes questions.

C’est une expérience superbe et j’y retournerai assurément l’an prochain! »

Suzanne Marcotte, participante au projet

Cet article vous a donné envie de vous lancer pour la saison 2022?

Pour vous inscrire, c’est juste ICI* : https://horticompetences.ca/travailleurs-et-chercheurs-demploi/integration-a-lemploi/vivre-de-sa-passion-pour-lhorticulture/

Pour plus d’informations : https://horticompetences.ca/employeurs/recrutement/vivre-de-sa-passion-pour-lhorticulture/

*Les jumelages avec ce programme sont terminés pour cette saison, mais si ça vous intéresse, n’hésitez pas à faire des démarches personnelles avec un centre jardin de votre région!

*Ce texte est présenté par HortiCompétences.

Vous aimerez aussi : 

Encore aucun commentaire

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.

 

Et je reçois le top 5 de leurs articles les plus populaires

Recevez dans vos courriels, les conseils de nos collaborateurs vedettes et experts.

Isabelle Huot, Brigitte Poitras, Jean-François Plante, Danielle Ouimet, Jardinier paresseux...

Non merci.