Un Noël conscientisé

On n’a pas le choix. On est rendu au pied du mur. Personnellement, il m’est inconcevable d’avoir envie de surconsommer cette année à Noël, même pour ceux que j’aime… surtout pour ceux que j’aime. Mais est-ce que ça veut dire que je ne les gâterai pas? Certainement pas. Il y a tant de choses à offrir qui ne feront pas de mal à la planète.

Jérôme Guay, un collègue recherchiste, a initié le groupe Facebook On se donne la planète en cadeau. Je vous invite à y adhérer. Si vous manquez d’idées pour remplacer la surconsommation du temps des fêtes, piquez celles des autres. Sinon, suggérez-en sur ce groupe.

Jérôme veut encourager la population à s’offrir des biens immatériels. Par exemple : des billets de théâtre, des invitations à souper, des produits seconde main ou fabriqués de nos petites mains avec amour. Rien de neuf. Même chose pour les décorations. On garde nos vieilles boules!

Un Noël blanc et… vert, voilà le slogan de cette initiative.

On aurait dû faire tout cela il y a belle lurette, mais l’humain étant ce qu’il est, on a attendu le point de non-retour.

Récemment, j’ai eu un haut-le-cœur, au figuré comme au sens propre. Je suis allée à Las Vegas. Je me défends ici en vous disant que le but était d’aller faire de la randonnée dans Valley of Fire et Red Rock Canyon, deux endroits magnifiques pas trop loin de Las Vegas. Mon conjoint a un ami qui travaille dans cette fausse ville et on a donc fait d’une pierre deux coups. Visiter cet ami et décrocher dans une nature incroyable. (J’ai pris l’avion, je sais que je perds des points ici.)

Mon haut-le-cœur physique fut l’odeur de la cigarette partout dans les casinos, sans compter celle du pot à chaque coin de rue, légal dans le Nevada.

Mon haut-le-cœur moral, lui, est apparu à voir autant de gens jouer aux machines à sous, au poker, miser sur des matchs de sport, dépenser dans les boutiques Gucci, Chanel, Louis Vuitton, gaspiller, consommer. Dans ma tête, la clientèle de cette ville préfabriquée serait le quinquagénaire fortuné qui prend quelques jours pour gambler et aller jouer au golf. (Désolée pour mon sexisme ici. Je perds encore des points). Mais à ma grande surprise, il y avait des familles avec de jeunes enfants, énormément de jeunes adultes, dont des groupes de filles qui faisaient la fête. Je suis même passée devant une file de pas moins d’un kilomètre, des vingtenaires qui attendaient pour pénétrer dans un bar branché dont le prix d’entrée à lui seul était de 200 $ US!

J’en suis venue à me questionner à savoir qui fait et fera les efforts pour diminuer son empreinte écologique. J’ai comme une impression que les gens moins fortunés font plus d’effort. Pourtant, par le simple fait d’avoir moins de sous, il me semble que la logique est que tu consommes déjà moins. Peut-être que je me trompe. Je me dis simplement que c’est plus difficile de changer son train de vie quand ce train dépasse les limites de vitesse.

Mais loin de moi l’idée de juger. Comme le suggère Le Pacte, le concept est d’être conscient et de faire son bout de chemin. Alors monsieur ou madame qui a un VUS de luxe, une maison de 12 millions plus des résidences secondaires un peu partout dans le monde, quatre bateaux, un walk-in grand comme un bungalow de la Rive-Sud, pourra de son côté vendre un yacht, ne conserver que trois voitures sur cinq et user ses complets Armani ou ses souliers Louboutin au lieu de s’en dégoter d’autres chaque semaine. Et ce sera déjà ça.

Pour ma part, j’ai entamé mon virage depuis quelques années. Probablement comme vous, j’ai diminué ma consommation de viande, j’achète beaucoup moins de vêtements et je me pose maintenant toujours la question de notre bon ami comptable-rabat-joie Pierre-Yves Mc Sween avant de passer à la caisse : en as-tu vraiment besoin? Dans 75 % des cas, la réponse est NON!

Notre concept familial pour les cadeaux cette année : un échange de linge à vaisselle. Bizarre, direz-vous? Il faudra quand même chercher LE LINGE qui se démarquera, qui sera original, drôle, mais surtout, qui essuiera très bien la vaisselle, puisque l’idée est justement que l’objet de consommation serve!

Et en bonus, encourager un artisan d’ici serait encore mieux!

Et vous votre Noël? Quelles sont vos idées pour faire votre part pour la planète ?

1 commentaire
  1. Jai un ami qui fabrique de magnifiques objets, genre, des stylos , des portes savons en bois et pleins dautres trucs et pour mes parents un bon souper dans un bon resto. Une plante pour ma cadette et coiffeuse pour ma petite fille. Des choses comme ça

Laissez un commentaire

Votre courriel ne sera pas publié.