Tranche de vie : Comme si…

Je ne savais pas que l’on pouvait parler d’anxiété de façon si poétique, énigmatique, subtile, intellectuelle et touchante.

Un regroupement de femmes intelligentes, instruites, professionnelles, amoureuses et, par-dessus tout, anxieuses a signé un collectif relatant le vécu de ces femmes anxieuses : Stresse pas minou. Elles y racontent chacune à leur façon, leur enfance, leur adolescence, leur vie d’adulte avec cette damnée maladie qu’est l’anxiété.

Chacune a trouvé sa façon de vivre avec et malgré… Et, ma foi, elles réussissent toutes très bien dans la vie malgré cette fichue condition qui exige énergie, patience, compréhension et surtout espoir.

Vivre chaque jour habitée par une douleur invisible est presque indescriptible et, du coup, évidemment incompréhensible dans une société où l’on carbure à l’apparence et à la performance.

Moi, malgré mes 63 ans, je continue de faire avec; j’essaie d’accepter que les gens ne comprennent pas; j’essaie d’accueillir les journées plus difficiles avec un brin d’optimisme me disant que la journée suivante sera sans doute meilleure.

J’aimerais qu’il existe une définition simple de l’anxiété…

Style: personne souffrant d’une maladie mentale (pas de folie) caractérisée par un mal-être généralisé dont les symptômes diffèrent d’une personne à l’autre, qui a une hypersensibilité, une empathie et une intuition remarquables.

Cette maladie n’altère d’aucune manière l’intelligence et elle n’est pas contagieuse. Les personnes qui en souffrent ne sont pas faibles, elles sont au contraire très fortes puisqu’elles combattent au quotidien une condition qui se soigne et qui leur permet de très bien fonctionner dans la société.

Elle requiert, cependant, patience, compréhension et amour de ses proches et en retour vous avez le privilège de vivre avec une personne qui est toujours là pour vous.

C’est une personne plutôt agréable puisqu’elle a l’habitude de ne pas partager son mal intérieur. Parce qu’il y a aussi chez les anxieux un côté lumineux, parce que la maladie ne l’empêche pas d’aimer la vie; elle l’empêche plutôt d’en profiter de temps à autre. On peut même parfois être drôle, je vous dis.

Je songe parfois à écrire un petit guide pour décrire ce qui habite une personne anxieuse, ses sensations, ses inquiétudes, ses incompréhensions, son combat parce que c’en est un. Il va sans dire que toutes les maladies sont accompagnées de deuils et de difficultés. Là où les choses sont différentes, c’est que la maladie mentale demeure obscure et incomprise.

Ne venez surtout pas me dire que je n’ai pas à être anxieuse, que j’ai une belle vie, des bons enfants, un bon mari, des amis, ça n’a pas rapport comme on dit, ok? Informez-vous, sinon ne commentez pas.

Anxiété

Dans ce collectif, le témoignage de Joanie Pietracupa, rédactrice en chef des magazines VÉRO, ELLE QUÉBEC et ELLE CANADA, me rejoint particulièrement. On ne peut pas savoir ce qui fait que tout à coup on ne se sent pas bien; il ne faut pas essayer d’en trouver la cause. Elle relate que, dans son cas, c’est depuis l’enfance qu’elle en souffre. C’est la même chose pour moi; à 5 ans, j’avais peur que ma mère ne soit pas à la maison lorsque je reviendrais de l’école; à 10 ans, je m’inquiétais pour mon grand frère lorsqu’il rentrait un peu tard, c’est-à-dire, minuit. Je me recroquevillais dans le lit de ma mère pour qu’elle me rassure; je m’inquiétais pour mon père s’il n’était pas arrivé du travail à 17 h 35, lui qui était toujours là à 17 h 30. 😏

Christine était nerveuse, disait-on. Maux de ventre, maux de cœur, eczéma étaient mes compagnons au quotidien.

Malgré tout, j’ai eu un bon travail, j’ai élevé mes trois filles. Elles ont été mon moteur. J’ai traversé des épreuves et j’ai foncé comme si… Comme si ça ne faisait pas mal, comme si j’étais trop sensible, comme si je ne me sentais pas seule parfois. L’anxiété m’a mise parfois chaos, mais j’ai tout fait pour l’apaiser et comme si, un jour j’allais en guérir…

Christine

Vous aimerez aussi : 

No Comments Yet

Leave a Reply

Your email address will not be published.